Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Thriller rural haletant et tétanisant, As Bestas se révèle être aussi un drame familial d’une surprenante profondeur. Rodrigo Sorogoyen construit son film autour de l’animosité que peuvent susciter de nouveaux arrivants dans un environnement refermé sur lui-même. Ici un couple de néo-agriculteurs français récemment installé en Galice. Les conflits vont se cristalliser autour d’un désaccord entre les anciens du village et le couple sur l’installation d’éoliennes (et de l’argent qui va avec). Les relations avec la famille voisine, deux frères célibataires rustres et brutaux vivants avec leur mère, vont s’envenimer jusqu’à rendre la situation invivable.

La manière dont le réalisateur espagnol gère la montée en tension pour atteindre un climax étouffant, quasi irrespirable est épatant. A travers sa mise en scène sharp, sèche, d’une précision d’orfèvre mais jamais ostentatoire, il installe progressivement une atmosphère pesante et menaçante. Grâce à sa gestion parfaite des ellipses, il maitrise le temps qui passe, le fait ressentir à son spectateur sans qu’il le subisse. Aidé par la finesse et l’authenticité des dialogues et de regards qui en disent parfois encore plus long, il capture avec une précision terrifiante le harcèlement dont sont victimes Antoine et Olga, le climat malsain qui s’empare de ce petit village et transforme un cadre de vie en apparence apaisant en cauchemard. Les performances des acteurs, que ce soit Marina Foïs (dans un de ses meilleurs rôles) Denis Ménochet ou les Espagnols Luis Zahera et Diego Anido, n’y sont pas évidemment pas étrangères. Ils dégagent tous une véracité qui vous prend aux tripes et se matérialise notamment en deux plans-séquence monstrueux, l’un autour d’une bouteille d’eau de vie et l’autre dans une cuisine. Des moments forts, de pur cinéma.

As Bestas prend alors parfois des airs de Deliverance, parcouru par le sentiment que n’importe quoi peut arriver n’importe quand. Eprouvant, anxiogène, il éreinte, fascine et passionne jusqu’à son dénouement. Une acuité féroce et une maîtrise totale.

Thibault_du_Verne
8

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à sa liste Les meilleurs films de 2022

Créée

le 1 août 2022

Critique lue 13 fois

1 j'aime

Critique lue 13 fois

1

D'autres avis sur As Bestas

As Bestas
Behind_the_Mask
8

Les voisins de la colère

On avait promis monts et merveilles au masqué avec As Bestas, tellement le dernier film de Rodrigo Sorogoyen était présenté comme formidable par la critique pro, dans une unanimité qui, en certaines...

le 20 juil. 2022

91 j'aime

9

As Bestas
Cinephile-doux
9

La Galice jusqu'à l'hallali

Et sinon, il en pense quoi, l'office de tourisme galicien de As Bestas, dont l'action se déroule dans un petit village dépeuplé où ont choisi de s'installer un couple de Français qui se sont...

le 27 mai 2022

76 j'aime

4

As Bestas
Sergent_Pepper
7

Recours à la terre

L’ouverture très graphique d’As Bestas rappelle, pour le spectateur qui aurait déjà croisé Sorogoyen, qu’il ambitionne d’être un cinéaste de l’intensité : le corps à corps des hommes de la montagne...

le 16 août 2022

75 j'aime

2

Du même critique

Ma Loute
Thibault_du_Verne
3

MA LOUTE – 6/20

Autant le dire d’emblée, Ma Loute m’est passé complétement au-dessus. Comédie burlesque, voir grotesque, empreinte d’une excentricité peu commune, le film de Bruno Dumont est si singulier qu’il ne...

le 23 mai 2016

42 j'aime

7

The Strangers
Thibault_du_Verne
4

THE STRANGERS – 8/20

Le mélange des genres est un exercice assez courant dans le cinéma sud-coréen (on se rappelle de l’ovni The Host de Joon-ho Bong), ce n’est pas ce qui étonne le plus à propos de The Strangers. On ne...

le 27 juil. 2016

38 j'aime

En attendant Bojangles
Thibault_du_Verne
6

Cinéma | EN ATTENDANT BOJANGLES – 13/20

Tombé sous le charme de cette fantasque histoire d’amour à la lecture du roman d’Olivier Bourdeaut, j’étais curieux de découvrir quelle adaptation Regis Roinsard allait en tirer, lui qui a prouvé...

le 22 janv. 2022

26 j'aime