Quand vous vous adonnez à la pratique difficile et délicate de la greffe votre vie est vite faite de joies profondes et de déceptions cruelles. Plaisir de la greffe qui prend, déception du greffon rejeté.

Un couple de français, Antoine et Olga, interprétés par Denis Ménochet et Marina Foïs, ont été conquis par un paysage de Galice en Espagne, ils choisissent de s'installer dans un village qui à l'instar d'autres localités d'Espagne et d'ailleurs voit sa jeunesse préférer s'établir en ville et sa population vieillir. Olga et Antoine ont acquis une ferme, relancent une activité de petite horticulture sans engrais, ni pesticide chimique et restaurent des maisons laissées à l'abandon pour inciter à un repeuplement et à une revitalisation d'un cadre qu'ils trouvent idyllique.

La vie dans un village, dans une communauté d'hommes et de femmes qui vivent en vase clos et même une promiscuité pesante est faite de grands silences, de regards qui en disent plus que les mots ne le feront jamais. Le café est souvent l'épicentre de la vie mais sa fréquentation est elle-même très codifiée. Il y a des heures pour fréquenter le lieu qui lui-même est organisé en espaces aux frontières invisibles.

On consomme au comptoir pour se désaltérer mais on sirote, on observe et on commente à la tertulia* pour les habitués qui se sont choisis et cooptés. On ne s'y attable pas sans être expressément convié à le faire. Les conversations qui se tiennent au comptoir n'ont pas la même signification que celles qui se mènent autour du Stammtisch.* L'interpellation à travers la salle et les réponses ou les silences renvoyés sont toujours un prélude à toutes les tensions qui trouveront expiations en d'autres lieux et circonstances.

Le projet de redonner vie au village n'est pas partagé par tous, loin s'en faut. Une proposition de champ éolien par une compagnie de production d'électricité attise la convoitise de ceux qui rêvent d'exil doré à la ville voisine. Le conflit latent se développe quand les gens du pays craignent de voir la manne enrichir le village voisin et voient désormais le couple de néo-ruraux en empêcheurs de vendre en rond.

As Bestas de Rodrigo Sorogoyen n'est pas sans faire penser à L'eau des collines de Marcel Pagnol dont Claude Berri avait adapté Jean de Florette et Manon des sources.

* Stammtisch désigne en allemand une table d'habitués dans un café. Table à laquelle on ne s'assied que si on y est expressément convié. La tertulia semble être son équivalent en Espagne.

Freddy-Klein
8
Écrit par

Créée

le 22 août 2022

Critique lue 181 fois

3 j'aime

1 commentaire

Freddy Klein

Écrit par

Critique lue 181 fois

3
1

D'autres avis sur As Bestas

As Bestas
Behind_the_Mask
8

Les voisins de la colère

On avait promis monts et merveilles au masqué avec As Bestas, tellement le dernier film de Rodrigo Sorogoyen était présenté comme formidable par la critique pro, dans une unanimité qui, en certaines...

le 20 juil. 2022

91 j'aime

9

As Bestas
Cinephile-doux
9

La Galice jusqu'à l'hallali

Et sinon, il en pense quoi, l'office de tourisme galicien de As Bestas, dont l'action se déroule dans un petit village dépeuplé où ont choisi de s'installer un couple de Français qui se sont...

le 27 mai 2022

76 j'aime

4

As Bestas
Sergent_Pepper
7

Recours à la terre

L’ouverture très graphique d’As Bestas rappelle, pour le spectateur qui aurait déjà croisé Sorogoyen, qu’il ambitionne d’être un cinéaste de l’intensité : le corps à corps des hommes de la montagne...

le 16 août 2022

75 j'aime

2

Du même critique

Papicha
Freddy-Klein
9

Critique de Papicha par Freddy Klein

Les mustangs sont indomptables. Nedjma, 18 ans, étudiante, se faufile le soir à travers le grillage qui entoure sa cité universitaire. Elle rejoint une amie pour se rendre dans une discothèque huppée...

le 24 mars 2023

42 j'aime

6

L'Appel de la forêt
Freddy-Klein
1

Critique de L'Appel de la forêt par Freddy Klein

Quand l'écran s'est éteint et quand la lumière est revenue, j'ai vu au fond de la salle Jack London adossé à un mur. Son beau sourire n'illuminait plus son visage et je vis une larme couler sur sa...

le 20 févr. 2020

27 j'aime

7

Antoinette dans les Cévennes
Freddy-Klein
9

Critique de Antoinette dans les Cévennes par Freddy Klein

Je m'appelle Patrick, je suis dans la fleur de l'âge et toujours d'une grande disponibilité pour qui sait me parler et me prêter un peu d'attention. Ames solitaires et surtout sensibles, chaque...

le 20 sept. 2020

17 j'aime

6