Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

WeSTiiX m’a remis en tête mon objectif de rédiger un texte sur chacun de mes films préférés et que je n’avais pas encore critiqué le chef d’œuvre de Kubrick…


Je me souviens encore de mes premières impressions sur ce film. Un jour au lycée, ce bon vieux professeur Sergent Pepper eut la merveilleuse idée de faire un cours spécial cinéma, et il en profita pour présenter la première scène de Barry Lyndon. Je faisais partie des élèves et j’avais déjà un certain goût pour le cinéma, mais pas encore assez pour être convaincu. Je ne voulais pas voir cette œuvre qui me paraissait plutôt ennuyeuse… J’étais tout de même fier d’être le seul de la classe à avoir vu Les Fils de l’Homme, qui s’érigeait déjà à l’époque parmi mes films préférés…


Mais le temps a passé, et après de nombreuses et passionnantes découvertes cinématographiques, il arriva un jour où je décidai de me lancer dans l’aventure Kubrick. Et je n’ai pas regretté.


Barry Lyndon, c’est la perfection visuelle.
Sur le coup, j’étais émerveillé devant la plupart des scènes. Avec du recul, j’ai réalisé à quel point la perfection avait été atteinte.
Dès le début, Kubrick se fait plaisir pour le plus grand bonheur du spectateur. Musique classique absorbante, histoire captivante, images bouleversantes… La Beauté. Un spectacle qui commence.
Il est de ses films où l’on pourrait admirer chaque seconde, car chaque image forme un tableau. Il est de ses films où l’on reconnait aisément le travail effectué au premier coup d’œil, tant les décors et costumes y ont une place primaire.
La caméra posée capte des sommets de splendeur, mais n’aura pas de mal à passer à l’épaule, pour proposer des scènes plus immersives, et d’autant plus réjouissantes (la scène où l’on suit le cheval de Barry avant l’embuscade m’hypnotise à chaque fois).


Histoire d’amour et de guerre, d’association et de conflit, d’égocentrisme et de duel, d’individu et de famille, d’ascension et de déclin.


Commençant simplement, le film devient une véritable épopée fourmillant de moments forts permettant de ne pas voir les 3h passer. C’est la fresque la plus grandiose de l’histoire du cinéma qui s’offre à nous.
Des longueurs, mais aucun temps morts; les enjeux variés sont captivant pendant l'intégralité du métrage.


Comment ne pas évoquer la musique ? Les moments les plus mémorables de ce monument du 7e art sont accompagnés des plus grandes compositions. Ainsi, Bach, Haendel, Mozart ou Vivaldi, viennent sublimer certaines séquences, et me permettent d’affirmer que Barry Lyndon, c’est aussi la perfection auditive. Et quand c’est le Piano Trio de Schubert qui entre en scène… les sentiments deviennent indescriptibles !


Il est vraiment difficile d’écrire sur ce film. En analyse, on s’arrêterait sur les points forts et faibles, mais ici on ne trouve rien de la seconde catégorie.
J’aimerais donc juste ajouter que ce qui me fascine le plus est la maîtrise totale de tout. Tout est sous contrôle de la manière la plus libre et vivante possible.


Peu de films ont réussi à me faire couler des larmes. On peut dire que celui-ci l’a fait. Et il pourrait le refaire sans problème tant certains moments sont d’une profonde tristesse, tant les acteurs sont touchants, tant il sonne juste dans sa totalité.


Barry Lyndon, du prodigieux Stanley Kubrick, est un chef d’œuvre à voir. Et je dirais même plus : à revoir, à réadmirer, à réécouter… à revivre.

TheBadBreaker
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Top 10 Films, Films sur mes étagères, 50 NUANCES DE FILMS, Sujet : Théorie des âges. / Cobaye : Mashiro et Top 10 par décennie : années 70

Créée

le 6 nov. 2017

Critique lue 950 fois

46 j'aime

5 commentaires

TheBadBreaker

Écrit par

Critique lue 950 fois

46
5

D'autres avis sur Barry Lyndon

Barry Lyndon
Anonymus
10

Critique de Barry Lyndon par Anonymus

Ah ! Redmond... Ce film nous amène à "la grande question cinématographique" : comment un personnage, si bien vêtu, filmé avec tant d'art, de science et de goût, dans des décors naturels si somptueux,...

le 2 déc. 2010

188 j'aime

24

Barry Lyndon
KingRabbit
9

Comment créer de l'empathie pour un odieux connard ?

Un type qui vient de nulle part, à l'égo démesuré, effroyablement jaloux, qui va vouloir aller au top du top... Qui va gravir les échelons, devenir un champion de l'escroquerie, un opportuniste, un...

le 31 janv. 2014

109 j'aime

9

Barry Lyndon
DjeeVanCleef
10

#JeSuisKubrick

Ça avait commencé comme ça, sur rien, une de mes peccadilles quotidiennes, l'occasion immanquable d'exposer ma détestation quasi totale du dénommé Stanley Kubrick, génie du 7ème Art de son état. Et...

le 29 juin 2015

105 j'aime

17

Du même critique

Utopia
TheBadBreaker
8

Maîtrise du chaos

Utopia est une série britannique dantesque, qui prend une ampleur monumentale dans sa deuxième saison. La série entière n’est composée que de 12 épisodes, si vous cherchez une petite pépite pour vos...

le 26 mars 2015

140 j'aime

7

Gone Girl
TheBadBreaker
9

Fincher is coming

Arrivé à la fin du film, j'ai senti un truc sur ma joue… et je me suis rendu compte que je venais de me prendre une grosse baffe... Gone Girl a été une réelle surprise pour moi. D’une part, et c’est...

le 9 oct. 2014

132 j'aime

21