Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Alors qu’Emma Stone semble partir à la recherche de “rôles à Oscar”, le film dirigé par la paire derrière Little Miss Sunshine et Ruby Sparks m’a laissée de marbre. Est-ce que vous vous souvenez de la dernière fois que vous avez vu un bon film sur le tennis d'ailleurs ? Moi non plus.


Pourtant le sujet avait du potentiel, qui plus est en cette année où les inégalités liées au sexe ont rarement autant occupé le devant de la scène, dans le monde du cinéma en particulier.


Le film se penche sur deux sujets en particulier. Tout d’abord, la liaison homosexuelle de Billie Jean King avec sa coiffeuse Marilyn Barnett qui s’est terminée avec fracas puisque cette dernière a menacé de la rendre publique lors de leur rupture en 1981, forçant Billie Jean à devenir la première athlète à faire son coming-out, bien qu’elle restera mariée plusieurs années à son premier amour Larry, joué un peu mollement par Austin Stowell. C’est la meilleure partie du film, sans aucun doute.


Le deuxième sujet traité par le long-métrage et à l’origine de son titre est le sexisme dont étaient (sont?) victimes les tenniswomen, avec, en point d’orgue, la fameux match surnommé THE BATTLE OF THE SEXES contre l’ancien numéro 1 mondial Bobby Riggs alors âgé de 55 ans et joué par Steve Carrell.


La partie dans laquelle figure Carrell est bien moins intéressante. Il joue bien certes, mais le personnage est écrit afin de le faire passer pour un idiot et il devient vite une caricature de lui-même, perdant ainsi toute crédibilité et donnant au film un aspect comique par forcément bienvenu.
Le côté révolte du film de la paire Faris-Dayton est dès lors trop gentillet et n’a pas l’impact qu’on espérait. Rien ne sort du cadre, tout est bien qui finit bien, aucune tension, aucune dramaturgie.


Pour revenir au positif, Emma Stone se débrouille très bien et on croirait à certains moments voir la vraie BJK à l’écran. La reconstitution 70’s est réussie sans être tape-à-l’oeil et bien qu’on connaisse tous le résultat du match, celui-ci parvient à ne pas ennuyer, au contraire.


Une déception à la vue CV des réalisateurs. A voir pour ceux qui ne connaissent pas Billie Jean King. Les autres pourront s’en passer.

Red_in_the_Grey
5
Écrit par

Créée

le 5 mars 2018

Critique lue 937 fois

7 j'aime

4 commentaires

Red in the Grey

Écrit par

Critique lue 937 fois

7
4

D'autres avis sur Battle of the Sexes

Battle of the Sexes
B_Jérémy
8

Une commémoration propice sur l'amélioration pour les femmes et des écarts qu'il reste à gravir

-En affaires, en sport et ainsi de suite, en haut de l'échelle c'est l'homme qui domine. -Je vais devenir la meilleure, comme ça je pourrais changer les choses. Les réalisateurs Jonathan Dayton...

le 12 mars 2019

23 j'aime

21

Battle of the Sexes
LuluCiné
5

Critique de Battle of the Sexes par LuluCiné

Je me sens un peu gênée de dire que je me suis plus ennuyée qu’amusée devant Battle of the Sexes. Le film regorge de qualités et apporte un détail historique, peu connu par ici, sur l’égalité des...

le 30 nov. 2017

14 j'aime

2

Battle of the Sexes
RedArrow
8

Tennis de combat

Jonathan Dayton and Valerie Faris ne sont peut-être pas les réalisateurs les plus prolifiques du monde ("Little Miss Sunshine" date déjà de 2006 et "Elle s'appelle Ruby" de 2012 !) mais notre attente...

le 27 nov. 2017

14 j'aime

3

Du même critique

Crazy, Stupid, Love
Red_in_the_Grey
5

ATTENTION CLICHÉS

Crazy Stupid Love est une comédie romantique pas forcément désagréable mais bourrée de clichés. Le seul gros reproche que je puisse lui faire étant d'avoir inspiré beaucoup trop de garçons avec le...

le 24 juil. 2014

40 j'aime

7

Les Infiltrés
Red_in_the_Grey
8

I'm Shipping up to Boston.

Il a beau avoir fait de bonnes comédies musicales ("New-York, New York"), des comédies surréalistes ("After Hours"), des satires ("The King of Comedy") et des biopics ("The Aviator"), Martin Scorsese...

le 22 mars 2015

35 j'aime

3

Supersonic
Red_in_the_Grey
9

Fucking Biblical.

Supersonic est un documentaire qui se concentre sur les jeunes années du plus grand groupe de rock des années 90, j’ai nommé Oasis. Dès le début du film, il nous est rappelé que les Mancuniens sont...

le 1 nov. 2016

28 j'aime

4