⚠️ Une maintenance est prévue le Mercredi 26 juin à 8h00 pour une durée d'environ 2h. Le site sera inacessible pendant cette période.

Mike Mills est un réalisateur surtout connu pour les clips qu'il a réalisé pour Moby, Air et Yoko Ono. C'est aussi un artiste dont les oeuvres ont été exposées et pour la 2e fois il met en scène un long métrage qu'il a lui-même écrit et qui est une jolie réussite : Beginners.

Si j'évoque en guise d'introduction les différentes facettes du metteur en scène, c'est parce que ses talents vont l'aider à construire son film de manière intéressante.
D'abord, l'histoire qu'il a lui-même écrite n'est pas vraiment autobiographique mais au moins basée sur des faits réels de sa vie : son père a fait son coming-out. Evidemment, quand ça arrive dans une famille après tant d'années, ça remet des choses en perspective et n'importe qui se mettrait à penser à sa vie.

C'est donc, dans Beginners, ce qui va arriver au personnage incarné par Ewan McGregor, illustrateur de métier. C'est notamment à travers sa relation avec Mélanie Laurent qu'il va repenser à son père désormais disparu et aux choix qu'on peut faire dans une vie. Sa relation est d'ailleurs l'autre pierre angulaire du film et commence bien joliment : à la suite d'une soirée déguisée, elle l'emmènera dans sa chambre d'hotel sans jamais lui parler mais uniquement en écrivant des mots sur un cahier. Les deux acteurs sont tous les deux brillants (vous avez bien lu, tous les deux !) et prennent manifestement du plaisir à jouer ensemble, un peu comme si -quelque part- ils étaient faits l'un pour l'autre.

Outre son casting, l'autre force du film vient des multiples talents de Mike Mills que j'évoquais plus haut. Il mêle habilement des flashbacks à son histoire mais aussi de nombreuses trouvailles visuelles comme des photos des époques où se déroule l'histoire, quelques dessins. Et s'il se dégage de son film de la douceur et de la mélancolie, il y a également quelques réflexions très drôles venant... du chien, dont le réalisateur a eu l'excellente idée de sous-titrer les pensées sans jamais tomber dans le ridicule.

Le film est donc une jolie réussite, un peu triste parfois mais sans jamais verser dans les extrêmes, une histoire qui se déroule finalement tout en douceur.

Alors pourquoi Beginners ? Parce qu'à un moment donné, on est tous débutants : le père qui fait son coming-out débute une nouvelle vie, McGregor débute une nouvelle relation. Et puis finalement, en matière de relation, on reste des débutants perpétuels non ?
cloneweb
7
Écrit par

Créée

le 3 mai 2011

Critique lue 877 fois

11 j'aime

4 commentaires

cloneweb

Écrit par

Critique lue 877 fois

11
4

D'autres avis sur Beginners

Beginners
cloneweb
7

Critique de Beginners par cloneweb

Mike Mills est un réalisateur surtout connu pour les clips qu'il a réalisé pour Moby, Air et Yoko Ono. C'est aussi un artiste dont les oeuvres ont été exposées et pour la 2e fois il met en scène un...

le 3 mai 2011

11 j'aime

4

Beginners
Arcadium
9

Critique de Beginners par Arcadium

Alors, j'ai trouvé le film très beau, très triste et très sincère. Mais une fois n'est pas coutume, je ne vais pas vous parler du film dans ma critique. Je veux parler du public. Vous l'aurez...

le 21 juin 2011

9 j'aime

5

Beginners
Plume231
5

On pouvait pas plutôt rester uniquement sur les relations père et fils !!!

Je suis très partagé sur ce film. Bon il y a quelques bonnes idées de mise en scène et scénaristique (les évocations en photomontage de différentes époques par exemple !!!), mais l'intérêt du film...

le 24 janv. 2015

6 j'aime

Du même critique

Die Hard : Belle journée pour mourir
cloneweb
2

Critique de Die Hard : Belle journée pour mourir par cloneweb

On ne va pas y aller par quatre chemins : Piège de Cristal, sorti en 1988, a inventé le film d’action des années 90. Bruce Willis lui doit sa carrière post-Clair de Lune et nous une tripotée de...

le 15 févr. 2013

168 j'aime

24

Prometheus
cloneweb
5

Critique de Prometheus par cloneweb

Ridley Scott est un réalisateur adulé mais pourtant, en y regardant de plus près, on se rend compte qu'il a quand même une carrière en dents de scie à tendance plongeante. Les premiers longs-métrages...

le 28 mai 2012

86 j'aime

20

Raiponce
cloneweb
8

Critique de Raiponce par cloneweb

Évoquée dans le documentaire « Waking Sleeping Beauty », les studios Disney ont eu une période fastueuse jusqu'à la fin des années 90. L'entrée dans les années 2000 s'est fait plus douloureusement...

le 9 nov. 2010

83 j'aime

3