Ingrid est devenue aveugle. Une histoire de nerf optique abîmé, qui s’est désagrégé. Les ténèbres maintenant, elle connaît. Assise sur une chaise face à la fenêtre, elle passe ses journées à écouter dehors, la radio ou de la musique, et à écrire aussi, et puis à imaginer. Elle s’imagine des choses. Le parquet qui craque. Un souffle. Son mari, Morten, qui revient dans leur appartement et qui l’observe depuis le fauteuil du salon, près des vinyles. Un autre homme et une autre femme qu’elle ne connaît pas et qui vivent sans se croiser, l’un en face de l’autre. On ne saura rien d’Ingrid, rien de ce qu’elle faisait avant, rien de qui elle est, à peine deux ou trois choses, un époux, pas d’enfant. Elle est un mystère, genre blonde opaque, un fantôme peut-être. Est-elle même vraiment aveugle ?


Elle parle pourtant d’elle, évoquant ses souvenirs, parlant de lui, de son travail, des endroits qu’elle connaît et où elle ne va plus. On suppose qu’elle est romancière qui écrirait un livre dont les personnages (Elin et Einar) fusionnent à sa propre réalité, projections d’elle et de Morten, saillies de ce qu’elle aurait voulu être, de ce qu’elle pense de Morten, de ce qu’il fait sans qu’elle puisse le voir, drague 3.0 et morne adultère. Dans son repli sur soi, Ingrid (Ellen Dorrit Petersen, étrange et glaciale) envisage un nouveau rapport au monde qui entrelace, sans jamais prévenir, réminiscences et fantasmes, obsessions sexuelles et matérialité.


Ces bouleversements incessants étonnent, intriguent et déroutent au début (changements de lieux, de propos ou de personnages dans la même scène), puis finissent, dans un systématisme tournant à vide, par brouiller les intentions du scénario et l’émotion, ténue, que l’on peut ressentir parfois, au détour d’un geste ou d’un regard. Eskil Vogt, co-scénariste d'Oslo, 31 août, devise sur la solitude de nos sociétés actuelles où se télescopent télévision et porno sur Internet, sites de rencontres et individualisme poussé. Entre flottements sensoriels, scènes touchantes et instants ratés, son film se déstructure et se restructure avec douceur et élégance, puis se délite sous nos yeux jusqu’à un final appuyé dans le dernier acte qui veut trop dire sur nos certitudes soudain ébranlées, et nos sentiments mis à terre.


Article sur SEUIL CRITIQUE(S)

mymp
6
Écrit par

Créée

le 9 mai 2015

Critique lue 1.1K fois

4 j'aime

mymp

Écrit par

Critique lue 1.1K fois

4

D'autres avis sur Blind

Blind
Clode
6

La vie sans la vue

Pour son premier film, Eskil Vogt, scénariste de Joachim Trier et du très beau Oslo, 31 août, s’offre un sujet en or. Potentiellement passionnant mais particulièrement casse dent. Retranscrire la...

le 1 mai 2015

6 j'aime

Blind
mymp
6

Dans les ténèbres

Ingrid est devenue aveugle. Une histoire de nerf optique abîmé, qui s’est désagrégé. Les ténèbres maintenant, elle connaît. Assise sur une chaise face à la fenêtre, elle passe ses journées à écouter...

Par

le 9 mai 2015

4 j'aime

Blind
Roromax
8

Critique de Blind par Roromax

Ingrid devient soudainement aveugle et doit apprendre une nouvelle façon de vivre. Ne se sentant en sécurité que chez elle, elle passe ses journées à attendre son mari et à écrire. Un film étonnant,...

le 31 août 2014

3 j'aime

Du même critique

Gravity
mymp
4

En quête d'(h)auteur

Un jour c’est promis, j’arrêterai de me faire avoir par ces films ultra attendus qui vous promettent du rêve pour finalement vous ramener plus bas que terre. Il ne s’agit pas ici de nier ou de...

Par

le 19 oct. 2013

180 j'aime

43

Killers of the Flower Moon
mymp
4

Osage, ô désespoir

Un livre d’abord. Un best-seller même. Celui de David Grann (La note américaine) qui, au fil de plus de 400 pages, revient sur les assassinats de masse perpétrés contre les Indiens Osages au début...

Par

le 23 oct. 2023

171 j'aime

14

Seul sur Mars
mymp
5

Mars arnacks!

En fait, tu croyais Matt Damon perdu sur une planète inconnue au milieu d’un trou noir (Interstellar) avec Sandra Bullock qui hyperventile et lui chante des berceuses, la conne. Mais non, t’as tout...

Par

le 11 oct. 2015

161 j'aime

25