Pour son premier film, Eskil Vogt, scénariste de Joachim Trier et du très beau Oslo, 31 août, s’offre un sujet en or. Potentiellement passionnant mais particulièrement casse dent. Retranscrire la cécité sur grand écran, par l’intermédiaire d’Ingrid, professeure mariée, dont la vie a été bouleversée par la perte de la vue.


L’entrée en matière est passionnante dans sa façon de retranscrire la vie sans la vue. Cloîtrée chez elle, par peur, par honte, ou un peu des deux, Ingrid essaye de se souvenir de certaines formes simples, basiques. Un arbre et ses feuilles dansant au rythme du vent, un chien trempé aux poils dégoulinant ou encore les couleurs les plus élémentaires. Les lieux eux sont plus compliqués à se remémorer. Pour représenter l’absence de vision, Eskil Vogt fait le choix intéressant de ne filmer que de très gros plans, coupant tout ce que l’on voit à l’écran de son environnement, proche et lointain. Tout ce qu’elle touche pour se repérer, se déplacer, se diriger du reste des pièces où elle se déplace. Toutes les expressions de son visage des bruits qui l’entourent, qu’elle essaye d’identifier, de localiser, de se représenter. Bruitages amplifiés, dont on ignore, nous aussi, l’origine et qui nous poussent à essayer d’en identifier la source et la signification. Qui nous poussent à réfléchir, à projeter, à imaginer. Comme Ingrid.


Adultères, sites de rencontres et pornographie


Face à cette condition qui l’a coupé du monde, de son monde, celui qu’elle s’était construit, elle va en bâtir un autre, en se recroquevillant dans son esprit. Ingrid ne vit pas cloîtrée dans son appartement mais dans sa propre tête, dans le monde de ses pensées. Un monde imaginaire gravitant autour de son mari, dont elle imagine la vie en dehors de son appartement et de deux personnages de sa propre création. Un monde imaginaire dans lequel elle va projeter toute ses peurs, toutes ses craintes, toutes ses angoisses. Un monde imaginaire dans lequel le jeune réalisateur danois va perdre pied, au côté de sa charmante héroïne, et diluer tous les bonnes idées du premier quart d’heure dans un flot de banalités. L’idée est pourtant bonne, comment le handicap peut-il être surmonté par la force de l’imagination ? Mais l’imagination d’Ingrid n’est pas bien novatrice, les tromperies de son mari, la jeune mère divorcée avec garde internée complètement isolée, l’homme solitaire qui assouvit ses pulsions sexuelles grâce à la merveilleuse diversité des sites pornographiques et la magie des sites de rencontres. Malgré quelques moments d’humours décomplexés et une réalisation douce, parfois poétique, cette énième relecture de la solitude de la vie citadine contemporaine éclipse le sujet et le postulat de base. Pourtant passionnant.


Le cul entre deux chaise, Eskil Vogt glisse lentement de chacune d’entre elles, jusqu’à ce que l’inévitable se produise. Il n’a plus aucune prise, ni sur l’une, ni sur l’autre, et fini par se casser la gueule, l’arrière-train gentiment amorti par sa belle réalisation.


On passe un bon moment, on réfléchit, on est touché, on rigole aussi, parfois. Mais on ne peut s’empêcher d’être profondément déçu, encore marqué par la grâce simple et sincère des premières minutes, dont l’ombre écrasante plane ensuite sur chaque développement, chaque situation, chaque plan.

Clode
6
Écrit par

Créée

le 1 mai 2015

Critique lue 934 fois

6 j'aime

Clode

Écrit par

Critique lue 934 fois

6

D'autres avis sur Blind

Blind
Clode
6

La vie sans la vue

Pour son premier film, Eskil Vogt, scénariste de Joachim Trier et du très beau Oslo, 31 août, s’offre un sujet en or. Potentiellement passionnant mais particulièrement casse dent. Retranscrire la...

le 1 mai 2015

6 j'aime

Blind
mymp
6

Dans les ténèbres

Ingrid est devenue aveugle. Une histoire de nerf optique abîmé, qui s’est désagrégé. Les ténèbres maintenant, elle connaît. Assise sur une chaise face à la fenêtre, elle passe ses journées à écouter...

Par

le 9 mai 2015

4 j'aime

Blind
Roromax
8

Critique de Blind par Roromax

Ingrid devient soudainement aveugle et doit apprendre une nouvelle façon de vivre. Ne se sentant en sécurité que chez elle, elle passe ses journées à attendre son mari et à écrire. Un film étonnant,...

le 31 août 2014

3 j'aime

Du même critique

A Beautiful Day
Clode
7

Un sourire

Joe aime les marteaux. Les marteaux noirs en acier, avec écrit dessus "Made in Usa" en petites lettres blanches. Dans sa main, les marteaux paraissent petits. Les marteaux sont gros, aussi gros qu’un...

le 9 nov. 2017

54 j'aime

4

Juste la fin du monde
Clode
4

La famille hurlante

Au sein de la famille de Louis, ils ne se ressemblent pas tellement. Non. Pour commencer, ils ne se ressemblent pas beaucoup physiquement. La famille de Louis n’est pas une de ces familles où tout le...

le 27 sept. 2016

53 j'aime

12

Deadpool
Clode
5

Bites, culs, prouts

C'est l'histoire d'un chat qui s'appelle Christian. En tout cas, c'est le nom que lui donnent les gens. Christian est un de ces chats qui se balade partout dans la ville sans que personne ne sache...

le 12 févr. 2016

51 j'aime

8