Je ne sais pas ce qui m'énerve le plus. La direction prise par la carrière de Woody Allen cette dernière décennie (voir les vingts dernières années) ou l'incompréhensible bienveillance d'une presse qui n'hésiterait pourtant pas à dégommer ses films s'ils avaient été tourné par un cinéaste moins prestigieux.

Le metteur en scène de "Annie Hall" semblait pourtant faire un minimum d'effort ici, brossant le portrait d'un personnage fort intéressant, à la fois complexe et crispant, sorte de Scarlet O'Hara des temps modernes, à qui Cate Blanchett, seul véritable intérêt du film, prête tout son talent.

Alors que dans les années 80, Allen aurait tiré d'un tel postulat une pure tragi-comédie, un monument d'humour acerbe et cruel, il ne réussi ici que rarement à retrouver la force de ses films les plus percutants, n'accouchant que d'une oeuvre certes regardable mais bien trop schématique et prévisible, longuette et manquant singulièrement de folie et d'émotion.

Nous sommes bien entendu loin d'un "Minuit à Paris" insupportable mais au bout du compte, je me dis que Woody Allen ferait peut-être bien d'abandonner le cinéma pour se contenter de tourner des pubs et servir la soupe à Vuitton et Hermes, cela ferait gagner du temps à tout le monde.
Gand-Alf
4
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes 365 days of magic... or not. et 2013.

Créée

le 27 août 2014

Critique lue 1.6K fois

28 j'aime

4 commentaires

Gand-Alf

Écrit par

Critique lue 1.6K fois

28
4

D'autres avis sur Blue Jasmine

Blue Jasmine
Krokodebil
8

You will meet a tall dark withered woman.

Le Woody Allen "millésime 2013" est un curieux objet. Venant d'un cinéaste que beaucoup disaient perdu ou gâteux, dans des productions européennes façon carte postale ma foi inégales mais pour ma...

le 30 sept. 2013

65 j'aime

8

Blue Jasmine
Rawi
8

Critique de Blue Jasmine par Rawi

Alors j'entends déjà les remarques du genre : "Mais tu n'es pas objective !" Et ben oui, j'avoue ! Cate Blanchett mérite 8 points à elle toute seule. Sa performance sur le fil du rasoir, à la limite...

Par

le 29 sept. 2013

57 j'aime

16

Blue Jasmine
Sergent_Pepper
4

Réunion de famille

Woody Allen, j’y vais de toute façon chaque année ; une petite fidélité fétichiste, une façon de retrouver l’homme qu’on a aimé, en dépit d’un manque certain d’inspiration depuis quelques décennies à...

le 30 sept. 2013

47 j'aime

8

Du même critique

Gravity
Gand-Alf
9

Enter the void.

On ne va pas se mentir, "Gravity" n'est en aucun cas la petite révolution vendue par des pseudo-journalistes en quête désespérée de succès populaire et ne cherche de toute façon à aucun moment à...

le 27 oct. 2013

268 j'aime

36

Interstellar
Gand-Alf
9

Demande à la poussière.

Les comparaisons systématiques avec "2001" dès qu'un film se déroule dans l'espace ayant tendance à me pomper l'ozone, je ne citerais à aucun moment l'oeuvre intouchable de Stanley Kubrick, la...

le 16 nov. 2014

250 j'aime

14

Mad Max - Fury Road
Gand-Alf
10

De bruit et de fureur.

Il y a maintenant trente six ans, George Miller apportait un sacré vent de fraîcheur au sein de la série B avec une production aussi modeste que fracassante. Peu après, adoubé par Hollywood, le...

le 17 mai 2015

210 j'aime

20