Woody Allen nous a toujours habitué aux hauts et aux bas, au chaud et au froid, au flux et au reflux. A l’agréable et idéaliste Midnight In Paris a succédé l’ignoble et indigne To Rome With Love qui a lui-même précédé à Blue Jasmine. Woody vieillit c’est vrai, Vicky Christina Barcelona avait été salué justement parce-qu’il sentait le film de jeune homme alors qu’on pouvait tout aussi bien y voir le film d’un vieux vicieux. Blue Jasmine s’éloigne pourtant de ces histoires de capitales européennes et de sex-appeal pour revenir aux fondamentaux de son cinéma que sont les personnages torturés, les relations humaines et la satire de haute volée.

Jasmine a été adoptée mais a toujours cru qu’elle méritait ce qu’il y avait de mieux dans sa vie, peut-on y voir une forme de revanche ? Allez savoir. Sa demi-sœur a aussi été adoptée, elle est en revanche convaincue que, faute de gênes adéquats, elle est destinée à la médiocrité sous toutes ses formes : mauvais job, mauvais appartement, mauvais enfants, mauvais mari. Jasmine a elle épousé un riche voyou qui s’est avéré être un escroc de Wall-Street. Arrêté par le F.B.I., il finit par se suicider, laissant sa belle dans une panique totale et sans un dollar en poche, ou presque. Prise au dépourvu, Jasmine se réfugie dans le taudis de sa sœur qu’elle a magistralement ignorée pendant des années. Son espoir ? Rebondir, faire des études, trouver un autre homme qui saura prendre soin de son compte en banque. La cohabitation entre Jasmine, sa sœur et l’univers de celle-ci va se révéler compliquée (voir impossible) et souvent très amusante à déguster.

Woddy Allen retrouve de la verve, de la sagacité, des dialogues qui font mouche, et qui parfois font mal. Il redevient ce directeur d’acteurs qui a souvent su transformer des tacherons du cinéma en comédiens véritables, même s’il s’entoure ici de grandes professionnelles. Sally Hawkins est parfaite en sœur gênée d’ouvrir ses bras à celle qui se prétend si supérieure, sorte de Marge Simpson en chair et en os avec un portefeuille vide mais avec une âme bien remplie. Pour lui donner le change, Cate Blanchet tient ic le rôle le plus épuisant de sa carrière, celui d’une femme déshonorée et aux abois, alternant les phases d’hystérie, de crises de larmes, de désespoir et de renouveau. Ma libido vous dira que cette femme est d’une beauté fulgurante et qu’un simple tailleur suffit à faire d’elle la reine du bal, mais le cinéphile y voit une actrice au sommet et beaucoup moins figée que dans son rôle de Galadriel. La prestation d’Alec Baldwin est rassurante, lui qui avait paru au bord de l’étouffement sous ses kilos en trop dans To Rome With Love, semble trouver ici un second souffle qui nous ramène à ce qu’il pu être dans Alice, fringuant et d’une classe folle.

Ce film est vif et enjoué, les dialogues sont acerbes et constituent le film de Woody le plus grinçant depuis fort longtemps. Il s’en prend à tous ces êtres qui se surestiment, mais aussi à tous ceux qui se sous-estiment bref, ceux qui ne se connaissent pas à leur juste valeur. Tout y passe : la finance, l’adultère, l’oisiveté, l‘opportunisme, toutes ces formes de tromperies qui pourrissent les rapports humains mais sans lesquels il n’aurait pas matière à de si bons films. Blue Jasmine est une réussite authentique, mais suivant la logique du flux et du reflux, on peut s’attendre au pire pour sa prochaine œuvre.
Jambalaya
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Films vus en 2014 et Woody, ta meilleure Allen ! [liste participative]

Créée

le 10 janv. 2014

Critique lue 1.2K fois

30 j'aime

7 commentaires

Jambalaya

Écrit par

Critique lue 1.2K fois

30
7

D'autres avis sur Blue Jasmine

Blue Jasmine
Krokodebil
8

You will meet a tall dark withered woman.

Le Woody Allen "millésime 2013" est un curieux objet. Venant d'un cinéaste que beaucoup disaient perdu ou gâteux, dans des productions européennes façon carte postale ma foi inégales mais pour ma...

le 30 sept. 2013

65 j'aime

8

Blue Jasmine
Rawi
8

Critique de Blue Jasmine par Rawi

Alors j'entends déjà les remarques du genre : "Mais tu n'es pas objective !" Et ben oui, j'avoue ! Cate Blanchett mérite 8 points à elle toute seule. Sa performance sur le fil du rasoir, à la limite...

Par

le 29 sept. 2013

57 j'aime

16

Blue Jasmine
Sergent_Pepper
4

Réunion de famille

Woody Allen, j’y vais de toute façon chaque année ; une petite fidélité fétichiste, une façon de retrouver l’homme qu’on a aimé, en dépit d’un manque certain d’inspiration depuis quelques décennies à...

le 30 sept. 2013

47 j'aime

8

Du même critique

The Truman Show
Jambalaya
9

Quand la vie de Truman capote...

The Truman Show, un film touché par la grâce, de son réalisateur Peter Weir d'abord, qui a rarement été autant au sommet de son talent depuis, de Jim Carrey ensuite, qui a fait taire avec ce film,...

le 10 déc. 2013

155 j'aime

17

True Detective
Jambalaya
9

Les Enfants Du Marais

True Detective est un générique, probablement le plus stupéfiant qu’il m’a été donné d’admirer. Stupéfiant par les images qu’il égraine patiemment, images d’une beauté graphique rare, images sombres...

le 12 mars 2014

152 j'aime

15

Le Monde de Charlie
Jambalaya
10

Charlie's Angel

Voici une œuvre miraculeuse, d’une justesse dans les sentiments et les émotions adolescentes qui m’a ramené vingt-cinq ans en arrière. A cette époque, se trouver une identité revenait à les essayer...

le 5 janv. 2014

152 j'aime

26