C’est du haut de son ambition et de sa rigueur que Boite Noire tire son épingle du jeu. Avec son ambiance de thriller à la lisière de l’horrifique et sa caractérisation aux contours paranoïaques, le film s’agence avec minutie et maitrise son sujet jusqu’au bout des doigts.


Alors qu’un avion vient de s’écraser et faire des centaines de morts, Matthieu, agent au BEA, va devoir enquêter sur ce qui s’est déroulé lors de ce vol. Dès les premières minutes, dans sa composition, le décor se veut froid, clinique comme du David Fincher, presque déshumanisé, avec son personnage aux ambitions débordantes et désinvoltes. Un peu comme Le Chant du loup, Boite Noire contient un personnage principal à l’ouïe incroyable, analyste en acoustique, lui permettant d’entendre des choses, des bruits, des résonances et de comprendre des situations que le commun des mortels ne pourrait saisir. Et comme le film d’Antonin Baudry, celui de Yann Gozlan arrive à faire de cette qualité narrative, un puissant pouvoir cinématographique tant dans le fond que dans la forme : allier l’image et le son avec un mixage impressionnant comme en atteste la première écoute de la boite noire par Matthieu où le cadre nous fait écouter cet enregistrement de terreur et de peur humaine, tout en gardant la caméra proche du regard et des mimiques du visage de Matthieu ; ou comme cette séquence de décapsulation de la boite noire mise en scène comme une séquence d’horreur organique que n’aurait pas renié David Cronenberg.


C’est alors que la science visuelle de Yann Gozlan se fait sentir, comme lorsqu’il faisait vombrir des bécanes dans son précédent Burn Out : faire des faits, un pur moment de fascination et de sensation. Mais au lieu de faire de son film, un unique film d’écoute, le récit va petit à petit se porter à la fois sur Matthieu, incarné brillamment par Pierre Niney, et sur ce milieu de l’aviation civile, méconnu du grand public, qui dissimule bien des intérêts, des personnages secondaires mystérieux, tendancieux et de multiples compromissions. Au-delà de ce crash, sa compagne va bientôt rejoindre la compagnie de l’avion lié au drame et son supérieur, devant s’occuper de cette affaire, a disparu un jour après le début de l’enquête. Sans jouer la carte du spectaculaire, s’ensuit cependant un film d’enquête aux multiples rebondissements, aux allures documentaristes, qui se questionne sur le rôle de l’humain face à une mécanisation de plus en plus sécuritaire et exponentielle : un peu comme le dernier Todd Haynes (Dark Waters) ou Rouge de Farid Bentoumi, qui arrive idéalement à nourrir son récit réaliste avec le dessin d’une société forcenée et souterraine (cette fameuse voiture noire), tout en remettant en cause les certitudes de son personnage, en proie à ses pires démons, voyant son obsession pour ce crash s’accentuer jusqu’à en perdre tout contrôle sur sa vie.


Inscrire son récit dans une rigueur factuelle implacable tout en faisant se jumeler les différents genres cinématographiques qui ne débordent jamais vers le fantastique, permet à Boite Noire de ne jamais perdre en rythme et de garder sous tension son auditoire, notamment dans un final asphyxiant. Yann Gozlan signe là un exercice de style singulier mais également particulièrement dans l’air du temps.


Article original sur LeMagducine

Velvetman
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Velvetman et sa tambouille filmique en 2021

Le 7 septembre 2021

48 j'aime

Boîte noire
Behind_the_Mask
9
Boîte noire

Si tu tends l'oreille

Dans Boîte Noire, on apprend que la boîte du titre est, contre toute attente... Rouge, et qu'elle se situe dans la queue de l'appareil, l'endroit où statistiquement, elle a le moins de chance d'être...

Lire la critique

il y a 11 mois

70 j'aime

11

Boîte noire
GerardDenfer
5
Boîte noire

Bulots Vs Zombies

Ce film est comme une bagnole neuve. Tu sais, quand tu rentres dedans, il y a cette odeur, et tu regardes un peu autour de toi, y a pas un grain de poussière, et un seul truc te vient à...

Lire la critique

il y a 11 mois

53 j'aime

9

Boîte noire
Velvetman
7
Boîte noire

Un crash de tension

C’est du haut de son ambition et de sa rigueur que Boite Noire tire son épingle du jeu. Avec son ambiance de thriller à la lisière de l’horrifique et sa caractérisation aux contours paranoïaques, le...

Lire la critique

il y a 11 mois

48 j'aime

The Neon Demon
Velvetman
8

Cannibal beauty

Un film. Deux notions. La beauté et la mort. Avec Nicolas Winding Refn et The Neon Demon, la consonance cinématographique est révélatrice d’une emphase parfaite entre un auteur et son art. Qui de...

Lire la critique

il y a 6 ans

274 j'aime

13

Premier Contact
Velvetman
8

Le lexique du temps

Les nouveaux visages du cinéma Hollywoodien se mettent subitement à la science-fiction. Cela devient-il un passage obligé ou est-ce un environnement propice à la création, au développement des...

Lire la critique

il y a 5 ans

259 j'aime

19

Star Wars - Le Réveil de la Force
Velvetman
5

La nostalgie des étoiles

Le marasme est là, le nouveau Star Wars vient de prendre place dans nos salles obscures, tel un Destroyer qui viendrait affaiblir l’éclat d’une planète. Les sabres, les X Wing, les pouvoirs, la...

Lire la critique

il y a 6 ans

208 j'aime

21