👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Ce film est comme une bagnole neuve. Tu sais, quand tu rentres dedans, il y a cette odeur, et tu regardes un peu autour de toi, y a pas un grain de poussière, et un seul truc te vient à l’esprit : c’est propre.

Ce film est propre. Tout est propre partout. Les bureaux, le logement du protagoniste, sa bagnole, sa femme. Même l'affiche est propre. Rien ne dépasse. Rien ne fait vie. J’ai eu l’impression de voir un truc écrit et réalisé par une intelligence artificielle avec des acteurs androïdes. C’est propre, et c’est froid, forcément. Le protagoniste et sa femme n’entretiennent pas vraiment une relation sentimentale, vu leur niveau d’intimité, ils ressemblent à deux collègues de bureau. Pas d’affects, jamais, nulle part.

La bande son m’a carrément gonflé. Omniprésente. Pas une seconde de film sans un son stressant. Tous les plans sont surchargés auditivement pour nous faire ressentir une pression qui n’existe pas vraiment. Genre, machin fait ses lacets, le son nous fait croire qu’il est seul dans les bois la nuit, cerné de zombies nazis.

L’intrigue ressemble à une aventure du Club des Cinq. Régulièrement, un indice tombe du ciel, Pouf ! et fait avancer l’enquête. Y a même un genre de code secret à un moment.

Au bout de dix minutes, je commençais à somnoler, mais j’ai tenu le coup jusqu’à la fin… comment dire sans être trop méchant et sans spoiler… banalement clichesque.

Un film dépourvu de la moindre personnalité donc et par conséquent, du moindre intérêt. Ça respecte bien tous les impératifs partout, scénario, réalisation, c’est tout bien maîtrisé, la technique tout ça. Mais on s’ennuie comme un rat mort devant un bilan comptable.

GerardDenfer
5
Écrit par

il y a 10 mois

53 j'aime

9 commentaires

Boîte noire
Behind_the_Mask
9
Boîte noire

Si tu tends l'oreille

Dans Boîte Noire, on apprend que la boîte du titre est, contre toute attente... Rouge, et qu'elle se situe dans la queue de l'appareil, l'endroit où statistiquement, elle a le moins de chance d'être...

Lire la critique

il y a 10 mois

70 j'aime

11

Boîte noire
GerardDenfer
5
Boîte noire

Bulots Vs Zombies

Ce film est comme une bagnole neuve. Tu sais, quand tu rentres dedans, il y a cette odeur, et tu regardes un peu autour de toi, y a pas un grain de poussière, et un seul truc te vient à...

Lire la critique

il y a 10 mois

53 j'aime

9

Boîte noire
Velvetman
7
Boîte noire

Un crash de tension

C’est du haut de son ambition et de sa rigueur que Boite Noire tire son épingle du jeu. Avec son ambiance de thriller à la lisière de l’horrifique et sa caractérisation aux contours paranoïaques, le...

Lire la critique

il y a 10 mois

48 j'aime

Les Sorcières d'Akelarre
GerardDenfer
2

Et mon cul, c'est du poulet ?

Ma vie cinématographique ressemble à des montagnes russes démoniaques. Mes trois derniers films : Bac Nord, Drive My Car, et cet espèce de machin dont je m’apprête à faire la review. J’avais...

Lire la critique

il y a 10 mois

11 j'aime

21

Kaamelott - Premier Volet
GerardDenfer
2

Cinéma burgonde

J’avais commencé à écrire un truc super long, mais je me suis un peu perdu, j’en ai eu marre, j’ai tout effacé et je vais partir sur nettement plus laconique. En passant au format film, le père...

Lire la critique

il y a 11 mois

11 j'aime

4

True Mothers
GerardDenfer
5
True Mothers

Cinq fruits et légumes par jour.

La séance débutait à 20 heures, j’avais pas mangé, et je voulais pas le faire après coup, faut jamais manger trop tard sinon on dort mal et on grossit, et après votre femme demande le divorce et vous...

Lire la critique

il y a 11 mois

9 j'aime

6