Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Deux putes pour le prix d’une : qui dit mieux ?

C’était sympatoche.


Curieux projet pourtant que celui de mélanger deux nouvelles de Maupassant n’ayant, sur le papier, rien à voir (eh oui : comme son titre ne l’indique pas, le film est une adaptation de Boule de Suif… mais aussi de Mademoiselle Fifi), quand la première seule aurait suffi à nourrir un film. Mais au fond, pourquoi pas. Après tout, les deux nouvelles en question (que j’ai lues, oui monsieur) mettent toutes deux en scène une pu… fille publique, qui va avoir maille à partir avec un officier prussien libidineux durant l’occupation de 1870. Aussi le film fusionne-t-il ces deux personnages de pu… coureuses de remparts en une seule, Boule de Suif, qui va du coup se fader successivement les avances respectives des deux officiers prussiens des deux nouvelles adaptées.


« Successivement » puisque, si je parlais plus haut de « mélanger deux nouvelles », le film les enchaîne plutôt. Il est en réalité monté ainsi : Boule de Suif puis Mademoiselle Fifi. Avec simplement une introduction – classe – du personnage de Fifi (qui est en fait un mec, faut l’savoir hein) au début du film (du récit de Boule de Suif, donc), histoire de préparer le terrain à la suite des évènements (ceux de Mademoiselle Fifi, donc – tu suis ?).


Pourquoi pas, donc. Mais disons qu’il n’est pas inutile d’en avoir conscience au moment de lancer le film – c’était mon cas – au risque sinon de ne pas comprendre cet étrange épilogue à Boule de Suif.


Boule de Suif d’ailleurs étonnement fine ici… Alors qu’en lisant le bouquin, j’imaginais logiquement le personnage (dont le pseudo signifie littéralement « boule de graisse ») comme une grosse dondon, son interprète Micheline Presle a elle carrément la ligne. Mais bon, le film le prend en compte et nous fait du coup une petite pirouette en nous expliquant qu’elle a perdu du poids depuis mais conservé son surnom (habile !), dont acte. N’empêche que Micheline Presle n’est pas bien charismatique.


Et puisque j’en suis aux reproches, je trouve Alfred Adam particulièrement irritant dans le rôle du républicain Cornudet, à lâcher des petits « Ah ! » moqueurs de petite victime pendant tout le film. In-sup-por-ta-ble… Si c’est cela la République, alors je n'en veux pas !


Histoire de compenser, je salue en revanche Louis Salou – impeccable en salaud galonné – et l’éternel second rôle Jean Brochard – toujours très bien.


Et je retiens l’idée pas conne du tout, conséquence de l’adaptation mêlée de Boule de Suif et de Mademoiselle Fifi : le remplacement des pu… filles à soldats de la seconde nouvelle par les bourgeoises (pas consentantes, du coup) de la première. Cela rajoute un peu de sel au dernier acte du film, en humiliant un petit peu ces bourgeoises détestables, forcées à tenir (galante) compagnie aux officiers prussiens. J’aurais personnellement poussé le délire un cran plus loin (tu m’as compris…) mais j’admets que cela n’aurait pas été très raccord avec le projet. Qui se veut tout public et raisonnablement bon enfant…


Avec des bourgeois et des Prussiens bien caricaturaux voire ridicules…


Enfin le film ne manque toutefois pas d’intérêt, puisqu’à la plume de Maupassant s’ajoute celle du fidèle Henri Jeanson et que ce Boule de Suif propose du coup son petit lot de répliques et d’échanges amusants. Rappelons tout de même que le film, réalisé en 1945, traite de l’occupation prussienne… ce qui procure aux dialogues et positions respectives des différents personnages en scène – parmi lesquels des bourgeois pas si réfractaires que ça à la présence des Prussiens… – un sous-texte et une saveur supplémentaires.


Et du coup… ça se regarde gentiment.

ServalReturns
6
Écrit par

Créée

le 30 mars 2022

Critique lue 132 fois

2 j'aime

2 commentaires

ServalReturns

Écrit par

Critique lue 132 fois

2
2

D'autres avis sur Boule de suif

Boule de suif
JeanG55
8

La vertu n'est pas toujours là où on croit

Le film "Boule de suif" que Christian Jaque réalisa au moment de la Libération en 1945 est l'adaptation par Henri Jeanson de deux nouvelles de Maupassant "Boule de suif" et "Mademoiselle Fifi". Ces...

le 15 avr. 2022

10 j'aime

5

Boule de suif
PierreAmo
9

Les 7 Salopards.Maison des Otages.DupontLajoie.Il était une fois la révolution.Enlèvement au sérail.

Diplomatie, Lobbying, Société et Prostitution. Ce n'est pas une critique mais juste une liste de remarques très diverses suite à enfin ma découverte du film grâce au Cinéma de Minuit de notre Patrick...

le 13 nov. 2021

8 j'aime

8

Boule de suif
ServalReturns
6

Deux putes pour le prix d’une : qui dit mieux ?

C’était sympatoche. Curieux projet pourtant que celui de mélanger deux nouvelles de Maupassant n’ayant, sur le papier, rien à voir (eh oui : comme son titre ne l’indique pas, le film est une...

le 30 mars 2022

2 j'aime

2

Du même critique

OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire
ServalReturns
7

Ce magnifique pays que l’Afrique

Ah, OSS 117 3… un film que j’aurai attendu comme j’en ai attendus peu. Douze ans maintenant que je le réclamais, le rêvais, le fantasmais… Bien sûr, la route fut semée d’embûches. Ce furent d’abord...

le 4 août 2021

40 j'aime

5

Benedetta
ServalReturns
4

La déception est aussi cruelle que l'attente a été longue

Vu hier soir. Grosse déception... Comme Elle, le film jongle sur différents tons ; il se veut tour à tour comique, dramatique, ironique, solennel... et sur le papier pourquoi pas, mais je trouve...

le 11 juil. 2021

30 j'aime

1