C'est pas moi
6.7
C'est pas moi

Moyen-métrage de Leos Carax (2024)

Thierry Frémaux l’a reconnu au moment de sa présentation dans la section Cannes Première : si le nouveau film de Carax avait atteint les 60 minutes, il aurait pu le mettre en Compétition. Mais le format atypique de son œuvre, un essai composite de 40 min, est le cœur même d’un projet qui n’a que faire des conventions. À l’origine, le matériau était destiné à une exposition du musée Pompidou qui n’a finalement pas eu lieu, expliquant cette forme libre. Leos Carax offre avec C’est pas moi une récréation visuelle, un temps de réflexion, la réponse par l’art aux questions qu’on pose à un artiste, voire qu’il se pose lui-même continuellement : Où en êtes-vous avec le cinéma ?


Bien entendu, les cinéphiles avertis reconnaîtront dans la forme choisie par Carax une paternité évidente, celle de Godard. Même travail sur le montage abrupt semblant passer du coq à l’âne, même jeu de la coexistence entre texte et image, même regard panoptique sur la création audio-visuelle convoquant les archives du cinéma, la mémoire de l’auteur, le flux télévisé ou les potentialités infinies du numérique. Les idolâtres y verront sans doute une pâle copie, alors que l’emprunt est plutôt à considérer comme un jeu de pastiche. Car le cinéaste prend surtout le parti de ne pas trop se prendre au sérieux. Aller jouer sur le terrain du maître crépusculaire et sentencieux, c’est aussi y mettre un peu le bazar, travailler les ruptures, colorer d’une dérision anarchiste qui renvoie bien entendu à son alter ego Monsieur Merde.


Mais il ne s’agit pas non plus de s’en tirer par des pirouettes iconoclastes. Carax, dans ce journal intime, se livre, se questionne, évoque les fantômes du passé (Hitler) et les menaces du présent, une inquiétude viscérale sur le cours de l’Histoire, règle quelques comptes (Polanski) et ouvre à son confident spectateur un cabinet de curiosités où la nostalgie se mêle au ravissement. Car l’image n’existe pas sans la musique, complément indispensable de la voix sépulcrale du créateur (là aussi, volontiers ironique), le film déviant souvent vers un clip à la gloire des voix et des mélodies, de Barbara à Bowie en passant par Nina Simone.


Ces soubresauts d’émotions contradictoires, ces lignes directrices sans cesse redirigées et cette durée atypique provoquent un étonnement profus où l’on savoure, exactement comme on le ferait face à un poème, la densité profonde d’une forme close, qui ne cesse de lancer simultanément des perches vers le monde et l’intime. Et la récompense finale de la scène post-générique, éloge de la magie des illusions, nous fait ardemment espérer le retour prochain du cinéaste à la fiction.


(8.5/10)

Sergent_Pepper
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Rumeurs Cannes 2024, Vu en 2024, Vu en salle 2024, Les meilleurs films français de 2024 et Les films les plus attendus de 2024

Créée

le 12 juin 2024

Critique lue 1.7K fois

47 j'aime

14 commentaires

Sergent_Pepper

Écrit par

Critique lue 1.7K fois

47
14

D'autres avis sur C'est pas moi

C'est pas moi
Plume231
6

Carax par Carax !

Dans ce moyen-métrage d'une durée de quarante minutes, qui aurait dû être diffusé dans le cadre d'une exposition au Centre Pompidou, qui n'a finalement pas eu lieu, Léos Carax a beau dire que ce...

le 13 juin 2024

15 j'aime

2

C'est pas moi
Electron
7

C'est lui

La réception de ce moyen métrage (42 minutes) signé Leos Carax ouvre à mon avis (au moins) deux possibilités. Si vous ne savez pas trop à quoi vous attendre et/ou que vous ne connaissez pas...

le 16 juin 2024

13 j'aime

6

C'est pas moi
EricDebarnot
8

Le grain de (la) beauté et l’envol

On en connaît qui vont détester C’est pas moi, le dernier film de Leos Carax : d’abord, ceux qui détestent Carax, presque par principe, sans qu’on sache vraiment pourquoi (et eux non plus,...

le 20 juin 2024

6 j'aime

Du même critique

Lucy
Sergent_Pepper
1

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

le 6 déc. 2014

769 j'aime

104

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

le 14 août 2019

706 j'aime

54

Her
Sergent_Pepper
8

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

le 30 mars 2014

615 j'aime

53