Castello Cavalcanti
6.3
Castello Cavalcanti

Publicité de Wes Anderson (2013)

À l'instar d'un Woody Allen, Wes Anderson se plaît à revisiter les pays et les réalisateurs européens. Ici il fait halte en Italie, toujours pour Prada. Qu'un réalisateur connu s'arrêter pour faire de lapub et ainsi emmagasiner un peu d'argent,, ça ne me dérange pas. BMW a par exemple triomphé grâce à une mini série menée de main de maître par Clive Owen dans la peau d'un conducteur exemplaire.

Wes rend hommage à ses réalisateurs, oui, mais ne trahit pas pour autant son système. Malheureusement, on le sent beaucoup moins impliqué artistiquement quand il s'agit d'un travail alimentaire, c'est un peu dommage. Ainsi, ce "Costello Cavalcanti" ressemble plus à un embryon de projet qu'à un court métrage terminé. L'idée abordée est intéressante, un peu Freudienne sur les bords, mais traitée torp superficiellement.

Toutefois, l'humour et la mise en scène soignée font de ce petit film un divertissement sympathique. Quoique les seconds rôles, des autochtones, sont un peu trop amateurs.

Bref, une petite pub pas trop mal fichue, mais qui laisse un sentiment de non-fini.
Fatpooper
5
Écrit par

Créée

le 22 févr. 2014

Critique lue 576 fois

7 j'aime

Fatpooper

Écrit par

Critique lue 576 fois

7

D'autres avis sur Castello Cavalcanti

Castello Cavalcanti
Fatpooper
5

Be Dandy, Be Prada

À l'instar d'un Woody Allen, Wes Anderson se plaît à revisiter les pays et les réalisateurs européens. Ici il fait halte en Italie, toujours pour Prada. Qu'un réalisateur connu s'arrêter pour faire...

le 22 févr. 2014

7 j'aime

Castello Cavalcanti
mewnaru
6

Prada selon Wes Anderson.

Wes Anderson offre ses talents à la marque Prada. Le court-métrage de sept minutes reprend les codes du cinéaste : beauté des décors irréels, maîtrise des plans, Jason Swartzman, humour léger et...

le 3 juin 2014

3 j'aime

Du même critique

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

le 3 janv. 2016

122 j'aime

35

Strip-Tease
Fatpooper
10

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

le 22 févr. 2014

116 j'aime

45

Taxi Driver
Fatpooper
5

Critique de Taxi Driver par Fatpooper

La première fois que j'ai vu ce film, j'avais 17ans et je n'avais pas accroché. C'était trop lent et surtout j'étais déçu que le mowhak de Travis n'apparaisse que 10 mn avant la fin. J'avoue...

le 16 janv. 2011

104 j'aime

55