Ce film ne pouvait que m'être destiné, il réuni mes 3 passions dans la vie : François Civil, le cinéma et le vin. Je pensais avoir à analyser beaucoup de paramètres, vérifier la cohérence des propos viticoles, regarder la justesse des comédiens, la diversité des plans... Finalement je me suis enfoncée dans mon siège et j'ai profité ! Klapisch a bien bossé. Comment ai-je pu douter de lui ? Il quitte ses habitudes urbaines pour nous emmener en Bourgogne, au fin-fond de la campagne. Et, s'il a troqué ses chaussures de ville pour des bottes, il suit sa route avec le talent qu'on lui connaît. Quant au vin, il a fait appel à Jean-Marc Roulot, acteur mais surtout vigneron. Il n'y a pas une seule inexactitude concernant ce divin breuvage, du raisin sur la vigne au vin dans le verre. Que c'est agréable d'apprendre en s'amusant !


Le film suit une fratrie de 3, dont le père vient de décéder. L'aîné avait fui le domaine familial 10 ans plus tôt, n'ayant donné presque aucune nouvelle. Pourtant, quand il rentre, il est accueilli avec chaleur. En soi, rien n'a changé. Les années ont passé, les gens ont fait leur vie mais le domaine viticole reste le même. Et, après la mort du patriarche, il y a tout à reconstruire. C'est Juliette qui reprend les rênes. Ana Girardot campe une Juliette frêle, incertaine, timide mais qui cache un énorme potentiel de vigneronne. Difficile d'être une femme dans ce monde masculin ! De la même manière, son jeune frère Jérémie (incarné par le fantastique François Civil) doit s'affirmer en tant qu'homme, lui qui a toujours été couvé par son père, sa mère, son frère, sa sœur, son beau-père... Vous l'aurez compris, c'est une histoire de famille ! Thème qui est cher à Klapisch. C'est aussi une ode au vin et donc à la vie, à la joie, à la terre. C'est entier, ça a du caractère, ça transpire les sentiments sans jamais tomber dans le pathos. Et, l'alcool aidant, c'est drôle. On a une arête comique qui est très appréciable, des dialogues au jeu formidable des comédiens en passant par des situations liées au monde du vin (la scène de fin des vendanges est délectable !). C'est un très bon crû Klapisch !


Que j'aime sortir du cinéma avec le sentiment d'être remplie ! Ce film nourrit l'âme et promet des heures de sourires après son visionnage !

heleneqh
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur.

Créée

le 14 juin 2017

Critique lue 643 fois

4 j'aime

heleneqh

Écrit par

Critique lue 643 fois

4

D'autres avis sur Ce qui nous lie

Ce qui nous lie
mymp
2

Klapisch kaput

Le point de départ du nouveau Cédric Klapisch (écrit avec Santiago Amigorena, le complice des débuts) ressemble étrangement à celui de Six feet under, la série culte des années 2000, mais ramené au...

Par

le 7 juin 2017

24 j'aime

4

Ce qui nous lie
JorikVesperhaven
8

Une comédie dramatique touchante et drôle, pleine de chaleur humaine, pour un Klapish en grande form

Cédric Klapish s’est essayé à de nombreux genres durant sa carrière mais force est de constater qu’il n’a pas son pareil lorsqu’il fait le choix de croquer des tranches de vie dans leur plus simple...

le 30 mai 2017

22 j'aime

1

Ce qui nous lie
Plume231
4

Mauvais cru !

Mouais, 2017 ne sonne pas pour moi comme un grand millésime pour le cinéma de Klapisch. Et oui, je compte impitoyablement ponctuer cette critique de jeux de mots bien pourris ayant l’œnologie pour...

le 14 avr. 2022

20 j'aime

5

Du même critique

Ce qui nous lie
heleneqh
8

Hymne à la joie de vivre

Ce film ne pouvait que m'être destiné, il réuni mes 3 passions dans la vie : François Civil, le cinéma et le vin. Je pensais avoir à analyser beaucoup de paramètres, vérifier la cohérence des propos...

le 14 juin 2017

4 j'aime

Lamomali
heleneqh
8

L'âme au Mali

Si on ne m'avait pas mis l'album entre les mains je ne l'aurai jamais écouté. Premièrement parce que je ne suis pas une amatrice de M, ensuite parce que je me méfie des changements de style...

le 2 janv. 2018

3 j'aime

3 %
heleneqh
7

97% de satisfaction

3% est une révélation, quelle claque ! Netflix nous emmène au Brésil, pays de contrastes sociaux. Les inégalités sont marquées et se creusent de jour en jour, dans l'indifférence générale. Cette...

le 10 mars 2017

3 j'aime

1