👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Ah, si Hitchcock avait connu les entrelacs des réseaux sociaux, comme il aurait jubilé d'en tirer des scénarios pervers pour le plus grand plaisir de son public. Celle que vous croyez n'est pas digne de Sueurs froides, bien d'accord, mais la manière dont Safy Nebbou nous trimballe sans sommation dans les tréfonds de l'âme torturée de son héroïne quinquagénaire est assez passionnante même si pas toujours totalement maîtrisée. Celle que vous croyez ne parle pas seulement des ravages de Facebook and Co et développe des thèmes tels que le refus de vieillir, l'emprise amoureuse ou encore la peur de la solitude. Avec un certain réalisme, pendant une heure, avant de plonger corps et biens dans le romanesque avec un certain culot, comme si le film se réinventait une première fois, avant de le faire à nouveau peu avant la fin. C'est un peu osé et les mailles du filet un tantinet trop grosses mais il est assez plaisant de marcher quand même, le film assumant son caractère de fiction et ses soudaines accélérations ou décélérations. La mise en scène reste élégante tout du long avec quelques plans très marquants suggérant l'attraction du vide (Beaubourg, les falaises). Un peu de Vertigo, donc,, on y revient. Mais le film serait nettement moins brillant s'il ne bénéficiait pas d'une interprétation exceptionnelle de Juliette Binoche, capable de "faire son âge" dans une scène puis de ressembler à une adolescente dans la suivante (son visage évoque aussi parfois celui de Julia Roberts). François Civil et surtout Nicole Garcia sont de leur côté mieux que des faire valoir. Les rapports entre la thérapeute jouée par Garcia et sa patiente et leur "affrontement" feutré, l'une parle et l'autre écoute, est d'ailleurs l'une des réussites du film alors qu'il y a là un procédé que l'on aurait pu qualifier a priori de facile. L'ambigüité et la complexité de leur relation est à l'image d'un film qui se révèle excitant dans ses différents niveaux de lecture, y compris, évidemment, psychanalytique.

6nezfil
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Au fil(m) de 2019

il y a 3 ans

21 j'aime

Celle que vous croyez
6nezfil
7

L'emprise de la passion

Ah, si Hitchcock avait connu les entrelacs des réseaux sociaux, comme il aurait jubilé d'en tirer des scénarios pervers pour le plus grand plaisir de son public. Celle que vous croyez n'est pas digne...

Lire la critique

il y a 3 ans

21 j'aime

Celle que vous croyez
insulinesoundsystem
1

L'impossible beauté de la toile

Cet exercice de style constipé, aussi vain qu'artificiel, dont le seul rythme s'impose par les clapotis du clavier et des notifications, est d'une froideur et d'une vulgarité consternantes. Ni la...

Lire la critique

il y a 3 ans

11 j'aime

2

Celle que vous croyez
Sofian_DeRochdi
8

Demande d'ajout

Histoire/Scénario : Un drame en plein dans l’actualité. L’histoire de cette femme est bien ancrée dans notre époque, l’ère des réseaux sociaux. Mieux, ce film permet de dégager quelques...

Lire la critique

il y a 3 ans

9 j'aime

The Power of the Dog
6nezfil
8

Du genre masculin

Enfin un nouveau film de Jane Campion, 12 ans après Bright Star ! La puissance et la subtilité de la réalisatrice néo-zélandaise ne se sont manifestement pas affadies avec Le pouvoir du chien, un...

Lire la critique

il y a 9 mois

61 j'aime

12

Mon inconnue
6nezfil
7
Mon inconnue

Relativité restreinte

Et si on supprimait les bandes-annonces des salles de cinéma ? Celle de Mon inconnue, outre le fait qu'elle dévoile copieusement tous les tenants et presque les aboutissants du film, en accentue la...

Lire la critique

il y a 3 ans

55 j'aime

9

Drunk
6nezfil
8
Drunk

Mélan(al)colique

Le problème de Thomas Vinterberg est d'avoir atteint un niveau très élevé dès son deuxième long-métrage, Festen, sans être capable de réitérer pareille performance par la suite, malgré quelques...

Lire la critique

il y a plus d’un an

51 j'aime