👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Contagion fait parti de ces films qui laissent un drôle de goût à la fin. Vous voyez sans doute de quel goût je veux parler si vous avez déjà bu un verre d'eau ou mangé de la neige. C'est le goût DU RIEN.

Si on ne peut nier la technique impeccable de Soderbergh, et si on peut reconnaitre que revêtir la forme d'un film choral pour une histoire de pandémie s'avère assez pertinent bien que peu original; on se demande quand même quel est l'intérêt d'un énième métrage sur le sujet. Je veux dire: qui peut mieux faire que Alerte avec Dustin Hoffman? (boite à rires)

Plus sérieusement Contagion se contente d'appliquer bêtement la recette contamination+paranoïa+héros ordinaire immunisé+drame socio-familial dans un contexte de bordel international ambiant, le tout sans n'apporter rien de plus qu'une démonstration stérile d'évènements mainte fois prophétisés (H1N1) par le biais de guests en désorientation temporo spatiale faute de direction d'acteur et qui n'ont semble-t-il rien d'autre à foutre au moment du tournage puisque leurs agendas leur ont permis de se pointer ensemble sur le même plateau vu qu'il y avait de la lumière au fond du couloir.
Là où Ocean 11,12 etc avait réuni une bande de potos venus cabotiner le sourire en coin, Contagion rassemble un patchwork d'acteurs aux gueules constipés essayant de faire croire à leur histoire de parano sans queue ni tête, impertinente et dénuée de réel intérêt.

Si c'était pour prouver qu'une actrice française pouvait jouer une suisse, ben c'est techniquement irréprochable.

Si c'était pour prouver qu'un acteur anglais insupportable pouvait jouer un bloggueur américain insupportable, ben c'est techniquement irréprochable.

Si c'était pour prouver que si on se lavait pas les mains après avoir fait caca on pouvait mourrir d'un cancer des microbes, ben c'est techniquement irréprochable.

Si c'était pour apprendre au peuple (en appuyant bien) que oui, incroyable mais vrai- quelle découverte!-, si on tousse à la gueule des gens en leur crachant notre morve dans la bouche on les contamine, ben c'est techniquement irréprochable.

Si c'était pour faire une démonstration stérile d'événements maintes fois prophétisés aux infos avec des guests insupportables à tronches de constipés techniquement chiante, ben c'est techniquement irréprochable.


P.S: un jeu de mots s'est glissé dans le titre de cette critique
real_folk_blues
3
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Je crois que ce film se fout de ma gueule et Flop 100 de mes pires titres de critiques

il y a 10 ans

66 j'aime

9 commentaires

Contagion
real_folk_blues
3
Contagion

Et pis Demi elle joue pas dans le film

Contagion fait parti de ces films qui laissent un drôle de goût à la fin. Vous voyez sans doute de quel goût je veux parler si vous avez déjà bu un verre d'eau ou mangé de la neige. C'est le goût DU...

Lire la critique

il y a 10 ans

66 j'aime

9

Contagion
Théloma
7
Contagion

Covid-19 versus MEV-1 : quand la réalité dépasse la fiction

En 2011, neuf ans après l'épidémie de SRAS et deux ans après celle du H1N1, Steven Soderbergh réalisait Contagion. Le film raconte l'émergence d'un virus mystérieux, le MEV-1 et la pandémie qui...

Lire la critique

il y a 2 ans

51 j'aime

9

Contagion
-Marc-
6
Contagion

Coup de torchon

Aujourd'hui tous ou presque attribuent le réchauffement climatique aux gaz à effet de serre, les gaz à effet de serre à la pollution, la pollution aux activités humaines. Quelques uns ont franchi...

Lire la critique

il y a 2 ans

27 j'aime

15

Gravity
real_folk_blues
5
Gravity

2013 L'odysée de l'espèce di counasse...

Évidemment, un pauvre connard cynique comme moi ne pouvait pas ne pas trouver son mot à redire. Évidemment, si je devais me faire une idée de la qualité du truc au buzz qu’il suscite, deux options...

Lire la critique

il y a 8 ans

284 j'aime

121

Divergente
real_folk_blues
1
Divergente

Dix verges hantent ces lignes...

Ça fait un moment que j’ai pas ouvert ma gueule par ici. J’aurais pu faire un come back de poète en disant de bien belles choses sur Moonrise Kingdom, vu récemment ; mais non. Fallait que ça...

Lire la critique

il y a 8 ans

270 j'aime

92

Upside Down
real_folk_blues
2
Upside Down

De quoi se retourner dans sa tombe...

J’ai trouvé une formule tirée de ce film à la rigueur scientifique inégalable : Bouillie numérique + histoire d’amour = Twilight. Je soustrait les poils de Taylor Lautner et je rajoute des abeilles...

Lire la critique

il y a 9 ans

242 j'aime

39