Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Depuis combien de temps n'avons nous pas vu un vrai film de genre parfaitement réussi ? En poussant un peu, on a envie de dire depuis la fin des années 70... puisque c'est clairement à cette époque de la série B que Fede Alvarez se réfère avec son impeccable "Don't Breathe". Le genre est donc le home invasion movie (et Alvarez dépasse clairement le Fincher de "The Locker Room"...) qui vire au survival movie (la liste est plus longue, mais "Don't Breathe" ne démérite pas). La grande intelligence ici est de ne faire aucun second degré, de ne nous offrir aucun trait d'humour, aucune mise en abyme, aucun recul par rapport à des situations aussi extrêmes que parfaitement crédibles : "Don't Breathe" est à proprement parler un film asphyxiant par le stress continu qu'il génère, brillamment renforcé par un contexte social fort (les quartiers en ruine de Détroit, et la misère générale qui gangrène le moindre comportement), et auquel Alvarez donne plusieurs tours d'écrou successifs en complexifiant peu à peu son effrayant personnage d'aveugle retors et quasi invincible. En refusant la perche tendue du fantastique (même si "Don't Breathe" se balade à la frontière des terres de Wes Craven), en ne sacrifiant quasiment jamais aux artifices usés du film d'horreur standard, Fede Alvarez nous offre ainsi de nombreux moments délicieux (car fréquemment insoutenables) d'angoisse. On regrettera quand même que le scénario n'aille pas complètement au bout de sa logique nihiliste, les personnages tous plus abjects les uns que les autres méritant largement l'extermination, et on craint un peu la possibilité d'un sequel du fait d'une dernière scène dont on se serait bien passés. [Critique écrite en 2016]

EricDebarnot
7
Écrit par

Créée

le 21 sept. 2016

Critique lue 1.9K fois

27 j'aime

11 commentaires

Eric BBYoda

Écrit par

Critique lue 1.9K fois

27
11

D'autres avis sur Don't Breathe : La Maison des ténèbres

Don't Breathe : La Maison des ténèbres
SanFelice
7

Le Cyclope aveuglé et les enfants d'Icare

Dans les premières minutes du film, on semble être en terrain conquis. Rien de nouveau sous le soleil. Séquence d'intro pour présenter les personnages principaux. Trois ados qui cambriolent une...

le 26 avr. 2017

41 j'aime

4

Don't Breathe : La Maison des ténèbres
Theloma
7

A bon entendeur, ça tue !

Il arrive souvent que les films d'horreur mettent en scène la confrontation entre un affreux (psychopathe, monstre, tueur en série...) et ses victimes au cœur d'un huis-clos (maison hantée, vaisseau...

le 4 nov. 2016

33 j'aime

3

Don't Breathe : La Maison des ténèbres
easy2fly
3

La dernière maison pas vraiment sur la gauche

Selon l'affiche, Don't Breathe est "Le meilleur film d'horreur américain des 20 dernières années", la personne affirmant cela n'a surement jamais vu de film de ce genre, dont celui-ci. Car ce n'est...

le 6 oct. 2016

29 j'aime

10

Du même critique

Les Misérables
EricDebarnot
7

Lâcheté et mensonges

Ce commentaire n'a pas pour ambition de juger des qualités cinématographiques du film de Ladj Ly, qui sont loin d'être négligeables : même si l'on peut tiquer devant un certain goût pour le...

le 29 nov. 2019

204 j'aime

152

1917
EricDebarnot
5

Le travelling de Kapo (slight return), et autres considérations...

Il y a longtemps que les questions morales liées à la pratique de l'Art Cinématographique, chères à Bazin ou à Rivette, ont été passées par pertes et profits par l'industrie du divertissement qui...

le 15 janv. 2020

190 j'aime

105

Je veux juste en finir
EricDebarnot
9

Scènes de la Vie Familiale

Cette chronique est basée sur ma propre interprétation du film de Charlie Kaufman, il est recommandé de ne pas la lire avant d'avoir vu le film, pour laisser à votre imagination et votre logique la...

le 15 sept. 2020

187 j'aime

25