👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Sans grande surprise, c'est moins bien que le premier…

Pour récapituler un peu le contexte, on a été voir ce film avec une bande de potes, sur une idée initiale d'un mec qui finalement n'est même pas venu avec nous (le salop), parce qu'on avait tous beaucoup apprécié le premier et qu'on espérait que celui-ci serait une suite sympa.

Parce qu'on travaillait tous en job d'étudiant et qu'on avait la flemme de bouger jusqu'au cinéma plus récent qui se trouvait à deux kilomètres on a préféré se taper la salle pratiquement antique, histoire de se payer la VF ET la 3D (gasp). Un seul commentaire sur ces deux aspects, comme ça je n'aurai à le dire qu'ici : la VF est vraiment vraiment passable, on a l'impression d'entendre un doublage de sitcom, avec des intonations de pré-ados particulièrement pénibles. Quant à la 3D, elle présente comme très souvent un caractère totalement accessoire et dispensable, gâchant même quelque peu le film aux gens qui portent déjà des lunettes de vue telles que votre serviteur.
Petite anecdote : la température étant montée brusquement dans la salle (alors que nous n'étions qu'une vingtaine de personnes au maximum), je me suis vu contraint de retirer mon pull et donc ces fameuses lunettes. Et bien il se trouve qu'en fait on peut très bien voir la quasi totalité d'un film tel que celui-ci sans lunettes, puisque la 3D ne se fait que sur les objets au premier plan. Bon, on voit forcément moins bien ces derniers mais le décor et les éléments à l'arrière-plan gagnent tellement de couleur et de lumière que c'en est presque tentant. Mais bon, alors que j'hésitais réellement à continuer à regarder le film comme ça, une scène de bataille s'annonça, ce qui me poussa à enfiler de nouveau ma troisième paire d'yeux.

Bon donc qu'en est-il du film en tant que tel?
Pour ceux qui auraient déjà vu le premier opus mais n'en gardent qu'un très vague (même si très bon) souvenir, je me permets de rappeler la situation au début de Dragons 2 : les Vikings et les dragons vivent en harmonie, le père de Harold est enfin fier de sa progéniture, il sort bien avec Astrid et il a bricolé un genre d'aile volante trop classe (je ne sais plus si c'était déjà annoncé dans la fin du premier, mea culpa si tel est le cas).

Le pitch de base étant posé, on assiste dans la première moitié du film à une suite d'évènements totalement dispensables. Je ne spoile pas ici, mais rien de bien vraiment intéressant ne se déroule, si bien que j'ai vraiment cru qu'à un moment donné le film allait s'arrêter là et me laisser totalement sur ma faim. Parce que le problème de ce film (comme de la plupart des suites), c'est qu'il s'inscrit dans la continuité d'un matériel qui a eu le mérite d'être particulièrement novateur et frais, avec des personnages totalement inédits et un univers qui leur est propre.

Le parallèle entre Harold et son dragon sur le fait que tous les deux soient estropiés? Super! Le goût du héros pour la mécanique et les inventions? Parfait! Et le premier vol? Totalement dingue! Dragons, premier du nom, a été acclamé par la critique pour ces qualités, dont ne peut malheureusement pas se targuer son successeur.

D'accord, les personnages ont pris cinq ans de plus (et franchement, à part sur Harold qui a l'air d'avoir un peu de poil au menton, ça ne saute pas aux yeux) et sont donc censés être plus mûrs, confronté à de nouveaux choix. Le problème c'est que si on sent que les réalisateurs ont effectivement voulu rendre Harold un peu plus adulte, le ratio de blagues très très basiques est nettement plus élevé que dans le premier (enfin ça c'est peut-être une impression due à la VF), ce qui contrebalance quelque peu l'effet désiré. Et on ne parlera même pas du méchant loin d'être ultra charismatique (même après avoir vu le film ses motivations demeurent obscures pour moi. Il est méchant juste parce qu'il est méchant? D'accord…) et des nombreuses incohérences présentes tout au long du film (je ne les cite pas, mais elles devraient vous apparaître assez clairement).

Heureusement la deuxième moitié du film rattrape un peu le coup, avec quelques passages vraiment épiques.

Je sais très bien que Dragons 2 est un film pour enfants, et que je ne suis sans doute pas dans le public cible pour en profiter pleinement. Mais étrangement, ça ne m'avait pas du tout posé problème pour le premier opus, et il est donc quelque peu dommageable que cet épisode-ci vise principalement à séduire un public (beaucoup) plus jeune, en ne proposant pas d'autres niveaux de lecture aux adultes qui accompagneraient des enfants pour le voir.

En parlant de ça, une petite dédicace au couple de quinquagénaires en costume qui sont venus s'asseoir à côté de nous pour la séance. On a pas vraiment compris ce que vous faisiez là, mais pour le coup on a vraiment été décomplexés.
Servais_
6
Écrit par

il y a 8 ans

1 j'aime

Dragons 2
Sergent_Pepper
7
Dragons 2

Décrochages

[Pas de spoils] La crainte est toujours légitime à l’approche d’un deuxième épisode, lorsqu’on a vraiment aimé le premier (1). Celui-ci se fondait sur la découverte et l’apprivoisement, la...

Lire la critique

il y a 8 ans

77 j'aime

4

Dragons 2
Gand-Alf
8
Dragons 2

Dragonheart.

Diantre, je me suis encore fais avoir ! A la sortie de "Dragons" premier du nom, j'avais clamé haut et fort à mon chat endormi à mes côtés que je ne dirais plus du bien d'un film sortant de l'écurie...

Lire la critique

il y a 7 ans

54 j'aime

6

Dragons 2
zombiraptor
7
Dragons 2

Panzer Dragouille

Quand j'étais ado, y avait un jeu vidéo que j'adorais : Panzer Dragoon. Les plus cultivés d'entre vous le connaissent déjà bien, les plus incultes eux peuvent encore se soigner, il n'est jamais trop...

Lire la critique

il y a 8 ans

50 j'aime

17

Dragons 2
Servais_
6
Dragons 2

Sans grande surprise, c'est moins bien que le premier…

Pour récapituler un peu le contexte, on a été voir ce film avec une bande de potes, sur une idée initiale d'un mec qui finalement n'est même pas venu avec nous (le salop), parce qu'on avait tous...

Lire la critique

il y a 8 ans

1 j'aime