👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Houellebeckettien. Sur les Sisyphe&Tantale de la "meilleure offre". Beckett? Ionesco? Monty Python?

(Je suis désolé pour encore un mikado de remarques branlantes... juste après le film).


"...le portrait au vitriol d'une société (post soviétique) où règnent l'absurde et le désespoir"
(dit SC au sujet d'un autre film, mais proche, d'un Sergeï-Donbass-Loznitsa car aussi avec visites improductives à La Poste et 'Une femme douce' et seule comme notre Blanche Gardin ici).


____Sur l'existence humaine de nos jours.
Un film pas très joyeux sur l'absurde et l'angoisse dans nos vies.
Des personnages qui m'ont rappelé les pièces que j'avais subies de Samuel Beckett et surtout Eugène Ionesco (plus drôle que Beckett) mais qui avaient fait bien plus sens une fois entré dans la vie active, l'entreprise et les démarches administratives...

Sujets En vrac: sur l'endettement, le viol, le harcèlement, le consumérisme, le pot de terre contre le pot de fer (Faire enlever une vidéo à Facebook. Même The Guardian a du mal, alors un père célibataire pauvre...), l'endettement, l'Islam, les travailleurs pauvres, la bétonisation, les exclus de l'informatique, l'endettement, le consumérisme forcené, l'addiction aux séries (surtout là pour nous détourner/distraire des sujets graves), la solitude, la déshumanisation des relations, le piratage informatique, l'incommunicabilité, le revenge porn et...l'endettement.
(Au sujet de la vengeance ou chantage par vidéo porno: un documentaire et un membre de SC, m'avaient appris qu'encore récemment en France, selon sa jurisprudence d'alors, le fait d'"avoir accepté de filmer vos ébats sexuels", autorisaient des salauds à plus tard les publier ou "affaiblissait notre position de victimes"?!?!).

____Un des beaux sujets moins sombres que les autres est l'amitié.


(Vous vous souvenez, sur ce rond-point...) "On a découvert qu'on était voisins et on le savait pas"


____Au sujet du théâtre de l'absurde , un Christophe Triau (maître de conférences à l'université de Paris-VII, U.F.R. lettres, art, cinéma) me dit et ça peut s'appliquer au film:
_"...dans Beckett, En attendant Godot,1953, Fin de partie, 1957, un processus de dégradation se substitue à la progression d'un conflit en fin de compte improductif ...(les personnages) se perdent dans une conversation réduite ..."
"« absurde » peut être employé pour caractériser des œuvres qui témoignent d'une angoisse existentielle, celle de l'individu égaré dans un monde dont l'ordre et le sens lui échappent (des romans de Kafka, par exemple).
(...) une vision pessimiste et tragique de la condition humaine, prenant ses sources dans les conséquences existentielles de la « mort de Dieu » (sans savoir qu'il vit dans une éolienne...) et les remises en causes idéologiques de la modernité, et qui se confirmerait après la Seconde Guerre mondiale et après Auschwitz dans l'expérience de l'absence d'un sens qui rédimerait l'existence humaine."

La Comédie-Française, le sperme et l'humour trash Américain:
Le Mari a tout pris: Denis Podalydés a pris tous les crédits possibles et son amour virtuel me rappelle Joaquin Phoenix dans 'Her'...
___La scène où ce mari divorcé se masturbe en se regardant dans la glace et en écoutant sa vendeuse vahinée, puis ouvre la porte après l'orgasme sans se rendre compte que ses rouflaquettes ont fait scratch grâce au sperme, rappelle la scène de Ben Stiller dans 'Mary à tout prix' des frères Farrelly (La scène cra-cra pour-nous-plaire-puisqu'on-aime-ça...elle a eu le plus de succès dans ma salle de cinéma..."L’humour «trash» fait salle comble").

___J'ai seulement découvert au générique de fin que le riche ex-mari porcin qui a sa photo avec un fusil, le pied sur un...panda qu'il vient d'abattre, est joué par Jean Dujardin.
On voit sa photo lors d'une scène déchirante où la maman saoule (Blanche Gardin bluffante) vient visiter la nuit son fils dont ce père a gagné la garde puisque lui,


"...il a de l'argent et un travail, maman, il peut m'acheter ces chaussures là, pour lesquelles j'ai fait la queue 6 heures, tu peux pas toi maman m'offrir tout ça."


Alors qu'elle, elle vient bien-sûr de tourner une vidéo porno bretonne en coiffe bigoudène...(le filtre et la catégorie existant sans doute sur vos sites pornos).
("Le coup de la bigoudène" rappelle à pierrick_D les bonnes "Galettes de Pont-Aven", dans lequel Dominique Lavanant faisait le tapin en costume breton, coiffe comprise").

____Le livreur à vélo si pathétique et touchant (excellent Benoît Poelvoorde) me rappelle celui dans la série, qui devient vraie et brassait les même sujets:"Years and years" de Russell T. Davies (où le même livreur âgé et diplômé est joué par Rory Kinnear).

____Juste quand le film et ses sujets me rappelaient enfin ses livres et personnages, Michel Houellebecq apparait lors d'une excellente scène où il joue tellement juste son désir de mort que ses proches devraient même s'en inquiéter...il sonne tellement vrai et naturel quand il donne cette raison de vouloir acheter la voiture pourrie du maître des clés.

Très bonne idée d'ailleurs d'avoir fait de Denis Podalydés croulant sous les dettes un cordonnier dans une galerie marchande zombie.
Ce maître des clés, ce cordonnier-serrurier, me rappelle John Mills dans 'Hobson's/Chaussure a son pied' se passant aussi à la fin d'une Révolution mais industrielle en Angleterre.
Mais il me rappelle aussi mon Al Pacino dans le trop méconnu 'Manglehorn' de 2015 par David Gordon Green où il joue aussi un handicapé en relation sociale.
Tous les deux serruriers/cordonniers "amoureux": Podalydés passe son temps à lui téléphoner, Pacino à lui écrire des lettres.

Effacer l'historique
PierreAmo
8

Houellebeckettien. Sur les Sisyphe&Tantale de la "meilleure offre". Beckett? Ionesco? Monty Python?

(Je suis désolé pour encore un mikado de remarques branlantes... juste après le film). "...le portrait au vitriol d'une société (post soviétique) où règnent l'absurde et le désespoir" (dit SC...

Lire la critique

il y a 2 ans

23 j'aime

10

Effacer l'historique
NilMinamoto
2

Effacer ma mémoire encore vive

Au moment où je commente ce film, à sa sortie, il est noté 6.6. Bonne nouvelle me direz vous ? Et c'est exactement ce que j'ai pensé. Une amie m'avait proposé de le voir au cinéma et j'ai fait ce...

Lire la critique

il y a 2 ans

22 j'aime

7

Effacer l'historique
dilligaaf
4

La France des ronds-points

C’est un film moyen. À sketch, qui donne une sensation de longueur dans l’avancée du récit. Le casting pourtant est prometteur : Corinne Masiero et Blanche Gardin, avec elles deux, il y a de quoi...

Lire la critique

il y a 2 ans

16 j'aime

Emmanuel Macron, la stratégie du météore
PierreAmo
9

L'art de la comédie; apprenti Messmer; la beauté du diable; l'art du réchauffé; Margin Call-Girl

_Moi, membre de SC, je découvre qu'avant candidat à la présidentielle, Emmanuel Macron a joué au théâtre dans sa jeunesse; un de ces premiers rôles a été dans...

Lire la critique

il y a 5 ans

65 j'aime

55

Baby Driver
PierreAmo
10
Baby Driver

'On connaît la chanson' visuel; 'Le Transporteur' chantant

(modifiée 08/01/2019 où j'apprends dans un bonus OCS que les chansons étaient choisies et leurs droits achetés 4 ans avant le tournage du film; les acteurs jouaient sur la musique avec parfois des...

Lire la critique

il y a 5 ans

58 j'aime

50

Rencontres du troisième type
PierreAmo
10

si je tombe dessus en zappant, je suis perdu car je le regarde jusqu'au bout

Essayez de le voir en extérieur! Le cinéma sous les étoiles prend alors tout son sens: quand la bordure de l'écran se confond avec le ciel. Vu il y a des années dans un théâtre romain à ciel ouvert...

Lire la critique

il y a 7 ans

52 j'aime

10