Elephant Man, c'est bien sûr l'histoire du pauvre John Merrick, défiguré par la maladie, torturé dans sa silhouette et son faciès. L'une des figures les plus immédiatement reconnaissables du cinéma, porté par la grâce d'un John Hurt impérial et tout simplement bouleversant tant dans ses regards que dans ses gestes.


Elephant Man, c'est la souffrance initiale du monstre : celui qu'on montre et que l'on jette en pâture, mais que le spectateur, dans un premier temps, ne verra que par les yeux et les réactions de la foule de la foire, coincé entre les soeurs siamoises et la femme à barbe.


Et si John Merrick est sauvé de ce cirque cruel, son être déformé continue d'être montré, cette fois-ci sous le vernis hypocrite de la science. Permettant à Frederick Treves d'accéder à l'honorabilité de son doctorat. Le malaise de l'amphithéâtre n'est finalement pas très différent de celui de la fête foraine dans le voyeurisme malsain qu'il illustre à l'image. De phénomène de foire, John Merrick devient phénomène de la bonne société.


Mais John Merrick, sous la caméra de David Lynch, une fois sa cagoule blanche abandonnée, devient le pôle magnétique de l'humanité. Car à son contact, de multiples réactions se font jour : les cris d'effroi, la curiosité imbécile, le regard rassuré quant à sa propre normalité, les larmes silencieuses, l'intérêt pécuniaire ou la méchanceté gratuite et la jouissance de martyriser les plus faibles.


Tandis que sous les déformations disgracieuses, l'homme-éléphant laisse apparaître une âme d'une pureté de cristal. Une âme qui semble incapable de ressentir la haine, la rancune ou l colère. L'image sans doute la plus parfaite de la résilience. Une sensibilité délicate. Un esprit gourmand d'érudition...


Qui n'est cependant pas dupe des simulacres d'humanité de sa nouvelle vie.


Car les humiliations en font encore partie, lors de visites nocturnes propices à de tristes représentations. Lors d'une traque, qui culminera dans un cri déchirant suscitant une compassion baignée de larmes. Un cri, longtemps tu, d'une humanité désespérée.


La séquence finale,elle, répond à celle qui ouvrait le film, comme un miroir : la musique inquiétante, les visions traumatiques animales laissent la place à l'apaisement, à une cathédrale Saint-Philip en carton qui pointe vers une nuit où brillent les étoiles. Après avoir réalisé son voeu, John Merrick peut enfin s'abandonner à rêver.


Eternellement.


Behind_the_Mask, qui trompe énormément.

Behind_the_Mask
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Une année au cinéma : 2022

Le 8 novembre 2022

11 j'aime

3 commentaires

Elephant Man
Gothic
9
Elephant Man

Là Merrick, là Merrick, je veux l'avoir et je l'aurai !

[LEGERS SPOILS] Joe Dassin était-il un visionnaire, ou bien David Lynch s'est-il tout simplement inspiré de cette fameuse chanson de 1970 au moment de tourner le film Elephant Man ? En lisant ce qui...

il y a 9 ans

160 j'aime

31

Elephant Man
Prodigy
9
Elephant Man

Critique de Elephant Man par Prodigy

Le film que je n'ose pas revoir tellement il me file le cafard, tellement c'est atroce de bout en bout, et tellement la fin me ruine la gueule dès que je la sens arriver. J'ai la larmichette dès les...

il y a 12 ans

145 j'aime

8

Elephant Man
Sergent_Pepper
8
Elephant Man

« I have to rely on my imagination for what I can’t actually see »

Lynch est-il capable de classicisme ? Par son sujet (la différence et la tolérance), par son registre (pathétique et humaniste) et par son traitement (un classieux noir et blanc en 1980), Elephant...

il y a 8 ans

123 j'aime

8

Avengers: Infinity War
Behind_the_Mask
10

On s'était dit rendez vous dans dix ans...

Le succès tient à peu de choses, parfois. C'était il y a dix ans. Un réalisateur et un acteur charismatique, dont les traits ont servi de support dans les pages Marvel en version Ultimates. Un éclat...

il y a 5 ans

201 j'aime

54

Star Wars - Les Derniers Jedi
Behind_the_Mask
7

Mauvaise foi nocturne

˗ Dis Luke ! ˗ ... ˗ Hé ! Luke... ˗ ... ˗ Dis Luke, c'est quoi la Force ? ˗ TA GUEULE ! Laisse-moi tranquille ! ˗ Mais... Mais... Luke, je suis ton padawan ? ˗ Pfff... La Force. Vous commencez à tous...

il y a 5 ans

187 j'aime

37

Logan
Behind_the_Mask
8
Logan

Le vieil homme et l'enfant

Le corps ne suit plus. Il est haletant, en souffrance, cassé. Il reste parfois assommé, fourbu, sous les coups de ses adversaires. Chaque geste lui coûte et semble de plus en plus lourd. Ses plaies,...

il y a 6 ans

173 j'aime

23