"En cloque, mode l'emploi", certes un peu moins réussi que "40 ans, toujours puceau", permet d'abord de vérifier qu'il y a bien "un ton Judd Apatow", entre la verdeur revigorante de dialogues aussi crus que finalement terriblement ordinaires et la description minutieuse du quotidien d'une Amérique bas du plafond qui a finalement peu accès aux honneurs du cinéma hollywoodien. On a le droit de trouver cela tout-a-fait trivial et sans intérêt, d'autant que la longueur du film compromet clairement le rythme comique, et que de nombreuses scènes ne cherchent absolument pas à nous faire rire, ni même sourire. On peut au contraire trouver passionnante cette attention soutenue portée aux crises minuscules mais pourtant essentielles de notre vie à tous.


Il faut donc plutôt regarder "En cloque, mode d'emploi", cette nouvelle comédie pas vraiment drôle comme Apatow en est devenu le spécialiste quand il décide de mettre en scène ses idées au lieu de les confier aux autres, comme le journal d'un couple face aux tracas, aux angoisses, aux séismes (il y en a même un vrai !) de la grossesse. Laissons ainsi de côté la bande de geeks canadiens avec leurs perversions infantiles, ils ne servent que de contrepoint un peu facile à ce récit largement dépressif de l'entrée dans la vie adulte : apprendre à changer par respect pour l'autre, perdre ses illusions adolescentes pour pouvoir bosser et rapporter de l'argent à la maison, se contenter de la vie quotidienne comme unique raison de s'émerveiller… Un programme de maturité qu'on peut qualifier de réactionnaire - certains l'ont fait - mais qui a le mérite d'un certain courage.


Comme toujours, le meilleur chez Apatow, c'est le mélange de trivialité assumée (pas pour choquer le bourgeois comme chez les Farelly, mais parce que la vie c'est comme ça, trivial, un peu sale) et d'inspiration chez ses acteurs portés par une énergie positive qui contamine agréablement même les scènes les plus cafardeuses.


Au final, "En cloque, mode d'emploi" nous fait revivre peu ou prou nombre de situations par lesquelles nous sommes passés, et ce n'est pas le moindre de ses charmes, er s'avère donc finalement l'un des rares films américains récents qui, derrière sa drôle de vulgarité, nous parle un tant soit peu de notre difficulté à vivre.


[Critique écrite en 2008, 2012, et mise en forme en 2018]

EricDebarnot
7
Écrit par

Créée

le 19 août 2018

Critique lue 328 fois

6 j'aime

2 commentaires

Eric BBYoda

Écrit par

Critique lue 328 fois

6
2

D'autres avis sur En cloque, mode d'emploi

En cloque, mode d'emploi
Fatpooper
8

Le constat Hollywoodien

Dans ce film, Judd décide d'aborder les problèmes de parenté en plus des problèmes de couple (assez bizarre d'ailleurs de vouloir tjrs parler de ça, en supposant que c'est son histoire eprso et d'en...

le 9 oct. 2011

15 j'aime

4

En cloque, mode d'emploi
EricDebarnot
7

L'entrée dans la vie adulte

"En cloque, mode l'emploi", certes un peu moins réussi que "40 ans, toujours puceau", permet d'abord de vérifier qu'il y a bien "un ton Judd Apatow", entre la verdeur revigorante de dialogues aussi...

le 19 août 2018

6 j'aime

2

En cloque, mode d'emploi
Val_Cancun
6

Un heureux événement

J'ai toujours du mal avec le conformisme conjugal de Judd Apatow (grosso modo : hors mariage, point de salut) et avec la durée excessive de ses comédies, mais "Knocked up" s'avère dans l'ensemble une...

le 28 nov. 2016

4 j'aime

Du même critique

Les Misérables
EricDebarnot
7

Lâcheté et mensonges

Ce commentaire n'a pas pour ambition de juger des qualités cinématographiques du film de Ladj Ly, qui sont loin d'être négligeables : même si l'on peut tiquer devant un certain goût pour le...

le 29 nov. 2019

205 j'aime

152

1917
EricDebarnot
5

Le travelling de Kapo (slight return), et autres considérations...

Il y a longtemps que les questions morales liées à la pratique de l'Art Cinématographique, chères à Bazin ou à Rivette, ont été passées par pertes et profits par l'industrie du divertissement qui...

le 15 janv. 2020

190 j'aime

105

Je veux juste en finir
EricDebarnot
9

Scènes de la Vie Familiale

Cette chronique est basée sur ma propre interprétation du film de Charlie Kaufman, il est recommandé de ne pas la lire avant d'avoir vu le film, pour laisser à votre imagination et votre logique la...

le 15 sept. 2020

188 j'aime

25