Ça aurait pu, du (?) être un chef d'oeuvre...

Enter.

Noa, un an après le buzz.
Bon, je suis un peu en retard, mais on va arranger ça.

Je suis assise, devant la giga télé de monsieur, avec le super son qui dépote. Et c'est parti !
Pour les conditions, c'était impecc', s'il vous plait, ne faite pas l'offense à Noé de mater son film sur votre 15" avec un son tout pourri.

Le générique de début, surement un de mes moments favoris du film. Les basses font vibrer le canap', on en prend plein le museau, on est là pour ça.

Ensuite, Tokyo fluo, Paz pas plus vulgos de d'habitude (sincèrement, je la trouve bien pire dans Boardwalk !), une caméra qui flotte, une prouesse technique. Ce film, visuellement parlant, est un chef d'oeuvre. C'est magnifique, c'est d'une fluidité incomparable, je sais même pas comment on peut faire ça... Magnifique.

Noé est un technicien. Et pas des moindres. Son esthétique innove, surprend, dérange (on est aussi là pour ça après tout.).
Ses trips ésotériquo-érotiques plaisent ou pas, ça, ce n'est pas le problème, toujours est-il qu'à la base il a un propos.

Mais.
Gaspar. Tu nous prends pour des cons.
Et moi j'aime pas ça quand on me prend pour une imbécile.

Alors, soit ce film est destiné uniquement à des gens qui prennent des psychotropes -beaucoup de psychotropes- et qui on les neurones un peu en vrac, donc il faut leur répéter plusieurs fois les mêmes choses, en ar-ti-cu-lant bi-en s'il-vous-plaiiit.

Soit c'est Gasparou qui en a trop pris qui ne se rend pas compte que son film est redondant à mort.

Certaines séquences sont répétées à très bon escient, toujours ajoutant des détails, toujours plus dur.
D'autres semblent être là parce qu'on avait "trop de beurre sur le couteau", alors on voulait pas gâcher, tu comprends.

Bref, trop long ? Oui. Surtout cette fin, où on a parfaitement compris où il voulait en venir, mais il est obligé de nous montrer, de nous montrer encore, de nous faire changer le visage de Paz en celui de la mère du 'héros', de nous re-remontrer, de nous vocaliser (non, mais, au cas où, hein !), et de montrer encore sous tous les angles possibles et (in)imaginables.

Pfiou. On est là pour être dérangé, mis mal à l'aise peut-être, mais moi, passé un certain stade, on ne m'atteint plus, je suis éloignée du sujet, et à vrai dire, je m'en tape un peu, de Paz, de ce mec mort, de ce Tokyo crade.

Alors c'est dommage... Mais qu'est ce que c'est bien branlé.
Noa
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les soirées Flilml à la Coloc de l'Amour, Saison 2010-2011

Le 29 mars 2011

59 j'aime

8 commentaires

Enter the Void
BrunePlatine
9

Ashes to ashes

Voilà un film qui divise, auquel vous avez mis entre 1 et 10. On ne peut pas faire plus extrême ! Rien de plus normal, il constitue une proposition de cinéma très singulière à laquelle on peut...

Lire la critique

il y a 6 ans

75 j'aime

11

Enter the Void
Raf
3

La drogue du violeur

Voilà une dope pernicieuse mes biens chers frères ! Emballée dans son string ficelle, elle joue à la petite pétasse de club, corps fuselé, le téton qui pointe, pose lascive et outrancière, ces lèvres...

Lire la critique

il y a 11 ans

61 j'aime

15

Enter the Void
Noa
7

Ça aurait pu, du (?) être un chef d'oeuvre...

Enter. Noa, un an après le buzz. Bon, je suis un peu en retard, mais on va arranger ça. Je suis assise, devant la giga télé de monsieur, avec le super son qui dépote. Et c'est parti ! Pour les...

Lire la critique

il y a 11 ans

59 j'aime

8

Super Size Me
Noa
4

Super 'prend moi pour un con' me

Bon, je ne vais pas 'que' cracher, en soi, je me suis bien plu devant super size me ! Le principe est sympa, une claque dans la trombine de mac do, c'est toujours agréable. Mais bon. Si tu ne...

Lire la critique

il y a 12 ans

74 j'aime

18

Enter the Void
Noa
7

Ça aurait pu, du (?) être un chef d'oeuvre...

Enter. Noa, un an après le buzz. Bon, je suis un peu en retard, mais on va arranger ça. Je suis assise, devant la giga télé de monsieur, avec le super son qui dépote. Et c'est parti ! Pour les...

Lire la critique

il y a 11 ans

59 j'aime

8

Girls
Noa
3
Girls

Juste le Pilote.

Le Pilote. Car je n'irai pas plus loin, désolée. HBO + Apatow, on était tous foufous là, n'est-ce pas ? En tout cas, moi, oui. Alors je me suis installée devant le pilote, pleine de bonnes...

Lire la critique

il y a 10 ans

58 j'aime

20