👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Typiquement le film appréciable superficiellement mais qui ne résiste pas dès que tu grattouilles quelques croûtes. Déjà, esthétiquement c'est racé. Pas le nom du réal en tête mais faudra suivre la suite, la direction artistique casse les côtes. Bon, il use et abuse de l'effet à deux temps qui ne marche plus à l'habitué du genre. Kikoo le sujet utilise un objet qui envahit l'écran alors que s'installe une ambiance sonore et visuelle menaçante, lol quand l'objet disparaît finalement la menace est absente ou présente. Ca marche toujours comme ça, un peu d'originalité ferait le plus grand bien, doit bien avoir moyen de surprendre différemment . Bref. Le montage de certaines séquences, par contre, fout une tension de tous les diables. je pense direct au RDV chez la psy, les parents étant dans le bureau pendant qu'Esther fond littéralement un plomb. Ca s'entrechoque à la perfection, bien vu. La petite jouant Esther, d'ailleurs, est hallucinante de justesse, c'est dingue d'arriver à un tel résultat.

Mais voilà, le film ne marche pourtant pas. Merci au scénario convenu et surtout très manichéen. En essayant de ne pas spoiler, disons que le postulat de départ a visiblement foutu la frousse à la plume. Ou alors est-ce une recherche du twist à tout prix ? En tout cas, tout est fait pour diminuer l'impact donné une heure et demie durant. Même si, en y repensant, les éléments annonciateurs d'une explication foutant en l'air le caractère dérangeant de l'histoire sont parsemés de ci, de là. Soeur Abigaïl qui avance que sa croyance l'empêche d'associer l'enfant au Mal, la mise au point particulièrement symbolique d'un plan lors de la rencontre avec Esther dans l'orphelinat... Si on ajoute des bullshit énormes de bêtise qui décrédibilisent toute la trame (voiture qui passe à côté d'une autre caisse sortie de route sans s'arrêter, huit coup de feu donnés lors du final alors qu'il n'y avait que six balles à disposition ), ben il est impossible de ne pas sortir tout doucement du film jusqu'à ce fameux final absurde de rationalisme. Déception.
Bavaria
4
Écrit par

il y a 12 ans

18 j'aime

6 commentaires

Esther
Gand-Alf
5
Esther

Perfect daughter.

Il n'y a que ceux qui n'en côtoient pas au quotidien pour croire encore que l'enfant est un petit être innocent, angélique et adorable, alors qu'il n'est qu'en fait un monstre cruel et calculateur,...

Lire la critique

il y a 9 ans

26 j'aime

4

Esther
Bavaria
4
Esther

Critique de Esther par Mickaël Barbato

Typiquement le film appréciable superficiellement mais qui ne résiste pas dès que tu grattouilles quelques croûtes. Déjà, esthétiquement c'est racé. Pas le nom du réal en tête mais faudra suivre la...

Lire la critique

il y a 12 ans

18 j'aime

6

Esther
ScreenReview
7
Esther

La petite fille la plus flippante depuis Regan...

Troisième film seulement de Jaume Collet-Serra (après "La maison de cire", et "Goal II, la consécration"), "Esther" nous aura été vendu comme un film d'horreur lorgnant du côté de "La malédiction"...

Lire la critique

il y a 11 ans

17 j'aime

2

Taxi Driver
Bavaria
10
Taxi Driver

Critique de Taxi Driver par Mickaël Barbato

BEST. FILM. EVER. Taxi Driver semble sorti du plus profond des tripes d'un scénariste en état de grâce (Schrader) et d'un réal tout simplement génial. Description sans concessions, ou presque...

Lire la critique

il y a 11 ans

83 j'aime

8

Il était une fois dans l'Ouest
Bavaria
10

Critique de Il était une fois dans l'Ouest par Mickaël Barbato

Voilà le film le plus définitivement contemplatif qu'on puisse voir. Leone, tout comme Kubrick, était un cinéaste de l'esthétique. Ce sens peu commun, voir en désuétude de nos jours, allié à son...

Lire la critique

il y a 12 ans

80 j'aime

5

Le Festin nu
Bavaria
8
Le Festin nu

Critique de Le Festin nu par Mickaël Barbato

William Lee, junkie et dératiseur, est forcé de fuir le pays après avoir accidentellement tué sa femme, trouvant refuge en Afrique du Nord. Sur place, il pense être un agent secret tombé en plein...

Lire la critique

il y a 11 ans

74 j'aime

2