L'honneur est dicté par les vainqueurs

Un ronin, à demi hébété, se présente au château du clan Lyi, quémandant l’autorisation de pratiquer décemment le rituel du Harakiri en leurs murs. Reçu par le chambellan, celui-ci le met en garde. L'honneur n'est pas un vain mot pour sa maison, s'il espérait une aumône pour le dissuader de son geste, il n'obtiendra rien de cela. Le ronin le rassure, il ne se dérobera pas, et ce n'est pas le sort réservé au précédent ronin ayant formulé une demande similaire qui refrénera sa volonté...


Seppuku est d'une beauté formelle à couper le souffle. A la fois aéré et pesant dans sa mise en scène, ses longs plans, dépourvus ou presque de musique, peignent une ère Edo aussi austère qu'intimidante. Le premier plan s'ouvrant sur l'armure d'un samouraï nimbé de fumée frappe l'imagination pour mieux la renverser. Derrière le lustre persistant de l'honneur du samouraï se cache les vicissitudes le bouleversant.


Le scénario, quoique pouvant parfois donner l'impression de s'étirer jusqu'à l'excès, articule cependant avec justesse les histoires imbriquées. Ce premier ronin pour lequel le spectateur ne va ressentir que pitié et dédain, épousant le regard du clan Lyi sur sa démarche honteuse, pour mieux revenir sur la genèse de son attitude via le récit du second, incarné par Tatsuya Nakadai, époustouflant.


Les cinq dernières minutes de Seppuku sont formidables. Quoique versant brusquement dans un irréalisme batailleur criant, les décisions drastiques prises pour camoufler l'affront sonnent terriblement juste. L'armure du samouraï n'est plus qu'une gloriole, un paravent bien commode. Tant qu'elle inspire crainte et respect pour les ignorants, l'ordre établi persistera.

Hypérion
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Films critiqués notés 8 et Merci SC de m'avoir fait découvrir ça (version Films)

Le 12 décembre 2013

77 j'aime

4 commentaires

Harakiri
DjeeVanCleef
10
Harakiri

Hara qui rira bien le dernier

Il y a quelque chose chez les Japonais qui me fascine. Surtout dans les films sur leur moyen âge. Dans leurs maisons, c'est toujours propre et super bien rangé. Jamais de bordel, tout est toujours...

Lire la critique

il y a 8 ans

156 j'aime

32

Harakiri
SanFelice
10
Harakiri

Les sabres de bois

Le début du XVIIème siècle entraîne de profonds changements dans la société japonaise. Le shogun (sorte de général en chef) devient le véritable dirigeant du pays, l'empereur étant cantonné dans un...

Lire la critique

il y a 9 ans

85 j'aime

16

Harakiri
Hypérion
8
Harakiri

L'honneur est dicté par les vainqueurs

Un ronin, à demi hébété, se présente au château du clan Lyi, quémandant l’autorisation de pratiquer décemment le rituel du Harakiri en leurs murs. Reçu par le chambellan, celui-ci le met en garde...

Lire la critique

il y a 8 ans

77 j'aime

4

Princesse Mononoké
Hypérion
10

Un Miyazaki terrestre et mélancolique

Princesse Mononoké est un film à part dans la carrière de Miyazaki, une étape autant qu'une sorte de testament de son art. C'est peut être ce qui en fait l'un de ces films les plus adulés parmi ses...

Lire la critique

il y a 11 ans

451 j'aime

80

Le Vent se lève
Hypérion
9

L'histoire d'un formidable égoïste

Le vent se lève, il faut tenter de vivre est définitivement un film à part dans la filmographie de Hayao Miyazaki, pour moult raisons que j'aurais bien du mal à évoquer de façon cohérente en un...

Lire la critique

il y a 9 ans

409 j'aime

34

Kaamelott
Hypérion
9
Kaamelott

Alexandre Astier, héros des temps télévisuels modernes

Alexandre Astier est remarquablement similaire à son personnage Arthur. Comme Arthur, il est responsable de tout (Roi du royaume / responsable scénario, musique, production, dialogues, direction,...

Lire la critique

il y a 11 ans

364 j'aime

57