👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

De temps à autre, je retente une incursion du côté du cinéma d’horreur, dans lequel je loupe sûrement pas mal de choses depuis des années ; et force est de constater que de cette pléthorique production émergent quelques surprises assez séduisantes, de Grave à Get Out, The Witch ou It Follows.

Hérédité, repéré par certains de mes éclaireurs, mérite qu’on s’y attarde, ne serait-ce que pour sa première moitié qui concentre tout ce qui peut faire la réussite d’un tel registre, et permet de déterminer à quoi tient l’effroi dans le septième art.
Sur le plan esthétique, tout est question de retenue : une photo ici légèrement laiteuse et grisée, jouant de l’obscurité d’une demeure labyrinthique à des contrepoints en plein jour – le lycée, les extérieurs, mais discrètement contaminés par l’état d’esprit poisseux des personnages qui les investissent. Les mouvements de caméra, très lents, mettent en marche forcée un trajet contemplatif jusqu’au malaise, à l’image de cette descente d’un cercueil en terre, ou la très belle séquence d’ouverture passant d’une embrasure de fenêtre à l’intérieur d’un atelier, zoomant sur une maquette qui deviendra le cadre à nouvelle échelle d’une pièce réelle. Ce motif du modélisme, méticuleux et obsessionnel, œuvre sur laquelle on s’abstient de délivrer tout discours, alimente intelligemment la figure de la mère, à la fois scrutatrice dévorante de l’espace qu’elle semble silencieusement vampiriser.

Concernant le scénario, c’est du côté des personnages que tout se joue : dans ce nœud vénéneux qu’est la famille, pas un membre pour susciter une adhésion totale, et surtout, une absence de solidarité qui rend les enjeux de la destruction bien plus ambivalents : l’ennemi est surtout intérieur, et la discorde n’est pas simplement attribuée à un agent surnaturel qui viendrait délimiter des rôles manichéens. Une mère borderline, qui dévoile par touches successives une histoire minée par l’horreur, un père passif et pétrifié, une fille sorcière ou un jeune homme castré jusqu’à l’épine dorsale avancent aussi laborieusement que les cadres qui les enferment, et tentent de chercher une issue à l’étouffement, réel (les gorges qui enflent) ou symbolique dans ces maquettes ou ces chambres trop grandes pour qu’on puisse les faire siennes.

Mais Hérédité dure plus de deux heures, et il semble a posteriori qu’il faille considérer sa première comme un prélude s’économisant avant de passer au plat de résistance. A grands renforts d’une musique trop présente, d’hallucinations cauchemardesques, de bruitages lourdingues (cette langue qui claque, franchement…) et de dilatations de plus en plus béantes des bouches, les démons s’invitent dans la danse. La complexité reste encore de mise sur certains points –notamment les rôles dévolus aux membres de la famille – et l’esthétique n’est pas en rupture totale. Mais cette dilution des fausses pistes, cette révélation attendue et ce retour dans rails du film de genre déçoit forcément.

Certes, la fin aurait pu être bien pire, et l’on pourra arguer que la part croissante du surnaturel un peu grotesque prend son sens dans la mesure où le récit s’achemine vers sa victoire totale, comme le faisait par exemple le dénouement de The Witch. Ce triomphe du mal relance effectivement l’intérêt de l’œuvre, dans la mesure où il rend possible des tableaux finaux qui bouclent avec pertinence les premiers plans sur cette cabane de bois qui remplace la maison et les maquettes qu’elle contenait, illusions typiquement humaines d’un contrôle rationnel des espaces et de leur fonctionnalités.


Mais tant qu’à sortir de la convention d’un retour à la norme, autant le faire entièrement ; en délaissant des recettes éculées qui plombent les belles intentions d’un film retombant par instant avec maladresse dans les pesanteurs de ses pairs.

(6.5/10)

Sergent_Pepper
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Epouvante, Famille, Les meilleurs films d'horreur, Les meilleurs films de maison hantée et Vu en 2018

il y a 3 ans

71 j'aime

11 commentaires

Hérédité
EricDebarnot
6
Hérédité

The Cult

Le cinéma fantastique semble être devenu depuis quelques années le terrain d'expérimentation de jeunes metteurs en scène ambitieux, qui aspirent à conjuguer une vraie intelligence de la mise en scène...

Lire la critique

il y a 4 ans

74 j'aime

14

Hérédité
Sergent_Pepper
7
Hérédité

Home cheat home

De temps à autre, je retente une incursion du côté du cinéma d’horreur, dans lequel je loupe sûrement pas mal de choses depuis des années ; et force est de constater que de cette pléthorique...

Lire la critique

il y a 3 ans

71 j'aime

11

Hérédité
Théloma
7
Hérédité

Où est Charlie ?

A l'image des deux superbes plans qui ouvrent et clôturent le film, Hérédité joue avec différents niveaux de réalité. Au début nous sommes en terrain rassurant : une belle maison, une petite...

Lire la critique

il y a 4 ans

42 j'aime

11

Lucy
Sergent_Pepper
1
Lucy

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

Lire la critique

il y a 7 ans

710 j'aime

103

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

Lire la critique

il y a 3 ans

648 j'aime

46

Her
Sergent_Pepper
8
Her

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

Lire la critique

il y a 8 ans

578 j'aime

53