"C'était mon premier amour tu comprends "

Il y a des films qui se savourent à la lueur de leurs visionnages et de l'impact qu'ils ont dans une vie, "Hiroshima mon amour" est pour moi de ceux là. Un film d'abord rebutant parce que je suis arrivée novice de tout la toute première fois: du cinéma de Resnais, de la Nouvelle Vague, peut-être même dirais-je du cinéma tout court. Et puis, en une année, préparant un bac cinéma, je l'ai vu au moins 15 fois pour le connaitre quasiment par cœur, le rêver, en répéter les répliques jour après jour et puis avec ma découverte de Marguerite Duras, plus tard encore, ça a été comme une deuxième rencontre avec ce film, un rencontre qui ne s'explique pas, c'était comme si on se redécouvrait à nouveau. Le coup de foudre "leurs yeux se rencontrèrent" et tout et tout. Surtout avec la scène du Tea Room dont je connais intégralement le dialogue !


Maintenant ce film me hante, c'est un parcours vers la vérité d'une histoire qui détruit une vie, c'est une femme comme on rêverait d'en rencontrer plus (portée par la jeunesse d'Emmanuelle Riva), qui livre un cri de peine, de douleur et d'amour, de son petit oubli à elle, de cette mémoire vive, brûlante, marquante face à la douleur, à la déchirure d'un pays entier porté par un japonais un peu chiant parce qu'il a appris le texte en phonétique. Mais c'est une histoire vibrante, d'êtres réduits à des villes, des histoires, des douleurs qui font dire qu'on ne peut représenter le drame, la vie succédant à l'insoutenable des images d'archives du début du film mais que l'on peut en représenter, comme dirait Duras, "la mémoire, le mot, l'endroit", dans une douleur aussi terrifiante qu'édifiante et surtout profondément bouleversante. Un grand film qui bouleverse par son propos, ses mots, son cri, son écriture et cette caméra d'une maîtrise impecable

Hiroshima mon amour
Jambalaya
4

Le Grand Sommeil...

Un jour l’Histoire reconnaîtra que la Nouvelle Vague française n’était, à peu de choses près, qu’une vaste fumisterie, une énorme supercherie, le canulard du siècle, fomentée par une insignifiante...

Lire la critique

il y a 8 ans

65 j'aime

22

Hiroshima mon amour
eloch
8

"C'était mon premier amour tu comprends "

Il y a des films qui se savourent à la lueur de leurs visionnages et de l'impact qu'ils ont dans une vie, "Hiroshima mon amour" est pour moi de ceux là. Un film d'abord rebutant parce que je suis...

Lire la critique

il y a 9 ans

45 j'aime

20

Hiroshima mon amour
Cinemaniaque
4

Critique de Hiroshima mon amour par Cinemaniaque

Difficile d'être juste avec ce film : il faudrait pour pouvoir l'apprécier être dans le contexte socio-culturel de sa sortie, ce qui est impossible à reproduire aujourd'hui. Je distingue relativement...

Lire la critique

il y a 11 ans

44 j'aime

1

Juste la fin du monde
eloch
4

Le cinéma de Dolan est mort, vive le cinéma !

Qu'il est difficile de s'avouer déçue par un cinéaste qu'on admire beaucoup et dont l'oeuvre a su nous éblouir, nous toucher, nous transporter. Oui, je l'écris, ce dernier Dolan m'a profondément...

Lire la critique

il y a 6 ans

111 j'aime

12

The Voices
eloch
7
The Voices

"Sing a happy song"

Marjane Satrapi a été sélectionnée au festival d’Alpe d’Huez début 2015 (qui s’est déroulé du 14 au 18 janvier) pour son dernier film. Disons qu’au premier abord ça ne ressemble pas vraiment à la...

Lire la critique

il y a 7 ans

90 j'aime

7

Chungking Express
eloch
10

" Hier, on se regardait à peine ... Aujourd'hui nos regards sont suspendus "

"Chungking express" est un film que j'ai trouvé absolument merveilleux je dois bien vous l'avouer, je suis sortie de la salle où j'ai eu la chance de le voir pleine d'une belle joie, de l'envie de le...

Lire la critique

il y a 9 ans

86 j'aime

24