Bien malin celui qui parvient à noter sereinement ce film. Personnellement il ne m'est guère aisé de le glisser au sein d'une échelle de valeur. Dans tous les cas, une note ne pourra s'avérer représentative de mon ressenti tant ce dernier se présente à moi comme nébuleux. Peut on aimer ce que l'on ne parvient à vraiment appréhender ni comprendre ? Voilà le profond sujet du dernier film de Xavier Dolan.


Louis n'a pas revu sa famille depuis douze ans, non que ça lui déplaise ou même l'intéresse. Difficile de percer l'esprit de cet homme, difficile d'arriver à le faire parler de lui, à parler de ce qui est réellement important. Et pourtant ce dimanche, dans une époque et une ville qu'on ne connaîtra jamais, Louis va tenter d'exprimer l'inexprimable ; la mort, sa mort. Le sida l'enveloppe pas à pas dans son grand manteau de plomb, le contraignant à l'immobilité suprême, au trépas.


Ce n'est pas seulement sa famille qu'il retrouve, c'est un lieu, une atmosphère. Il découvre une sœur qu'il ne connaît pas, qui cherche à l'impressionner pour cacher sa perdition, il découvre une belle sœur en plein malaise, fine mais exclue. Louis redécouvre une mère qui, dans son inconditionnel amour, fait mal, assomme. Et puis il y a ce frère terrible, tellement fier, qu'un sentiment fraternel agite, patauge dans la mare, cherchent continuellement à se mordre la queue.


Juste la fin du monde n'est tangible que dans son format cinématographique, dans les regards posés, filmés longuement jusqu'à l'excès. L'émotion, bien que complexe se présente sans avoir besoin de s'expliquer. Il n'y a d'ailleurs aucun intérêt à cela. Plus le récit s'écoule plus on doit se laisser aller à abandonner son désir ainsi que sa satisfaction. Une histoire de deuil, voilà ce à quoi nous avons droit. Une histoire qui ne peut se jouer, qui ne peut s'exprimer avec des mots mais par un regard que l'on est tous susceptibles de ne pas remarquer.


Je l'attendais au tournant cette fin du monde, craignant que le succès de Dolan étiole sa volonté d'écriture et d'infinie pertinence. Il y avait également cette bande d'acteurs français, éminemment bankable, qui pouvait noircir le tableau sous le regard mollasson de Cotillard ou les élans de machisme de Cassel. Or, me voilà confus d'admettre que le casting ne pouvait être mieux choisi. L'acting est superbe, naturel, il devient d'une signifiance et d'une insignifiance profonde sous la caméra, l'œil sensible d'un Dolan en pleine et douce mélancolie.


Une œuvre que je trouve touchante quoiqu'un peu excluante pour qui n'arriverait pas à se sentir concerné. Personnellement, je me suis retrouvé à bien des égards et pas seulement parce que notre héros et moi portons le même prénom... Il n'y a plus qu'à lire la pièce désormais.

Fosca
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes En 2016, je vais sucer la moelle du cinéma et Les meilleurs films de 2016

Le 22 septembre 2016

Critique lue 13.7K fois

190 j'aime

13 commentaires

Fosca

Écrit par

Critique lue 13.7K fois

190
13

D'autres avis sur Juste la fin du monde

Juste la fin du monde
Sergent_Pepper
5

Ma souricière bien-aimée.

Il y a quelque temps, quelque part : l’exergue du dernier film de Dolan l’affirme avec un brin de malice et de provocation : ses sujets sont toujours universels, et partant, toujours identiques. La...

le 22 sept. 2016

185 j'aime

6

Juste la fin du monde
EvyNadler
8

FAQ Xavier Dolan - Comprendre et apprécier Juste la fin du monde

Parce que je n'arrive pas spécialement à remettre toutes mes idées en place, parce que je n'arrive parfois pas à séparer le négatif du positif dans ce film, et surtout parce que je n'ai aucune idée...

le 22 sept. 2016

133 j'aime

12

Juste la fin du monde
takeshi29
9

Le film a bien failli être rebaptisé "Juste la fin de takeshi29"

Je ne vais pas faire long, non pas que je n'ai que peu de choses à dire sur ce film, tout au contraire, mais je suis simplement vidé, ravagé, "éparpillé par petits bouts façon puzzle" aussi bien...

le 9 oct. 2016

123 j'aime

39

Du même critique

Juste la fin du monde
Fosca
8

Natural Blues

Bien malin celui qui parvient à noter sereinement ce film. Personnellement il ne m'est guère aisé de le glisser au sein d'une échelle de valeur. Dans tous les cas, une note ne pourra s'avérer...

le 22 sept. 2016

190 j'aime

13

Grave
Fosca
8

Deux sœurs pour un doigt

Bien que préparé à recevoir ma dose de barbaque dans le gosier sans passer par la case déglutition, je ne peux qu'être dans un tel état de dégoût et d'excitation à la fin de ce film qu'il me sera...

le 21 févr. 2017

134 j'aime

23

Mother!
Fosca
8

L'Antre de la Folie

Au commencement... Comment commencer à parler de ce film sans en révéler toute l'essence ? C'est bel et bien impossible. Le nouveau venu de chez Aronofsky n'est pas une œuvre dont nous pouvons parler...

le 8 sept. 2017

84 j'aime

18