Ken Loach fait partie de cette nouvelle génération de cinéastes britanniques qui après la brève aventure du Free Cinema, fit son apprentissage dans les studios de télévision, comme Ken Russell ou Michael Apted. C'est avec ce film, son second, que Loach se fait connaitre sur le plan international avec une présentation au Festival de Cannes 1970, en imposant d'emblée une des principales composantes de son oeuvre : l'étude de personnages marginaux et déclassés sur un fond de chronique sociale.
Kes a été accueilli en France comme un film sur l'enfance, dont le personnage du jeune garçon Billy Casper, incarné par David Bradley, serait une sorte d'Antoine Doisnel anglais. Il est vrai que le portrait de cet adolescent solitaire, mal-aimé, souffre-douleur de son frère ainé et un peu chapardeur, peut rappeler à première vue le garçon des 400 coups de Truffaut. Ce garçon trouve une vraie raison de vivre en s'occupant d'une jeune faucon blessé qu'il soigne et dont il a envie de se faire un ami.
Mais le propos de Ken Loach est différent, il est essentiellement sociologique et politique ; à travers une caméra impitoyable qui traque un réalisme lugubre en incorporant des éléments de fiction dans un univers industriel du Yorkshire, au sein d'une petite ville minière, Loach dénonce le rôle répressif de l'école, la dissolution de la cellule familiale, l'abrutissement de la vie ouvrière, la cruauté des adultes. Le jeune Billy peut égayer un peu sa vie triste grâce à son faucon Kes qui est devenu le seul élément d'espoir pour un gamin dont le destin sombre semble tout tracé.
En se servant du style de réalisation employé à la télévision, Loach filme cette chronique sociale, en la rendant émouvante, mélancolique, bouleversante et déchirante sur la fin. Je me souviens avoir vu ce film pour la première fois lorsque j'étais entre l'adolescence et la vie d'adulte, et ça m'avait beaucoup marqué, c'est un film qui peut démoraliser, mais c'est un beau témoignage sur une certaine façon de vivre en Angleterre à cette époque, qui sonne vrai grâce à ce ton très réaliste insuflé par Ken Loach.

Créée

le 27 mai 2020

Critique lue 615 fois

14 j'aime

5 commentaires

Ugly

Écrit par

Critique lue 615 fois

14
5

D'autres avis sur Kes

Kes
Ugly
7

Réalisme loachien

Ken Loach fait partie de cette nouvelle génération de cinéastes britanniques qui après la brève aventure du Free Cinema, fit son apprentissage dans les studios de télévision, comme Ken Russell ou...

Par

le 27 mai 2020

14 j'aime

5

Kes
Hexode
9

Laugier peut aller se rhabiller

Kes met en scène le gosse que j'aurais voulu être, celui qui overclocke sa curiosité tête dans le guidon. Rien, mais alors rien à taper de ce qui excède son champ de recherche, ce but qu'il ne s'est...

le 14 juil. 2013

14 j'aime

5

Kes
Zogarok
8

Critique de Kes par Zogarok

Ken Loach est identifié comme le « mr social » du cinéma britannique. L'ensemble de son œuvre s'intéresse à la classe ouvrière. Engagé à gauche (une gauche rouge), il vit parmi ceux qu'il...

le 8 déc. 2015

5 j'aime

Du même critique

Il était une fois dans l'Ouest
Ugly
10

Le western opéra

Les premiers westerns de Sergio Leone furent accueillis avec dédain par la critique, qualifiés de "spaghetti" par les Américains, et le pire c'est qu'ils se révélèrent des triomphes commerciaux...

Par

le 6 avr. 2018

121 j'aime

96

Le Bon, la Brute et le Truand
Ugly
10

"Quand on tire, on raconte pas sa vie"

Grand fan de westerns, j'aime autant le western US et le western spaghetti de Sergio Leone surtout, et celui-ci me tient particulièrement à coeur. Dernier opus de la trilogie des "dollars", c'est...

Par

le 10 juin 2016

95 j'aime

59

Gladiator
Ugly
9

La Rome antique ressuscitée avec brio

On croyait le péplum enterré et désuet, voici l'éblouissante preuve du contraire avec un Ridley Scott inspiré qui renouvelle un genre ayant eu de beaux jours à Hollywood dans le passé. Il utilise les...

Par

le 4 déc. 2016

95 j'aime

45