Avec son huitième long-métrage L'Ange Ivre, Akira Kurosawa nous fait suivre une étroite rencontre puis relation entre un médecin alcoolique et un gangster blessé qui va apprendre qu'il est atteint de la tuberculose.


En profitant du relatif relâchement de la censure des années d'après-guerre (c'est selon lui le premier film où il se sent libéré de toute contrainte extérieure), Akira Kurosawa dépeint avec L'Ange Ivre l'univers des yakuzas. Il met en scène une rencontre surprenante entre un médecin alcoolique au grand cœur et un gangster malade, sachant en faire ressortir les intérêts mais aussi les sensations et la richesse.


Règlement de compte avec la pègre qui a prospéré dans un Tokyo ravagé, L'Ange Ivre traite avec intelligence de thématiques telles que la crainte de la mort, la fraternité ou l'hypocrisie que l'on retrouve dans tous les personnages. Kurosawa se montre assez dur avec la nature humaine mais fait aussi preuve d'un véritable et profond humanisme dans le traitement des enjeux et personnages, tandis qu'il démontre ses qualités de cinéastes en sachant les rendre intéressants, ambigus voire même attachants.


L'oeuvre est d'une grande richesse tandis que le futur metteur en scène d'Entre le ciel et l'enfer sait se montrer violent et cru, mais sans aucun excès et toujours avec justesse, faisant notamment ressortir les sensations des protagonistes et de son récit. Les métaphores visuelles sont souvent délicieuses, tout comme ses plans et mouvements de caméra tandis que pour sa première collaboration avec Toshiro Mifune, ce dernier se montre remarquable, sachant transmettre la tristesse et l'émotion par un simple regard, formant un brillant duo avec Takashi Shimura.


Alors que la maladie sera le combat le plus compliqué d'un Yakuza, Akira Kurosawa propose une plongée dans l'enfer de la mafia japonaise à travers une relation ambiguë entre un des membres et un médecin, traitée avec humanisme, violence, sensation et surtout un immense talent.

Créée

le 28 févr. 2017

Critique lue 505 fois

29 j'aime

3 commentaires

Docteur_Jivago

Écrit par

Critique lue 505 fois

29
3

D'autres avis sur L'Ange ivre

L'Ange ivre
Philistine
10

Critique de L'Ange ivre par Philistine

Un film déchirant qui prend vie grâce au superbe duo Takashi Shimura / Toshirô Mifune. Toshirô joue Matsunaga, un jeune yakuza très puissant, le chef du quartier, qui voit son statut radicalement...

le 14 oct. 2010

38 j'aime

8

L'Ange ivre
SanFelice
9

"Les yakuzas sont incurables"

Par son souci du réalisme, par l’influence notable du cinéma occidental, par l’altruisme de ses personnages, L’Ange Ivre, 8ème film du maître, marque le véritable début de la carrière de...

le 2 mars 2016

34 j'aime

9

L'Ange ivre
Docteur_Jivago
8

Le Dernier des Combats

Avec son huitième long-métrage L'Ange Ivre, Akira Kurosawa nous fait suivre une étroite rencontre puis relation entre un médecin alcoolique et un gangster blessé qui va apprendre qu'il est atteint de...

le 28 févr. 2017

29 j'aime

3

Du même critique

Gone Girl
Docteur_Jivago
8

American Beauty

D'apparence parfaite, le couple Amy et Nick s'apprête à fêter leurs cinq ans de mariage lorsque Amy disparaît brutalement et mystérieusement et si l'enquête semble accuser Nick, il va tout faire pour...

le 10 oct. 2014

170 j'aime

32

2001 : L'Odyssée de l'espace
Docteur_Jivago
5

Il était une fois l’espace

Tout juste auréolé du succès de Docteur Folamour, Stanley Kubrick se lance dans un projet de science-fiction assez démesuré et très ambitieux, où il fait appel à Arthur C. Clarke qui a écrit la...

le 25 oct. 2014

156 j'aime

43

American Sniper
Docteur_Jivago
8

La mort dans la peau

En mettant en scène la vie de Chris The Legend Kyle, héros en son pays, Clint Eastwood surprend et dresse, par le prisme de celui-ci, le portrait d'un pays entaché par une Guerre...

le 19 févr. 2015

151 j'aime

34