Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Deux officiers français se joignent à une caravane, qui traverse le Sahara, puis la quittent. Ils recherchent des informations, chargés d'une mission secrète d'espionnage. Peut-être trouveront-ils au surplus des traces de l'Atlantide ? Ce continent disparu alimente les fantasmes. Les passionnés de zones cartographiques inexplorées aimeraient situer la mythique Atlantide. Le capitaine Morhange et le lieutenant de Saint-Avit sont capturés et se réveillent dans le palais de la reine Antinéa.


Pabst réalise une fidèle adaptation du roman de Pierre Benoit. Les errances à dromadaires dans les dunes de sable et à travers le Hoggar installent une atmosphère de mystère, propice au déchaînement de la folie humaine. L'accent est mis sur l'aventure, l'énigme de l'attraction entre les êtres, la passion amoureuse... Être plongé au cœur du désert nous confronte à notre solitude, prédispose à la contemplation et aux interrogations métaphysiques. Et la rencontre d'une femme fatale, l'amour impossible débouchent sur la drogue (le kif, l'alcool) et l'homicide (le suicide, le meurtre).


"L'Atlantide" a davantage vieilli que les cinq autres films de Pabst, vus jusqu'à présent. Le tournage en studio gâche parfois certaines scènes de désert. D'autres raisons n'incombent pas à Pabst. Aujourd'hui l'aventure coloniale est stigmatisée avec la même passion qu'elle fut jadis adorée. L'uniforme a perdu de son prestige. Et la fascination d'Antinéa (et de la journaliste) pour le capitaine Morhange me stupéfait. Que trouvent-elles à cette marionnette bègue ?


Le mythe de l'Atlantide a longtemps passionné de jeunes esprits, élevés aux humanités grecques et à Platon. Le roman de Pierre Benoit (1919), au succès considérable, l'a propagé dans le grand public. Malgré ses défauts, l'adaptation de Pabst, plus riche et complexe qu'elle ne semble, tombe juste. Je me surprends à attendre les apparitions du guépard, dont la grâce souple m'enchante...

lionelbonhouvrier
7

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes En BoNnE CoMpAgNiE (2017/2023) et GeOrg WilHelm PabST

Créée

le 4 déc. 2019

Critique lue 434 fois

2 j'aime

Critique lue 434 fois

2

D'autres avis sur L'Atlantide

L'Atlantide
Fritz_Langueur
7

La pitié au dessus du devoir

« La rue sans joie », « Loulou », « Journal d’une fille perdue » sont autant de films qui résonnent aujourd’hui encore comme des chefs d’œuvre installant Georg Wilhelm Pabst au Panthéon des grands...

le 17 janv. 2016

6 j'aime

2

L'Atlantide
lionelbonhouvrier
7

L'Atlantide, c'est le kif !

Deux officiers français se joignent à une caravane, qui traverse le Sahara, puis la quittent. Ils recherchent des informations, chargés d'une mission secrète d'espionnage. Peut-être trouveront-ils au...

le 4 déc. 2019

2 j'aime

L'Atlantide
Cinephile-doux
5

Loulou des sables

Pabst a tourné simultanément trois versions de cette adaptation du roman de Pierre Benoit : allemande, anglaise et française. Avec des acteurs différents, hormis Brigitte Helm. On a parlé parfois de...

le 9 août 2019

2 j'aime

Du même critique

Pensées
lionelbonhouvrier
10

En une langue limpide, un esprit tourmenté pousse Dieu et l'homme dans leurs retranchements

Lire BLAISE PASCAL, c'est goûter une pensée fulgurante, une pureté de langue, l'incandescence d'un style. La langue française, menée à des hauteurs incomparables, devient jouissive. "Quand on voit le...

le 10 nov. 2014

30 j'aime

3

Le Cantique des Cantiques
lionelbonhouvrier
9

Quand l'amour enchante le monde (IVe siècle av. J.-C. ?)

Sur ma couche, pendant la nuit, j’ai cherché celui que mon cœur aime ; je l’ai cherché et je ne l’ai point trouvé. Levons-nous, me suis-je dit, parcourons la ville ; les rues et les places, cherchons...

le 9 nov. 2014

23 j'aime

7