⚠️ Une maintenance est prévue le Mercredi 26 juin à 8h00 pour une durée d'environ 2h. Le site sera inacessible pendant cette période.

‘Lunana : A Yak in the Classroom’ est un très joli petit film, devant lequel on passe un excellent moment. Premier film bhoutanais que je vois et premier film bhoutanais nommé à l’Oscar du meilleur, Pawo Choyning Dorji signe un film sensible et émouvant.


Ugyen a terminé quatre de ses cinq années obligatoires de formation en tant qu'enseignant pour le gouvernement. Cependant, il n'aime pas enseigner et souhaite déménager en Australie pour devenir chanteur. Lorsqu'il est chargé d'enseigner dans le village de montagne isolé de Lunana, il envisage de quitter son emploi, mais sa grand-mère le presse de terminer son devoir d'enseignant. Il décide d'accepter la mission et quitte la ville.


Bien sûr, sa nouvelle vie sera un choc. Le village vit coupé du monde, à peine relié à la civilisation par trois ânes qui acheminent de temps à autre des marchandises. Pawo Choyning Dorji fait le choix de la comédie des contraires, comme l’avait fait en leur temps Toledano et Nakache avec ‘Intouchables’. La recette pourrait être usée mais ici cela fonctionne bien. Cette mission sera l’occasion pour le héros d’une réflexion spirituelle.


Ce film est bien sur un documentaire pour ceux (comme moi) qui connaissent peu ou mal ce pays d’Asie. Bien que peu peuplé (788000 habitants en 2022), une scission sépare la société. Il y a les Bhoutanais des villes qui vivent en plein dans la mondialisation, qui rêvent de partir en Australie et qui parlent en anglais. A l’opposé, il y a les rats des champs qui vivent coupés du monde en hivers, et à peine moins l’été. Ils cultivent le blé, élèvent des yacks, perpétuent les traditions et les rites. C’est un monde plus lent, qui s’oppose à un mode de vie plus accéléré. Mais pour combien de temps ? Car cet enseignant est justement le représentant, hors de ce village et qui poussera peut-être ses élèves hors de ce monde.


Ce film rappelle à certains égards (pas tous) le chef-d’œuvre de Francesco Rosi ‘Le Christ s’est arrêté à Eboli’. Ici, l’exil n’est pas politique mais il est contraint par l’Etat. Il découvre un milieu de vie qui est loin du sien, s’y familiarise. Mais surtout, les fins sont assez similaires. Les deux hommes repartiront chez eux, malgré s’être assimilé. Les gaps culturels, sociaux sont trop forts pour que l’assimilation soit totale. Une scène très forte entre Ugyen et le chef du village vient rappeler la différence de mentalité. Le chef du village reproche au jeune professeur de quitter le Bhoutan pour l’Australie alors que le Bhoutan est le pays du ‘Bonheur national brut’. Il y a les sédentaires quasi-autarciques et les nomades mondialisés.


Très bien interprété, ‘Lunana : A Yak in the Classroom’ est un très joli film, modeste, émouvant et qui vaut franchement le détour. Et puis on ne voit pas un film bhoutanais tous les jours.


Noel_Astoc
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à sa liste Les films que j'ai vu au cinéma en 2022

Créée

le 9 juin 2022

Critique lue 233 fois

6 j'aime

1 commentaire

Noel_Astoc

Écrit par

Critique lue 233 fois

6
1

D'autres avis sur L'École du bout du monde

L'École du bout du monde
DoisJeLeVoir
9

Critique de L'École du bout du monde par DoisJeLeVoir

C’est la première réalisation de Pawo Choyning Dorji. Il en a aussi écrit le scénario. L'école du bout du monde a été nommé à l’Oscar du Meilleur film international. Les pays à travers le Monde ont...

le 16 mai 2022

11 j'aime

L'École du bout du monde
Noel_Astoc
8

Yack à faire cours

‘Lunana : A Yak in the Classroom’ est un très joli petit film, devant lequel on passe un excellent moment. Premier film bhoutanais que je vois et premier film bhoutanais nommé à l’Oscar du meilleur,...

le 9 juin 2022

6 j'aime

1

L'École du bout du monde
Lagile-lierre
8

Eloge d'un monde simple et heureux

Ce qui rend ce film si beau, c'est sa simplicité. Pas d'effets spéciaux par drones sur ce bout de toit du monde. Tous les regards sont à hauteur d'homme, pour se concentrer sur les rapports...

le 15 mai 2022

5 j'aime

Du même critique

Spencer
Noel_Astoc
4

Princesse déchue

‘Spencer’ était un biopic qui promettait beaucoup car Pablo Larrain en a réalisé deux, l’un sur l’écrivain Pablo Neruda et l’autre sur la première dame Jackie Kennedy, et Kristen Stewart avait déjà...

le 2 janv. 2022

20 j'aime

2

Alphonse
Noel_Astoc
7

C'est gigolo comme tout !

Sortie en catimini sur Amazon Prime et quasi-unanimement décrié par la critique, la série de Nicolas Bedos vaut pourtant le détour, si l’on se base sur les trois premiers épisodes disponibles. Drôle,...

le 14 oct. 2023

15 j'aime

Les Volets verts
Noel_Astoc
4

Acteur drama-toc

‘Les volets verts’ promettait beaucoup par ses atouts : Simenon, Depardieu, Ardant. En résulte un film dont on pourrait dire qu’il est de « qualité française ». Il est surtout ennuyeux, sans rythme...

le 28 août 2022

15 j'aime

1