Un petit voleur doit séjourner dans un centre d'éducation alors que sa mère part pour un asile psychiatrique. Un professeur le prend sous son aile. Le premier film de Goran Markovic, qui signera plus tard Tito et moi, présente une vision douce-amère de la façon dont étaient pris en charge les délinquants mineurs dans la Yougoslavie des années 70. Le film est très attachant et trouve le ton juste, sans misérabilisme, beaucoup de pittoresque (casting amateur en grande partie) et parfois avec humour. Éducation spéciale devait initialement durer 50 minutes de plus mais Markovic a dû couper dans le vif à la demande des distributeurs. Cela ne l'a pas empêché de rencontrer un large succès public et de devenir un classique du cinéma yougoslave. C'est tout à fait mérité.

Cinephile-doux
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Le cinéma yougoslave sous Tito

Créée

le 7 nov. 2020

Critique lue 53 fois

1 j'aime

Cinéphile doux

Écrit par

Critique lue 53 fois

1

Du même critique

As Bestas
Cinephile-doux
9

La Galice jusqu'à l'hallali

Et sinon, il en pense quoi, l'office de tourisme galicien de As Bestas, dont l'action se déroule dans un petit village dépeuplé où ont choisi de s'installer un couple de Français qui se sont...

le 27 mai 2022

75 j'aime

4

France
Cinephile-doux
8

Triste et célèbre

Il est quand même drôle qu'un grand nombre des spectateurs de France ne retient du film que sa satire au vitriol (hum) des journalistes télé élevés au rang de stars et des errements des chaînes...

le 25 août 2021

73 j'aime

5

The Power of the Dog
Cinephile-doux
8

Du genre masculin

Enfin un nouveau film de Jane Campion, 12 ans après Bright Star ! La puissance et la subtilité de la réalisatrice néo-zélandaise ne se sont manifestement pas affadies avec Le pouvoir du chien, un...

le 25 sept. 2021

70 j'aime

13