👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le Lion d'Or gagné par Audrey Diwan à Venise, avec L’Événement, au nez et à la barbe de Jane Campion, Almodovar et Sorrentino, entre autres, en a interloqué plus d'un. Les mêmes ne seront plus étonnés après avoir vu cette adaptation choc du récit autobiographique d'Annie Ernaux. En premier lieu, L’Événement, avec toute sa crudité et quelques scènes proches de l'insoutenable, est là pour se souvenir de temps pas si lointains où un avortement clandestin en France, surtout pour les plus démunies, était une course d'obstacles presque insurmontable où le danger d'y laisser sa peau était égale à la honte et à la culpabilité dans une société rigide et patriarcale. Ceci est mon corps, ce cri solitaire était alors inaudible. Cela, le film le retranscrit avec une force peu commune dans une mise en scène remarquable qui passe de la douceur à la violence sans se départir d'une empathie peu commune pour son héroïne. Plus largement, avec une maîtrise totale, Audrey Diwan nous parle d'une jeunesse sous le boisseau, en quête de liberté, y compris sexuelle, D'un grand réalisme, L’Événement n'est en rien un film qui revendique, il s'agit avant tout de montrer, un peu comme l'avait fait Mungiu dans 4 mois, 3 semaines, 2 jours, avec la même énergie et un talent identique. Pour que le film soit à la hauteur de ses ambitions, il lui fallait une interprète extraordinaire et c'est exactement ce qu'est Anamaria Vartolomei, incroyable de bout en bout, dans la légèreté comme dans la déréliction et la douleur. Ne pas chercher plus loin le film français de l'année, désolé pour Titane, c'est bien de L’Événement qu'il s'agit.

6nezfil
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Au fil(m) de 2021 et Les meilleurs films de 2021

il y a 8 mois

22 j'aime

L'Événement
Sergent_Pepper
8

Une femme sous échéance

On met un certain temps à identifier le sentiment d’étrangeté qui happe le spectateur face à l’exposition de L’Événement : situé dans les années 60, ce portrait de jeune fille semble évoluer à...

Lire la critique

il y a 7 mois

44 j'aime

9

L'Événement
lhommegrenouille
2

Le non-événement

Par avance, mes excuses. Mes excuses pour être resté inerte face à ce film. Et surtout mes excuses parce que je ne vais pas me priver d’expliquer pourquoi. Je préfère présenter mes excuses par...

Lire la critique

il y a 7 mois

32 j'aime

24

L'Événement
6nezfil
8

Ceci est mon corps

Le Lion d'Or gagné par Audrey Diwan à Venise, avec L’Événement, au nez et à la barbe de Jane Campion, Almodovar et Sorrentino, entre autres, en a interloqué plus d'un. Les mêmes ne seront plus...

Lire la critique

il y a 8 mois

22 j'aime

The Power of the Dog
6nezfil
8

Du genre masculin

Enfin un nouveau film de Jane Campion, 12 ans après Bright Star ! La puissance et la subtilité de la réalisatrice néo-zélandaise ne se sont manifestement pas affadies avec Le pouvoir du chien, un...

Lire la critique

il y a 9 mois

61 j'aime

12

Mon inconnue
6nezfil
7
Mon inconnue

Relativité restreinte

Et si on supprimait les bandes-annonces des salles de cinéma ? Celle de Mon inconnue, outre le fait qu'elle dévoile copieusement tous les tenants et presque les aboutissants du film, en accentue la...

Lire la critique

il y a 3 ans

55 j'aime

9

Drunk
6nezfil
8
Drunk

Mélan(al)colique

Le problème de Thomas Vinterberg est d'avoir atteint un niveau très élevé dès son deuxième long-métrage, Festen, sans être capable de réitérer pareille performance par la suite, malgré quelques...

Lire la critique

il y a plus d’un an

51 j'aime