Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Au commencement était une nouvelle écrite par Rudyard Kipling et publiée en 1888. Il y eu ensuite un projet cinématographique qui commença à la fin des années 50. John Huston chercha à adapter l'œuvre de Kipling avec en rôles principaux, Kirk Douglas et Burt Lancaster. Malheureusement ce dernier ce brouilla avec le réalisateur lors du tournage du film Le Vent de la plaine. L'homme qui voulut être roi finit par voir le jour au milieu des années 70. Sur les conseils de Paul Newman, John Huston donne finalement les rôles principaux à deux acteurs britanniques (nationalité des personnages de Kipling), Sean Connery et Michael Caine.


Daniel Dravot et Peachy Carneha sont deux aventuriers sillonnant les Indes. Anciens militaires, ils décident de se rendre au Kafiristan, une région reculée d'Afghanistan. Ils ambitionnent d'y devenir rois. Avant de prendre le chemin du Kafiristan, ils jurent de ne plus toucher ni à l'alcool ni aux femmes jusqu'à leur succès, prenant à témoin une connaissance, le jeune journaliste Rudyard Kipling. Arrivés à destination, Daniel et Peachy tomberont par hasard sur Billy Fish, un Gurkha (soldat britannique recruté au Népal) qui leur sera fort utile pour se faire comprendre par les autochtones.


La complicité entre les deux acteurs, qui se connaissaient depuis la fin des années 50, renforce le puissant sentiment d'indissociabilité des deux aventuriers. Jusque dans les dernières scènes de L'homme qui voulut être roi, le spectateur ne peut s'imaginer une destinée distincte entre Peachy et Daiel. Les deux personnages sont terriblement attachants malgré tous leurs défauts. Arrogants, cupides et manipulateurs, Daniel va de surcroit être gagné par une fièvre terrible, la folie des grandeurs. Car comme partout ailleurs, le divin est étroitement lié à la royauté. Devenir l'être vénéré de tous a de quoi faire tourner la tête de tous, même des plus humbles.


Le film est fidèle à l'oeuvre de l'écrivain, excepté concernant le narrateur de l'histoire. John Huston a la brillante idée de propulser Kipling en narrateur de sa propre histoire. Un bel hommage qui ne fait perdre aucune crédibilité au film, sachant que l'écrivain était bel et bien franc-maçon et journaliste aux Indes.


L'homme qui voulut être roi n'est pas un film d'aventure rythmé fiévreusement par l'action. Il s'agit là d'une aventure des grands espaces, des déserts rocailleux aux sommets enneigés. L'exploration n'est pas seulement géographique, elle l'est aussi du point de vue de l'humain. La fascination du pouvoir, l'honneur, l'amitié, la réussite et l'échec, tant de thèmes abordés par John Huston qui n'a pas son pareil pour mettre en scène aussi bien la grandeur de l'homme que sa fragilité.

Vincent-Ruozzi
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Un top 10 c'est court finalement!, Les éléments se déchaînent: la tempête de neige/l'avalanche et Mon Top 70 des années 70

Créée

le 27 janv. 2020

Critique lue 858 fois

58 j'aime

1 commentaire

Vincent Ruozzi

Écrit par

Critique lue 858 fois

58
1

D'autres avis sur L'Homme qui voulut être roi

L'Homme qui voulut être roi
real_folk_blues
9

Les dieux font la paire...

Un récit d’aventure tel que celui ci, ça vous ramène presque inévitablement en enfance. Pour les péripéties extraordinaires, époustouflantes, les tournures épatantes du destin de personnages joués...

le 13 nov. 2013

64 j'aime

8

L'Homme qui voulut être roi
Sergent_Pepper
8

Cata culte.

L’année de sortie de ce film de Huston a de quoi surprendre : alors qu’en 1975, le blockbuster est en train de naître (c’est l’année de sortie de Jaws) une telle épopée d’aventure semble appartenir à...

le 31 janv. 2018

62 j'aime

2

L'Homme qui voulut être roi
Matrick82
8

"_He wants to know if you are gods. _Not gods - Englishmen. The next best thing!"

Décidément c'était loin d'être le dernier des cons John Huston. Cet homme là ça a été l'évocation d'un quartier minable de New York pour détectives complètement largués au nez pété, puis (avec toute...

le 11 mai 2013

62 j'aime

15

Du même critique

Whiplash
Vincent-Ruozzi
10

«Je vous promets du sang, de la sueur et des larmes»

Whiplash est un grand film. Il est, selon moi, le meilleur de l’année 2014. Une excellente histoire alliant le cinéma et la musique. Celle-ci ne se résume pas à une bande son, mais prend ici la place...

le 20 janv. 2015

190 j'aime

11

Mad Max - Fury Road
Vincent-Ruozzi
9

Sur les routes de Valhalla

Je viens de vivre un grand moment. Je ne sais pas si c’est un grand moment de cinéma, mais ce fût intense. Mad Max: Fury Road m’en a mis plein la gueule. Deux heures d’explosions, de fusillades et de...

le 16 mai 2015

182 j'aime

21

The Irishman
Vincent-Ruozzi
8

Le crépuscule des Dieux

Lèvres pincées, cheveux gominés, yeux plissés et rieurs, main plongée dans sa veste et crispée sur la crosse d'un revolver, Robert De Niro est dans mon salon, prêt à en découdre une nouvelle fois. Il...

le 29 nov. 2019

152 j'aime

10