Venant simplement à l’enterrement d’une ancienne amie, Moses ne pensait pas repartir avec Addie, la fille de celle-ci. Cherchant vainement à s’en débarrasser, il accepte à contrecœur d’accompagner la jeune fille chez sa tante vivant dans le Missouri. Addie, quant à elle, est persuadée que Moses est son père car « ils ont le même menton ». Moses est un escroc à la petite semaine, vendant sans vergogne des bibles à des veuves éplorées. Addie, avec sa bouille d’ange, se révèle être une alliée précieuse au fil des arnaques.


La Barbe à papa s’inscrit dans la mouvance du Nouvel Hollywood, dont son réalisateur, Peter Bogdanovich, en fut une des figures de proue. Le film marque également l’apogée de la carrière de Bogdanovich qui passa en l’espace de quelques années du statut de réalisateur de génie à celui de looser enchaînant fiasco sur fiasco. Une chute dont il ne s’est, artistiquement parlant, jamais remis.


La photographie du film est bluffante avec ces contrastes de noirs et de blancs obtenus avec l’utilisation d’un filtre rouge. László Kovács, directeur de la photographie, travailla sur tous les succès de Bogdanovich. En matière de road movie, Kovács n’en était d’ailleurs pas à son coup d’essai avec La Barbe à papa. C’est en effet Easy Rider de Dennis Hopper qui propulsa sa carrière.


La beauté du film réside aussi dans son registre complexe. Avec la Grande dépression en toile de fond, le film ne peut être une comédie. Bogdanovich distille les références à cette période, insufflant un climat de précarité global de cette Amérique profonde, celle du Middle West. Ainsi, on aperçoit de temps en temps des familles sur le bord de route, tentant de réparer ou de ménager leur vieux camion déglingué. Une scène qui illustre parfaitement cette période où des centaines de milliers d’américains migrèrent à travers le pays afin de trouver du travail. Mais d'autre part, le côté cocasse de nombreuses scènes, comme celle où la petite Addie monte un implacable stratagème pour se débarrasser d’une encombrante pouliche, apporte au film une sorte de drôlerie attendrissante et insouciante.


Le film est porté par la profonde complicité entre les deux acteurs Ryan O'Neal et sa fille Tatum, qui interprètent les deux rôles principaux, ceux de Moses et d’Addie. Le personnage de garçon manqué d’Addie est la pièce maitresse de la réussite de La Barbe à papa. Addie est un de ces enfants obligés de grandir trop vite, se forgeant une carapace d’adulte pour se protéger de l’adversité.


Au fil des kilomètres et des petits larcins, Addie et Moses vont se rapprocher. Moses endossant la figure paternelle attendue par Addie. Les dernières minutes du film ne laisse pas de place au doute. L’amour l’a emporté.

Créée

le 2 mars 2017

Critique lue 812 fois

33 j'aime

10 commentaires

Vincent Ruozzi

Écrit par

Critique lue 812 fois

33
10

D'autres avis sur La Barbe à papa

La Barbe à papa
-IgoR-
9

Le voyage dans la lune

Sur le canevas classique du road movie, Peter Bogdanovich brode une fable délicieusement surannée. Parfaitement assumé et réalisé, le noir et blanc se fait émissaire d’une époque révolue, difficile...

le 7 mai 2014

44 j'aime

12

La Barbe à papa
Docteur_Jivago
9

To Moze from Addie

S’ouvrant sur la chanson It’s only a Paper Moon, La Barbe à Papa débute avec une scène d’enterrement remarquable et donnant tout de suite le ton du film, où l’on va suivre un petit escroc qui va se...

le 5 juil. 2014

42 j'aime

14

La Barbe à papa
Vincent-Ruozzi
9

Arnaquer pour survivre, aimer pour vivre

Venant simplement à l’enterrement d’une ancienne amie, Moses ne pensait pas repartir avec Addie, la fille de celle-ci. Cherchant vainement à s’en débarrasser, il accepte à contrecœur d’accompagner la...

le 2 mars 2017

33 j'aime

10

Du même critique

Whiplash
Vincent-Ruozzi
10

«Je vous promets du sang, de la sueur et des larmes»

Whiplash est un grand film. Il est, selon moi, le meilleur de l’année 2014. Une excellente histoire alliant le cinéma et la musique. Celle-ci ne se résume pas à une bande son, mais prend ici la place...

le 20 janv. 2015

190 j'aime

11

Mad Max - Fury Road
Vincent-Ruozzi
9

Sur les routes de Valhalla

Je viens de vivre un grand moment. Je ne sais pas si c’est un grand moment de cinéma, mais ce fût intense. Mad Max: Fury Road m’en a mis plein la gueule. Deux heures d’explosions, de fusillades et de...

le 16 mai 2015

182 j'aime

21

The Irishman
Vincent-Ruozzi
8

Le crépuscule des Dieux

Lèvres pincées, cheveux gominés, yeux plissés et rieurs, main plongée dans sa veste et crispée sur la crosse d'un revolver, Robert De Niro est dans mon salon, prêt à en découdre une nouvelle fois. Il...

le 29 nov. 2019

152 j'aime

10