Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Western fondateur où John Ford a mis tous les ingrédients qu'on rencontrera ensuite dans le genre, c'est surtout qu'avec ce film, Ford donne un sens nouveau au western, introduisant dans la convention du genre les détails psychologiques et l'analyse sociale. En effet, c'est un huis-clos pour un petit groupe de personnages représentatifs de la société de l'Ouest sauvage du 19ème siècle, les caractères se révèlent lors du voyage périlleux où la diligence doit traverser des territoires hostiles envahis par les Apaches de Geronimo. Il y a là Dallas la fille de joie chassée par les gens respectables, le bon docteur Boone, toujours imbibé, mrs Mallory, la dame comme il faut, Hatfield, le joueur romanesque et gentleman, mr Peacock le négociant poltron en whisky, Gatewood le banquier véreux et détestable, auxquels se joint Ringo l'outlaw au grand coeur. Curly le sheriff et Buck le conducteur terminent cet équipage. Le danger va servir de révélateur, démasquant les hypocrites et montrant sous leur véritable jour la bonté de ceux qui sont considérés comme des parias, tels Dallas, Ringo ou Hatfield ; en quelques plans, John Ford fait de cette diligence et de ses passagers le plus édifiant des microcosmes humains. Il aime l'humanité pure et humble (les exclus) et règle ses comptes avec les installés qui donnent des leçons de morale, de même qu'il ne craint pas les scènes chargées d'émotion.
C'est le premier classique du western, parce qu'avant 1939, le western n'existait que sous la forme de petites productions de série B tournées rapidement. Le film de Ford est donc d'un degré supérieur, et Ford utilise pour la première fois le décor sensationnel de Monument Valley, alors que beaucoup de petits westerns étaient tournés en studio. D'autre part, en 1939, apparaissent d'autres productions importantes comme Jesse James le brigand bien-aimé de Henry King, les Conquérants de Michael Curtiz, ou le Pacific Express de Cecil B. De Mille... des westerns qui auront toutefois moins d'impact que le film de Ford qui porte le genre à la perfection en lui donnant de vraies lettres de noblesse. De genre mineur, le western devient une mine de sujets pour les firmes hollywoodiennes et des réalisateurs comme Hawks, Mann ou Daves...
C'est le plus célèbre western de l'histoire du cinéma et le plus connu des films de John Ford, mais je tente une petite mise au point en m'opposant au concert de louanges que j'entend depuis des années et qui portent ce film au pinacle : ce n'est pas pour moi le meilleur western de Ford, il est largement surpassé par la Charge héroïque, la Prisonnière du désert ou L'Homme qui tua Liberty Valance. Ceci étant dit, il reste indéniablement un chef-d'oeuvre du western, rien de plus mais rien de moins.
Un mot sur l'interprétation qui contribue à la perfection : elle est tout simplement prodigieuse, que ce soit Claire Trevor dans ce rôle attachant de fille dévouée, John Carradine magistral en joueur qui trouve la rédemption par sa bravoure, Thomas Mitchell qui gagna l'Oscar pour son rôle de médecin alcoolique, Donald Meek en petit monsieur révérencieux, Andy Devine le conducteur affable... et puis bien sûr ce fut la révélation de John Wayne qui à 32 ans, tournait pour la première fois sous la direction de Ford, et deviendra ensuite son acteur fétiche. Il bénéficie d'un plan d'entrée en scène étonnant mais très rapide : il est seul dos à Monument Valley, avec sa Winchester en main, fait signe à la diligence, et la caméra se rapproche de lui jusqu'à un gros plan foudroyant ; c'est la naissance d'un héros en devenir.
On n'oubliera pas la séquence mémorable de l'attaque de la diligence, constituant le morceau de bravoure du film, qui est désormais légendaire dans l'histoire du western, même si la formule a été depuis cent fois imitée.
De même que la musique joue aussi un grand rôle ; elle n'est pas signée Max Steiner ou un autre grand musicien de l'époque, il s'agit d'arrangements effectués par Boris Morros d'après de vieux airs folkloriques, et le thème principal qui obtint l'Oscar est inspiré d'une vieille chanson de l'Ouest. Ainsi donc, avec tous ces éléments combinés et la parfaite adéquation entre le voyage, la progressive découverte psychologique et le rythme de l'image et de la musique, ce film reste un grand moment de cinéma.

Créée

le 7 sept. 2017

Critique lue 741 fois

35 j'aime

26 commentaires

Ugly

Écrit par

Critique lue 741 fois

35
26

D'autres avis sur La Chevauchée fantastique

La Chevauchée fantastique
Docteur_Jivago
8

Et Ford posa les bases du Western...

Alors que les indiens sont prêts à la guerre, une diligence, où se trouve notamment une femme enceinte, un shérif, un joueur, un médecin alcoolique ou encore une prostitué, bientôt rejoint par Ringo,...

le 1 mars 2015

50 j'aime

3

La Chevauchée fantastique
Sergent_Pepper
9

Le convoi des caves se rebiffe.

Après plusieurs années d’abstinence en matière de western, Ford remet le sujet en selle pour un film fondateur d’une immense part de sa filmographie à venir. C’est la rencontre avec Wayne pour un...

le 30 août 2014

49 j'aime

4

La Chevauchée fantastique
guyness
8

S'y précipiter, avec diligence !

Oui c'est du western, oui c'est en noir et blanc, oui les indiens attaquent, oui tout ce que vous voulez, mais c'est surtout et avant tout un film de John Ford. Et qui dit ce (par encore trop) vieux...

le 4 août 2011

37 j'aime

4

Du même critique

Il était une fois dans l'Ouest
Ugly
10

Le western opéra

Les premiers westerns de Sergio Leone furent accueillis avec dédain par la critique, qualifiés de "spaghetti" par les Américains, et le pire c'est qu'ils se révélèrent des triomphes commerciaux...

Par

le 6 avr. 2018

121 j'aime

96

Le Bon, la Brute et le Truand
Ugly
10

"Quand on tire, on raconte pas sa vie"

Grand fan de westerns, j'aime autant le western US et le western spaghetti de Sergio Leone surtout, et celui-ci me tient particulièrement à coeur. Dernier opus de la trilogie des "dollars", c'est...

Par

le 10 juin 2016

95 j'aime

59

Gladiator
Ugly
9

La Rome antique ressuscitée avec brio

On croyait le péplum enterré et désuet, voici l'éblouissante preuve du contraire avec un Ridley Scott inspiré qui renouvelle un genre ayant eu de beaux jours à Hollywood dans le passé. Il utilise les...

Par

le 4 déc. 2016

95 j'aime

45