« It sounds like, well, just as though you're describing some form of super carrot.»

The Thing est le film étalon-mètre de l’épouvante fondée sur un principe fondamental : l’invisibilité. Sans moyens, il excite des trésors d’inventivité pour mettre en place une horreur omniprésente mais quasiment irreprésentable. Sur un film de 80 minutes, la quasi-totalité est dévolue à des discussions entre militaires et scientifiques progressivement bloqués dans une base au pôle nord. La découverte de l’objet volant est un exemple virtuose de ces idées : bloquée dans la glace, elle n’est visible que des hommes qui peu à peu se placent à sa circonférence et forment une ronde : choc, il s’agit d’un objet circulaire, et par conséquent d’une soucoupe volante que nous n’aurons jamais vue…
Le traitement réservé à la fameuse créature est similaire. Bloquée dans la glace, on n’aperçoit son visage que partiellement, à la 37è minute. Vivante et visible, à la 55è, pour une durée totale de présence n’excédant pas 10 minutes sur la totalité du film. Le reste du film est un huis-clos (couloirs oppressants, rupture d’électricité, portes barricadées… tout s’écrit pour les décennies à venir du film d’horreur) où, autre idée géniale, c’est le froid invisible qui est l’arme la plus destructrice de l’alien.
Certes, la parabole sur la guerre froide est lisible dans les préoccupations d’un récit sur l’arrivée mystérieuse et colonisatrice d’un autre monde. Le film s’achève sur la phrase solennelle : « Watch the skies, everywhere! Keep looking. Keep watching the skies ! »
Mais les débats mettent clairement à mal l’autorité et donnent à l’œuvre une dimension clairement satirique. Tout d’abord par le commandement arrivant par intermittence via une radio défectueuse, toujours à côté de la plaque, en retard sur les informations et donnant à posteriori les mauvais conseils, occasionnant les sarcasmes du journalisme.(«So few people can boast that they've lost a flying saucer and a man from Mars -all in the same day! Wonder what they'd have done to Columbus if he'd discovered America, and then mislaid it »). Ensuite, le scientifique fanatique qui devient l’ennemi intérieur et propage l’invasion extraterrestre. Reste le bon sens du bon capitaine de base, son humanité se fondant avant tout sur l’humour : dans sa séduction de l’assistante (une relation très screwball, réparties et coups bas fusant en permanence). Le journaliste, lui aussi, à travers son regard rationnel et désireux de raconter plus tard tout ce qu’il voit, est la figure du spectateur face au film d’épouvante : séduit, cynique, affirmant crânement qu’il ne prend pas, et qui, au moment de prendre LA photo qui prouverait tout, s’évanouit.

La critique du remake de Carpenter :
http://www.senscritique.com/film/The_Thing/critique/26424932
Sergent_Pepper
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Comédie, Epouvante, Science Fiction, Mélange des genres et Thriller

Créée

le 19 déc. 2013

Modifiée

le 5 oct. 2013

Critique lue 1.8K fois

27 j'aime

1 commentaire

Sergent_Pepper

Écrit par

Critique lue 1.8K fois

27
1

D'autres avis sur La Chose d'un autre monde

La Chose d'un autre monde
Docteur_Jivago
5

L'angoisse froide

Lorsqu'un objet gigantesque et inconnu s'écrase proche d'une station militaire basée dans des glaces polaires, les observateurs se trouvent face à ce qu'ils ne connaissent pas et vont tenter d'en...

le 17 mars 2015

29 j'aime

La Chose d'un autre monde
Sergent_Pepper
8

« It sounds like, well, just as though you're describing some form of super carrot.»

The Thing est le film étalon-mètre de l’épouvante fondée sur un principe fondamental : l’invisibilité. Sans moyens, il excite des trésors d’inventivité pour mettre en place une horreur omniprésente...

le 19 déc. 2013

27 j'aime

1

La Chose d'un autre monde
Gand-Alf
7

Watch the sky.

Adapté de la nouvelle "Who goes there ?", "La chose d'un autre monde", réalisé au tout début des années 50, est aujourd'hui considéré comme un classique du cinéma de science-fiction, parfaitement en...

le 8 janv. 2015

25 j'aime

Du même critique

Lucy
Sergent_Pepper
1

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

le 6 déc. 2014

769 j'aime

104

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

le 14 août 2019

705 j'aime

54

Her
Sergent_Pepper
8

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

le 30 mars 2014

615 j'aime

53