Derrière une affiche moisie (mention au "ntguilty" de la plaque d'immatriculation transformé en "noncoupable"), se cache un petit polar sans prétention ni effet de mise en scène à la mord-moi-le-noeud. C'est simple, efficace et bourré de morts-vivants: Matthew McConaughey, Marisa Tomei...
Marius
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Ces petits films sans prétentions et 2011 au top

Le 7 juin 2011

11 j'aime

6 commentaires

La Défense Lincoln
Eric17
7

Pour les adeptes d'avocats qui travaillent en roulant...

J'ai été attiré par le film « La défense Lincoln » par le fait qu'il s'agisse de l'adaptation d'un roman éponyme écrit par Michael Connelly. Ce dernier est un de mes auteurs préférés et je garde un...

Lire la critique

il y a 11 ans

13 j'aime

La Défense Lincoln
takeshi29
8

Le double effet Kiss Cool

Deux excellentes surprises en une : tout d'abord un polar noir d'une redoutable efficacité, qui se contente d'être fidèle au genre, sans vouloir tirer la couverture à lui. Et peut-être le plus fou,...

Lire la critique

il y a 11 ans

12 j'aime

La Défense Lincoln
Marius
7

Critique de La Défense Lincoln par Marius

Derrière une affiche moisie (mention au "ntguilty" de la plaque d'immatriculation transformé en "noncoupable"), se cache un petit polar sans prétention ni effet de mise en scène à la...

Lire la critique

il y a 11 ans

11 j'aime

6

The Dark Knight Rises
Marius
4

Bane à ordures

Jusqu'alors DKR signifiait, pour le geek averti, Dark Knight Returns. Une oeuvre majeure dans la bibliothèque de Batman. Quelque chose d'adulte et de complexe. Tout ce que n'est pas TDKR. Qui n'est...

Lire la critique

il y a 10 ans

121 j'aime

130

The Artist
Marius
1
The Artist

La blague américaine

En terrain conquis. Le mec de "la Classe américaine" à Cannes? Ça clignotait de partout: ce film est fait pour moi. 5h34 plus tard (en réalité, le film est un poil moins long), j'avais l'impression...

Lire la critique

il y a 11 ans

106 j'aime

67

Melancholia
Marius
10
Melancholia

Melancholia and the infinite sadness

Bon, Lars von Hitler à 8 heures du mat, c'était pas gagné (qu'est-ce qu'on ferait pas pour voir des films danois avant les autres)... Mais se réveiller devant un astre sombre, sombrer avec ces jeunes...

Lire la critique

il y a 11 ans

103 j'aime

23