Il y a des gens qui croient qu'avant Pirates des Caraïbes, les films de pirates n'existaient pas. Et pourtant, c'est le contraire, ce sous-genre du film d'aventure fut très actif à Hollywood dans la décennie 1940 jusqu'au milieu des années 50 avant de tomber en désuétude. Ce film est un superbe petit classique du genre au Technicolor flamboyant, qui propose aventure et exotisme avec bien plus de pep's et de panache que toute la franchise de Disney (je vais faire hurler les fans, mais moi, Pirates des Caraïbes, à part le premier qui est sympa, les autres ont tendance à m'ennuyer).
Jacques Tourneur qui venait de réaliser l'année précédente, la Flèche et le flambeau, donne dans l'aventure aussi bondissante avec une superbe Jean Peters pétillante dans un portrait de femme pirate très active, assez dure et en même temps romanesque. Le personnage d'Anne Providence est fictif, mais il est inspiré de celui d'Anne Bonny, une des rares femmes pirates du XVIIIème ayant existé, j'ai lu une Histoire de la flibuste et des corsaires, et il est dit qu'elle naviguait dans l'équipage de Jack Rackham, c'est ainsi qu'elle a rencontré Mary Read, autre aventurière qui elle aussi s'habillait en homme et commandait un équipage ; il est probable que les 2 femmes aient été amantes, mais elles ressemblaient plus à des hommasses peu ragoutantes, alors qu'ici, Jean Peters est d'une réelle beauté, trop belle même pour ce milieu rude et très masculin, mais c'est normal on est à Hollywood ! Quoi qu'il en soit, le film est une sorte de biopic très romancé d'Anne Bonny, qui en plus n'a jamais croisé Barbe-Noire, contrairement à ce qu'on voit ici, erreur dont se souciaient peu les scénaristes à l'époque.
C'est donc une jolie pépite des 50's, rythmée par la musique énergique de Franz Waxman, et typique d'un certain cinéma hollywoodien de divertissement, reprenant l'imagerie des films de pirates (abordages, beuveries, duels au sabre de marine etc..), qui se hisse pratiquement à la hauteur des films de la Warner des années 40 où sévissait Errol Flynn. Il s'inscrit dans la lignée de films comme A l'abordage !, Pavillon Noir, Barbe-Noire le pirate, le Cygne noir ou le Corsaire rouge. Le casting est complété par un fade Louis Jourdan, qui ne semble pas dans son élément ici, par la sublime Debra Paget et par l'imposant colosse James Robertson Justice.

Créée

le 10 mars 2018

Critique lue 621 fois

19 j'aime

48 commentaires

Ugly

Écrit par

Critique lue 621 fois

19
48

D'autres avis sur La Flibustière des Antilles

La Flibustière des Antilles
Torpenn
7

Moule marinière

Alors ne vous y trompez pas, même si c'est plutôt mineur dans le genre, c'est tout à fait charmant, les Caraïbes, des pirates partout, des trésors, Barbe Noire, des trahisons, des auberges, des...

le 19 oct. 2012

26 j'aime

18

La Flibustière des Antilles
Ugly
7

A l'abordage !

Il y a des gens qui croient qu'avant Pirates des Caraïbes, les films de pirates n'existaient pas. Et pourtant, c'est le contraire, ce sous-genre du film d'aventure fut très actif à Hollywood dans la...

Par

le 10 mars 2018

19 j'aime

48

La Flibustière des Antilles
Play-It-Again-Seb
7

La Pirate des Caraïbes

Dans un genre très codifié qui paraît aujourd’hui désuet, Jacques Tourneur signe un film intelligent qui se démarque de ses contemporains mais aussi de sa propre filmographie. Loin de ses films noirs...

Par

le 11 janv. 2024

11 j'aime

1

Du même critique

Il était une fois dans l'Ouest
Ugly
10

Le western opéra

Les premiers westerns de Sergio Leone furent accueillis avec dédain par la critique, qualifiés de "spaghetti" par les Américains, et le pire c'est qu'ils se révélèrent des triomphes commerciaux...

Par

le 6 avr. 2018

121 j'aime

96

Le Bon, la Brute et le Truand
Ugly
10

"Quand on tire, on raconte pas sa vie"

Grand fan de westerns, j'aime autant le western US et le western spaghetti de Sergio Leone surtout, et celui-ci me tient particulièrement à coeur. Dernier opus de la trilogie des "dollars", c'est...

Par

le 10 juin 2016

95 j'aime

59

Gladiator
Ugly
9

La Rome antique ressuscitée avec brio

On croyait le péplum enterré et désuet, voici l'éblouissante preuve du contraire avec un Ridley Scott inspiré qui renouvelle un genre ayant eu de beaux jours à Hollywood dans le passé. Il utilise les...

Par

le 4 déc. 2016

95 j'aime

45