Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

A Shanghaï, le maître de Bruce Lee a été assassiné par de méchants Japonais qui ont une attitude colonialiste. Contre l'avis des autres élèves, Lee part venger son maître et entraîne de terribles représailles contre ses camarades.

Peu importe le background : le film, censé se passer au début du XXe siècle, est bourré d'anachronismes ou d'invraisemblances. C'est cependant un des Bruce Lee où l'histoire est la plus soignée. Mais au fond, quelle importance, puisque personne ne retiendra le nom de tous ces personnages secondaires ? Les méchants sont d'ailleurs des plus caricaturaux, la palme revenant au Chinois traître à sa race, veule et ricanant, avec son long fume-cigarette. Sans oublier le militaire japonais à grosses moustaches....

Il y a tous les ingrédients d'un bon Bruce Lee : un combat contre un grand mec baraqué féru d'arts martiaux (ici un Russe roux à bouclettes qui tord des barres de fer en grimaçant à peine) ; des giclées de sang (j'ai pensé plusieurs fois à Mortal Kombat) ; des chorégraphies invraisemblables (Bruce Lee defaisant tout un dojo dans la première demi-heure) ; des prises légendaires (la séquence des mille mains).

Mais surtout, ici, le personnage de Bruce Lee est un justicier auquel il est difficile de s'identifier. Le regard fou, les bras contractés, toute son attitude respire l'arrogance, l'insolence, mais aussi la folie et la sauvagerie les plus pures. Son visage de porcelaine, tantôt de marbre, tantôt sensuel, déroute complètement. Le final est bien sombre, conforme au personnage. Au fond, on a l'impression que le héros tue les méchants par hasard. Il est comme "amok". Le mot qui me vient le plus spontanément est "sauvagerie".

C'est un très bon film d'arts martiaux, un peu bête sur le scénario, mais excellent pour ce qui est de l'action.
zardoz6704
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste ça se passe à Rome

Créée

le 4 avr. 2013

Critique lue 1.5K fois

5 j'aime

zardoz6704

Écrit par

Critique lue 1.5K fois

5

D'autres avis sur La Fureur de vaincre

La Fureur de vaincre
real_folk_blues
8

Salut c'est Bruce, savate?

La fureur de vaincre, les amis… La fu-reur de vaincre…! Où comment, en peu d’images, un thème principal et quelques noms glorieux au générique, on retombe dans l’enfance. Oh oui nostalgie il y a ! Oh...

le 13 sept. 2012

51 j'aime

18

La Fureur de vaincre
Docteur_Jivago
5

Rivalité ensanglantée

N'ayant jamais vu un seul Bruce Lee auparavant, je dois bien avouer que je m'attendais à mieux au vu de sa réputation qui n'a, semble t-il, que fait se bonifier au fil des années. Ici, il campe un...

le 23 mai 2017

23 j'aime

7

La Fureur de vaincre
spirifer
8

Comment noter un nanar

C'est le premier nanar que je note sur SC. Et que faire ? 1 ou 10 ? Si on considère le scénario, le chauvinisme, la version de l'Histoire, le jeu d'acteur, le montage, les bruitages, même la...

le 30 avr. 2013

16 j'aime

1

Du même critique

Orange mécanique
zardoz6704
5

Tout ou rien...

C'est ce genre de film, comme "La dernière tentation du Christ" de Scorsese", qui vous fait sentir comme un rat de laboratoire. C'est fait pour vous faire réagir, et oui, vous réagissez au quart de...

le 6 sept. 2013

56 j'aime

10

Crossed
zardoz6704
5

Fatigant...

"Crossed" est une chronique péchue, au montage saccadé, dans laquelle Karim Debbache, un vidéaste professionnel et sympa, parle à toute vitesse de films qui ont trait au jeu vidéo. Cette chronique a...

le 4 mai 2014

42 j'aime

60

Black Hole : Intégrale
zardoz6704
5

C'est beau, c'est très pensé, mais...

Milieu des années 1970 dans la banlieue de Seattle. Un mal qui se transmet par les relations sexuelles gagne les jeunes, mais c'est un sujet tabou. Il fait naître des difformités diverses et...

le 24 nov. 2013

40 j'aime

6