Je ne m'attendais pas à être autant captivé par ce film. J'avais quelques préjugés sur ce dernier avant visionnage, pensant qu'il s'agissait d'un tire larme sans vraiment de nuances et aux images volontairement "chocs". J'avais tout faux. La Liste de Schindler est d'ailleurs à l'opposé de tout ce que je viens de dire. Plus qu'un film sur l'holocauste, il s'agit d'un film sur Oskar Schindler, industriel allemand ayant sauvé la vie de 1100 juifs, et personnage principal de ce film. Il est celui que l'on suit tout au long des 195 minutes que je n'ai personnellement pas vu passer.


L'holocauste est ici le contexte, le véritable sujet du film est la prise de conscience d'un homme vis à vis des horreurs de la seconde guerre mondiale. Celui ci nous est introduit comme un homme cultivé, charismatique et surtout opportuniste. Il profite de la guerre pour s'enrichir et engage ainsi des juifs dans son entreprise car ceux ci coûtent moins cher que les polonais. Seulement, au fil de l'évolution de la guerre et des rencontres qu'il est amené à faire, notamment Amon Goeth, incarné par un Ralph Fiennes impressionnant, la vapeur est inversée et Schindler décide d'utiliser sa fortune pour sauver autant de juifs que possibles. C'est précisément cette orientation qui m'a fait apprécier le film.


Nous ne sommes pas face à un cours d'histoire mais véritablement face à une oeuvre cinématographique et dramatique d'une richesse impressionnante, que ce soit en terme de mise en scène (la direction d'acteur et la maîtrise de la caméra de Spielberg ne sont plus à présenter), de rythme (3h15 qui filent à toute vitesse), de scénario (le film est divisé en deux parties, une plus légère, presque comique, sur l’ascension de Schindler, une seconde plus ancrée dans la culture commune, sur les camps de concentration, extrêmement noire) ou de partition musicale (John Williams s'est surpassé pour ce film, délivrant une bande son variée et particulièrement riche).


J'ai rarement été autant impressionné par un film, que ce soit par les émotions qu'il transmet (encore que le sujet traité est forcément vecteurs d'émotions) mais surtout par sa maîtrise du langage cinématographique. La Liste de Schindler est pour moi une leçon de cinéma où tout est quasiment parfait, bien calibré et surtout équilibré, le film parvient à trouver selon moi le ton juste, jamais dans l'excès, contrairement à ce que beaucoup de critiques lui ont reproché (notamment la scène de la douche). Il ne faut pas oublier qu'il s'agit avant tout d'un film et non d'un documentaire, et à partir du moment où le réalisateur ne manque pas de respect aux victimes la guerre, je n'ai absolument rien à lui reprocher.


Un film à voir absolument.

Scorcm83
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur.

Créée

le 30 juil. 2017

Critique lue 633 fois

3 j'aime

Audric  Milesi

Écrit par

Critique lue 633 fois

3

D'autres avis sur La Liste de Schindler

La Liste de Schindler
MatthieuS
10

Une œuvre à Oskar

Ce film multi-oscarisé traite de l’œuvre d’Oskar, homme contrasté qui finit par sauver la vie de plusieurs centaines de juifs de la solution finale échafaudée par la sauvagerie nazie. Et c’est le...

le 23 mars 2018

65 j'aime

22

La Liste de Schindler
Norn
5

Steven recherche Osk(c)ar(s)

Steven(*) est gentil. Très gentil. Tout le monde le sait, alors quand il fait un film, le film est gentil aussi. Mais cette fois, Steven en a marre de cette image qui lui colle à la peau. Fini les...

Par

le 23 mars 2014

56 j'aime

8

La Liste de Schindler
Fatpooper
3

"I like to make lists... that's why Steven chose me to do it" - Liam Neeson dans Life's too short.

En revoyant Shindler's list 11 ans après ma découverte à la télé, je comprends mieux le discours de Terry Gilliam autour du film: Spielberg semble passer outre l'horreur qu'était vraiment...

le 23 janv. 2012

45 j'aime

67

Du même critique

Black Mirror : Blanc comme neige
Scorcm83
9

Critique de Black Mirror : Blanc comme neige par Audric Milesi

Cet épisode spécial White Christmas est un cas d'école. Il met en exergue l'importance du comédien au sein d'une oeuvre audiovisuelle. J'en fais peut-être trop, mais en cours de visionnage, c'est ce...

le 20 nov. 2016

8 j'aime

1

L'Anatomie du scénario
Scorcm83
8

Critique de L'Anatomie du scénario par Audric Milesi

Autant je reprocherai à ce livre son aspect dogmatique et le côté très "donneur de leçons" de John Truby, autant je ne peux que constater son utilité pour un jeune auteur qui souhaite...

le 28 nov. 2017

7 j'aime

4

The Neon Demon
Scorcm83
7

Mi-Drive, Mi-OGF, un nouveau style ?

The Neon Demon est un film que j'attendais particulièrement, étant fan du travail du réalisateur danois depuis ses débuts et extrêmement intéressé par le scénario, autant dire que mes attentes...

le 21 mai 2016

7 j'aime