"I like to make lists... that's why Steven chose me to do it" - Liam Neeson dans Life's too short.

En revoyant Shindler's list 11 ans après ma découverte à la télé, je comprends mieux le discours de Terry Gilliam autour du film: Spielberg semble passer outre l'horreur qu'était vraiment l'holocaust. Certes on y trouve des morts crapuleuses, mais par une mise en scène maladroite et un scénario mal construit, le réalisateur de E.T. a surtout réussi à banaliser le drame.

Pour ce film sérieux, Steven choisit de lorgner vers le style 'film d'auteur', avec un montage un peu moins classique de prime abord, un noir et blanc (qui en plus est censé mettre en valeur l'horreur) et des plans de fumée. C'est bien beau tout ça, sauf que Spielberg ne sait pas utiliser de tels procédés avec justesse, et tombe juste dans la caricature du film indépendant-sérieux-qui-parle-d'un-truc-grave. D'ailleurs quelqu'un pourra t il m'expliquer l'intérêt de montrer le manteau rouge et la couleur de la flamme des bougies? Aucun. Pour la petite fille on pourrait justifier en disant que ça permet de la reconnaître plus tard... mais il y avait d'autres moyens moins 'cool' pour raconter ça. Pour la flamme, par contre, rien ne me vient en tête.

Outre cette mise en scène un peu trop tape à l'oeil pour un tel sujet, le scénario est relativement faible. Il ne se passe pas grand chose. C'est un film. Pas la réalité. Le spectateur a besoin de conflits pour réellement s'investir. Prendre le parti d'un allemand dans de telles circonstances est assez couillu, sauf que le personnage central ne connaît pas vraiment d'obstacle durant les deux premières heures du film. Il essaie de monter son business. Quant aux juifs... Steven se contente d'insérer de temps en temps quelques mises à mort crapuleuses... Finalement c'est même pire qu'un film d'horreur où justement il y a un contexte qui justifie toute cette violence. Ici, les cervelles qui éclatent semblent gratuites; l'auteur semble plus miser sur le misérabilisme qu'un véritable désir de raconter quelque chose avec des personnages. Il sait qu'en rappelant de temps en temps qu'Aushwitz n'était pas le club Med , il arrivera à se mettre les plus sensibles dans la poche: 'ho oui, des juifs sont morts, c'est atroce, c'est un beau film'.

Mais en analysant la caméra, on se rend compte que ça ne raconte rien de tout ça en fait. Puisqu'on est du côté des allemands, et que les remords arrivent tardivement, on a juste l'impression... de s'amuser avec les méchants! Comme dans un jeu vidéo. Les enfants seront plus honnêtes que les adultes sur la façon d'aborder le film: je me souviens quand j'étais à l'école, tous les gosses parlaient du film le lendemain de sa diffsion, et riaient de la scène du sniper entre autres... Et en le revoyant ce soir... je me suis dit, merde mais c'est vrai que c'est drôle. J'ai souvent ri là où la bienséance indiquerait de pleurer.

Quand, enfin, le héros trouve des remords, il est trop tard. Il ne reste qu'un heure de film. Puis le peu de conflit qu'il y a est bien vite résolu. On ne comprend pas vraiment comment Schindler arrive à vraiment convaincre l'état qu'il aura besoin de tous ces juifs. Ca s'est peut être passé aussi facilement en vrai, mais pour un film, il aurait fallu que quelqu'un s'oppose à cette mascarade plus farouchement! Ralph Fiennes qui accepte d'aider Liam Neeson est incohérent. On sent son personnage troublé et une quête de rédemption n'étonne pas.. mais pas aussi facilement. Ca détruit l'essence de ce fou. Quant au second allemand, il n'aura suffit que quelques diamants sortis d'on ne sait où pour acheter son silence et ses idéaux. Le pire reste cette scène finale où l'on est censé fondre en larme parce que Liam Neeson se met à pleurer... et que les 4000 juifs veulent lui faire un calin! On est pas dans Amélie Poulain, sacrebleu.

Question acteur, Ralph Fiennes est celui qui se démarque réellement. Il arrive à rendre son personnage ambigu au delà des dialogues. Liam Neeson, finalement, démontre qu'il n'a pas spécialement de talents , et la suite de sa carrière ne me surprend plus. Concernant le jeu d'acteur, et là ce n'est pas la faute à Liam mais plutôt à Spielberg et ses scénaristes, j'avais l'impression par moment que si Will Ferrell avait interprété Schindler sans rien changer des dialogues...ça n'aurait pas été différent des productions McKay qui sont toujours bien acides.

Bref, la liste de Schindler est un film pénible à regarder, mal fichu, qui donne l'impression que Spielberg n'a rien compris de son sujet ("ha merde c'était les juifs les gentils... bon ben le film fera 3heures au lieu de 2 pour moi rectifier le tir").
Fatpooper
3
Écrit par

Créée

le 23 janv. 2012

Critique lue 4.3K fois

45 j'aime

67 commentaires

Fatpooper

Écrit par

Critique lue 4.3K fois

45
67

D'autres avis sur La Liste de Schindler

La Liste de Schindler
MatthieuS
10

Une œuvre à Oskar

Ce film multi-oscarisé traite de l’œuvre d’Oskar, homme contrasté qui finit par sauver la vie de plusieurs centaines de juifs de la solution finale échafaudée par la sauvagerie nazie. Et c’est le...

le 23 mars 2018

65 j'aime

22

La Liste de Schindler
Norn
5

Steven recherche Osk(c)ar(s)

Steven(*) est gentil. Très gentil. Tout le monde le sait, alors quand il fait un film, le film est gentil aussi. Mais cette fois, Steven en a marre de cette image qui lui colle à la peau. Fini les...

Par

le 23 mars 2014

56 j'aime

8

La Liste de Schindler
Fatpooper
3

"I like to make lists... that's why Steven chose me to do it" - Liam Neeson dans Life's too short.

En revoyant Shindler's list 11 ans après ma découverte à la télé, je comprends mieux le discours de Terry Gilliam autour du film: Spielberg semble passer outre l'horreur qu'était vraiment...

le 23 janv. 2012

45 j'aime

67

Du même critique

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

le 3 janv. 2016

122 j'aime

35

Strip-Tease
Fatpooper
10

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

le 22 févr. 2014

116 j'aime

45

Taxi Driver
Fatpooper
5

Critique de Taxi Driver par Fatpooper

La première fois que j'ai vu ce film, j'avais 17ans et je n'avais pas accroché. C'était trop lent et surtout j'étais déçu que le mowhak de Travis n'apparaisse que 10 mn avant la fin. J'avoue...

le 16 janv. 2011

103 j'aime

55