Il m'a toujours fallu du temps pour me renseigner sérieusement sur la Shoah. Je suis agrégé d'Histoire mais il m'a fallu une quinzaine d'années après mon bac pour me résoudre à lire du Primo Levi. La Liste de Schindler, à sa sortie j'étais tombé dessus sur Canal Plus et j'avais été scotché, mais j'avais fait le choix de ne pas aller au bout, car je ne me sentais pas prêt. J'ai lu les critiques, je connais les défauts du film sans l'avoir vu.


Nous sommes en 2021, les discours d'extrême-droite se banalisent comme jamais et je dois préparer un cours sur les mémoires de la Shoah pour la spécialité HGGSP. J'ai décidé qu'il était temps de voir ce film, avec mon regard de maintenant.


Il y a un côté madeleine de Proust. Je me suis revu voir certains extraits, ceux du premier tiers, jusqu'au nettoyage du ghetto de Cracovie, et la scène où Ghoett fait le sniper, qui m'est profondément restée.


Avec mon regard plus affuté, je mesure à quel point la photographie du film est exceptionnelle, avec notamment ces profondeurs de champ incroyable au bout desquelles la figure de Schindler se détache pour qu'on puisse se projeter dans cet individu confronté à un choix difficile. Ou ces images du ghetto qui rappellent beaucoup celles des photographies d'époque. Je mesure à quel point les cadrages et le minutage des plans est incroyable de précision et d'inventivité au service de l'émotion. Le travail sur la lumière aussi est sublime.


Et à l'époque, je trouvais cette perfection formelle assez froide. C'est pourtant l'exact inverse : ce film est sans doute un de ceux dans lequel Spielberg, tout en s'effaçant derrière la recherche formelle, est le plus émotionnellement investi. Comme si, en voulant rendre hommage à son peuple massacré, il se posait comme exigence de porter son art jusqu'à l'incandescence.


Les dialogues et le scénario ne sont pas en reste. Car le film n'est pas bavard, et montre beaucoup avec peu. Dans une scène simple comme celle où Schindler rappelle au rabbin que c'est vendredi soir, qu'il devrait préparer shabbat, on comprend qu'il essaie de rendre à ce dernier son humanité, et l'on mesure, au regard ahuri de ce dernier, à quel point la "zone grise" des camps a ôté à tous ces individus toute identité, les rabaissant au stade le plus bas du désir de survie, les amenant quasiment au stéréotype raciste auquel Mein Kampf les assimilait. Idem, quand Schindler et Stern parlent par allusion des chambres à gaz et que l'Allemand, agacé, jète un "Nous faut-il un nouveau langage pour parler ?". Ou comment résumer en peu de mots la folie totalitaire et ce qu'elle fait aux hommes. C'est entier et ça sonne juste.


On ne peut pas reprocher au film de faire dans le bon sentiment : la scène d'euthanasie m'avait beaucoup frappé, et celle de Goett faisant le sniper aussi. Et le film comporte beaucoup de séquences comme celles-ci, gravées dans le marbre. Le duo que forment Schindler et Goett est très réussi.


Bien sûr, l'épilogue assez larmoyant est là pour rappeler que Spielberg rate en général ses fins de film en voulant leur donner un aspect trop larmoyant et pédagogique.


Mais cela n'efface pas toutes les qualités du film en amont, pour montrer et dénoncer la barbarie génocidaire, et ce qu'elle fait aux uns et aux autres.


Je ne peux pas dire qu'il s'agit de mon Spielberg préféré, mais c'est un grand film, résolument à part.

zardoz6704
8
Écrit par

Créée

le 11 janv. 2022

Critique lue 79 fois

2 j'aime

zardoz6704

Écrit par

Critique lue 79 fois

2

D'autres avis sur La Liste de Schindler

La Liste de Schindler
MatthieuS
10

Une œuvre à Oskar

Ce film multi-oscarisé traite de l’œuvre d’Oskar, homme contrasté qui finit par sauver la vie de plusieurs centaines de juifs de la solution finale échafaudée par la sauvagerie nazie. Et c’est le...

le 23 mars 2018

65 j'aime

22

La Liste de Schindler
Norn
5

Steven recherche Osk(c)ar(s)

Steven(*) est gentil. Très gentil. Tout le monde le sait, alors quand il fait un film, le film est gentil aussi. Mais cette fois, Steven en a marre de cette image qui lui colle à la peau. Fini les...

Par

le 23 mars 2014

56 j'aime

8

La Liste de Schindler
Fatpooper
3

"I like to make lists... that's why Steven chose me to do it" - Liam Neeson dans Life's too short.

En revoyant Shindler's list 11 ans après ma découverte à la télé, je comprends mieux le discours de Terry Gilliam autour du film: Spielberg semble passer outre l'horreur qu'était vraiment...

le 23 janv. 2012

45 j'aime

67

Du même critique

Orange mécanique
zardoz6704
5

Tout ou rien...

C'est ce genre de film, comme "La dernière tentation du Christ" de Scorsese", qui vous fait sentir comme un rat de laboratoire. C'est fait pour vous faire réagir, et oui, vous réagissez au quart de...

le 6 sept. 2013

56 j'aime

10

Crossed
zardoz6704
5

Fatigant...

"Crossed" est une chronique péchue, au montage saccadé, dans laquelle Karim Debbache, un vidéaste professionnel et sympa, parle à toute vitesse de films qui ont trait au jeu vidéo. Cette chronique a...

le 4 mai 2014

42 j'aime

60

Black Hole : Intégrale
zardoz6704
5

C'est beau, c'est très pensé, mais...

Milieu des années 1970 dans la banlieue de Seattle. Un mal qui se transmet par les relations sexuelles gagne les jeunes, mais c'est un sujet tabou. Il fait naître des difformités diverses et...

le 24 nov. 2013

40 j'aime

6