Héloïse Pelloquet réalise ici son premier long métrage, dans le quasi prolongement de ses 3 court métrages précédents, avec l'Océan comme toile de fond, et dont l'héroïne Imane Laurence joue ici un fort beau second rôle !

Situé sur l'île de Noirmoutier, dans le milieu des marins pécheurs, la Passagère met en scène Chiara, femme accomplie de 45 ans, jouée par une Cécile de France rayonnante et au sommet de son art, et Maxence, un jeune apprenti de milieu bourgeois, interprété par un Félix Lefebvre touchant et sensible, un jeune acteur talentueux déjà vu notamment dans Eté 85.

Pour autant improbable qu'elle soit, la passion irrésistible qui embrase ces deux personnages que tout oppose est traitée avec finesse et subtilité dans leurs échanges, leurs regards et même leurs corps à corps frénétiques... Et si on devine qu'elle est condamnée d'avance, on a envie de croire à cette histoire, surtout que leur grande différence d'âge, dans un sens plutôt inhabituel, apporte un côté très tendre, non dénué d'une certaine naïveté...

La réalisatrice nous présente très bien Chiara, belle femme façonnée par la mer, aux côtés de son marin pêcheur de mari et s'aimant depuis près de 20 ans, mais en fait une déracinée, d'origine belgo-italienne, arrivée quasiment par hasard sur cette île.... Ainsi, semblant être intégrée dans ce rude milieu marin, rythmé par les caprices de la mer et les crises économiques de la pêche européenne, Chiara vit-elle de manière trop routinière, et depuis trop longtemps, au milieu des casiers à poisson, sur l'eau et à terre... Sa soif naturelle de liberté ainsi que son attitude irrévérentieuse l'attirent comme un aimant vers Maxence même si elle feint de s'en défendre.

Tant que le film choisit la liberté au détriment de la morale, il est excellent...

Dès lors que la morale s'en mêle, ou tente de le faire, il est malheureusement bâclé en 20', tant la réalisatrice ne semble pas s'y être intéressé... Dommage car il y avait tout le temps de le faire et de nous offrir une fin plus achevée, en travaillant notamment la relation avec son mari, hélas quasi inexistante dans le film...

Autour des 4 acteurs principaux (deux à vrai dire donc), on notera la présence de beaux personnages Noirmoutrins, très crédibles, et qui installent parfaitement l'ambiance océane du fim...

Il reste de ce film un rêve inachevé, mais une telle passion le vaut bien, les émotions Passagères de Chiara et Maxence étant au rendez-vous de notre plaisir...

Créée

le 30 déc. 2022

Critique lue 1.7K fois

5 j'aime

5 commentaires

Azur-Uno

Écrit par

Critique lue 1.7K fois

5
5

D'autres avis sur La Passagère

La Passagère
Raphmus
8

La tempête emporte tout

« La passagère » franchement quelle claque ! Et même si ce film a pas mal de défauts (j’y reviendrais plus tard) bah j’étais complètement plongé dedans et l’histoire de cette femme de 45 ans qui...

le 30 déc. 2022

4 j'aime

La Passagère
Swindgen
7

Critique de La Passagère par Swindgen

Pas mal, ce titre Le cinéma d'auteur se porte mal. L'autre jour, le cinéaste Benoit jacquot constatait sur le sujet en interview que les spectateurs ne voulaient plus voir de films d'auteurs. Selon...

le 15 janv. 2023

2 j'aime

La Passagère
ISSIDOR-DUCASSE
7

du vrais que c'est beau

C'est beau le vrais, c'est touchant aussi, c'est scincère, c'est dure mais vrais. C'est sans idée, se n'ai que de passage. on le voi de nos yeux on le touche de nos mains, mais il s'echappe comme le...

le 4 janv. 2023

2 j'aime

Du même critique

Pas de vagues
Azur-Uno
7

La société aux trousses

Professeur de lettres, acteur et réalisateur, Teddy Lussi-Modeste nous offre avec ce film son troisième long-métrage, issu d'une fait réel qui lui est arrivé en 2020 : alors qu'il enseignait en...

le 31 mars 2024

22 j'aime

12

Boléro
Azur-Uno
7

Jamais 15' sans que ne soit joué le Boléro de Ravel dans le monde

Cette phrase, que l'on découvre dans le générique de fin, montre l'ambition que Anne Fontaine s'est fixée dans ce film, à savoir exposer la genèse particulièrement difficile de cette œuvre majeure,...

le 9 mars 2024

19 j'aime

15

Frères
Azur-Uno
8

Jamais deux sans toi

Avec ce film bouleversant et intimiste, Olivier Casas nous livre l'adaptation d'une histoire vraie, vécue par les frères Michel et Patrice de Robert, Mic et Pat, que l'on découvre dans un pensionnat,...

le 28 avr. 2024

18 j'aime

4