La Source des Femmes mélange joie et tristesse et véhicule ainsi un vrai message d'amour.

Ce n'est ni un film historique, ni une fiction mais un fait toujours actuel dans certains villages du Maghreb ou du Moyen-Orient. Les femmes cherchent l'eau à la source dans les hauteurs en prenant beaucoup de risques pendant que les hommes... attendent. C'est une tradition, c'est sacré. Or, après une nouvelle mort in utero d'un bébé dont la mère chute alors qu'elle gravissait la montagne, Leila (Leïla Bekhti) propose une grève du sexe pour tenter de faire évoluer les coutumes. Les femmes ne feront plus l'amour tant que les hommes ne chercheront pas eux-mêmes l'eau, ce que les hommes refusent de faire. Une véritable guerre s'installe alors dans le village, touchant même les villages aux alentours.

Ainsi, ce film raconte le combat mené par ces femmes voulant changer les habitudes, et ramener plus d'amour dans le village. Dans ce conflit, les femmes doivent faire face aux menaces de répudiation de la part de leurs maris mais aussi aux coups, voire aux viols. Avec détermination, elles vont se mobiliser pour faire reconnaître leur cause.

Avec de l'humour, et des chants, La Source des Femmes mélange joie et tristesse, et véhicule ainsi un vrai message d'amour. Les personnages féminins sont drôles et obsédés par le sexe. Le réalisateur Radu Mihaileanu raconte qu'il était lui-même surpris de voir des femmes en burqa parler si souvent de sexe.

Le film, en arabe sous-titré en français, amène une musicalité différente des films actuels. Il est ponctué de nombreuses chansons, utilisées par les femmes pour faire passer leurs messages auprès des hommes. Certains hommes se joignent à la cause des femmes qui retrouve alors un nouveau souffle.

Les actrices (Leïla Bekhti, Hafsia Herzi, Biyouna, Sabrina Ouazani) sont magnifiques, et apportent de la fraicheur au film et aux personnages qu'elles interprètent. Leur complicité est perceptible et leur donne une véritable crédibilité.

Le réalisateur ne situe pas l'action du film dans un lieu précis. Ce mystère a pour objectif de donner une universalité au film. Ce sont non seulement des villages, mais aussi des grandes villes qui pourraient se sentir concernés par ces messages d'amour et d'entraide, thèmes souvent délaissés. Radu Mihaileanu soutient que « c'est un film pour la beauté de la femme et pour la beauté de l'amour, mais un amour qui puisse s'affirmer librement ».
LeBlogDuCinéma
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

Le 29 octobre 2011

10 j'aime

2 commentaires

La Source des femmes
LeBlogDuCinéma
8

La Source des Femmes mélange joie et tristesse et véhicule ainsi un vrai message d'amour.

Ce n'est ni un film historique, ni une fiction mais un fait toujours actuel dans certains villages du Maghreb ou du Moyen-Orient. Les femmes cherchent l'eau à la source dans les hauteurs en prenant...

Lire la critique

il y a 11 ans

10 j'aime

2

La Source des femmes
Buissonad
4

Un oasis dans un verre d'eau

Après lecture du pitch de "La source des femmes", on se dit que Radu Mihaileanu va signer une gentille et sympathique fable féministe. Et on ne peut s'empêcher de rapporter à l'actualité et au...

Lire la critique

il y a 11 ans

10 j'aime

La Source des femmes
Moizi
1

Le tuyau, 10 euros chez Casto...

Allez, parce que je suis bon prince je règle le problème en trente secondes, les femmes veulent de l'eau plus près pour éviter de perdre leur enfant en couche (WTF, déjà le pitch de base est...

Lire la critique

il y a 7 ans

7 j'aime

11

Buried
LeBlogDuCinéma
10
Buried

Critique de Buried par Le Blog Du Cinéma

Question : quels sont les points communs entre Cube, Saw, Devil, Frozen et Exam ? Ce sont tous des films à petit budget, dont le titre tient en un seul mot, et qui tournent autour du même concept :...

Lire la critique

il y a 12 ans

42 j'aime

4

The Big Short - Le Casse du siècle
LeBlogDuCinéma
7

Critique de The Big Short - Le Casse du siècle par Le Blog Du Cinéma

En voyant arriver THE BIG SHORT, bien décidé à raconter les origines de la crise financière de la fin des années 2000, en mettant en avant les magouilles des banques et des traders, on repense...

Lire la critique

il y a 6 ans

40 j'aime

Comme des bêtes
LeBlogDuCinéma
5

Un syndrome Scrat d'1h27...

Avant tout, les conditions de visionnage doivent être précisées: nous avons vu COMME DES BÊTES dans une salle pleine à craquer d’enfants de 5 à 10 ans, qui ont du absolument adorer le film à en juger...

Lire la critique

il y a 6 ans

33 j'aime