Un véritable joyau du point de vue visuel !

Laurin est un film qui n’est jamais sorti en France et qui a été complètement occulté dans son pays d’origine, l’Allemagne de l’Ouest, où il n’est resté que deux semaines à l’affiche. C’était une époque où le cinéma de genre n’avait pas très bonne presse. Le film est déjà une curiosité car il a été tourné en Hongrie avec des acteurs locaux jouant en anglais. L’éditeur Le chat qui fume nous permet de le découvrir dans un master absolument splendide et avec une série de bonus passionnants. Et le film se révèle être un véritable joyau du point de vue visuel avec une photo de Nyika Jancsó, fils du célèbre cinéaste Miklós Jancsó, absolument splendide. La plupart des scènes du film sont comme des tableaux magnifiquement éclairés et cadrés qui font penser à la peinture romantique allemande et anglaise, ainsi qu’à d’autres peintres, notamment Rembrandt. Plusieurs scènes font aussi penser à Dario Argento et à Mario Bava bien que le réalisateur dise n’avoir découvert leurs films qu’après la réalisation du sien, et avoir été surtout influencé par Le bal des vampires de Roman Polanski, tout au moins au niveau des couleurs car les deux films n’ont vraiment que peu de rapport. Passionnant donc visuellement, le film n’en est pas moins intéressant sur le fond qui mêle le conte gothique, le Giallo, le conte de fées, et la psychanalyse. C’est un film sur l’enfance avec une héroïne qui observe le monde et découvre, derrière des apparences bien respectables (l’instituteur, le révérend), la présence du mal. L’instituteur peut ainsi apparaître comme le double maléfique d’un père continuellement absent, et il n’est pas anodin que lors de la scène de l’arrivée du bateau, elle le confonde avec lui. Dóra Szinetár, la jeune comédienne qui interprète le rôle de Laurin, est absolument fabuleuse (et Dieu sait que je n’aime pas beaucoup les enfants au cinéma) et porte en grande partie le film sur ses épaules. Laurin peut dérouter, voire parfois ennuyer un peu, car il s’apparente à un enchaînement de rêves, mais sa profondeur et sa beauté emportent largement le morceau

Jean-Mariage
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

Le 11 mai 2021

5 j'aime

Laurin
freddyK
7
Laurin

L'Heure Des Contes

Laurin est un film allemand de 1988 qui a tout de l’œuvre maudite pour son réalisateur Robert Sigl qui a 27 ans signait son premier et jusqu'ici seul long métrage pour le cinéma. Four commercial,...

il y a 7 mois

3 j'aime

1

Détective
Jean-Mariage
8
Détective

Godard, en mode minimum syndical, reste Godard !

Il s'agit d'une commande, d'un film de producteur qui a du se dire : polar + stars + Godard va rimer avec dollars. De ce fait, Godard qui a accepter pour renflouer la production de son "Je vous salue...

il y a 6 ans

7 j'aime

La Prison
Jean-Mariage
8
La Prison

Premier "vrai" Bergman et petit chef-d'oeuvre.

La prison est le sixième film réalisé par Bergman, alors quasiment inconnu, mais on peut considérer qu’il s’agit du premier « vrai » Bergman, puisque les cinq films précédents étaient des films de...

il y a 3 ans

6 j'aime

2

Laurin
Jean-Mariage
8
Laurin

Un véritable joyau du point de vue visuel !

Laurin est un film qui n’est jamais sorti en France et qui a été complètement occulté dans son pays d’origine, l’Allemagne de l’Ouest, où il n’est resté que deux semaines à l’affiche. C’était une...

il y a plus d’un an

5 j'aime