On pouvait s’étonner de l’absence de Dupieux à Cannes l’an dernier, dans la mesure où il avait deux films déjà prêts – et sortis depuis, en aout (Yannick) et février (Daaaaaali), avec le succès que l’on connait. Pas de quoi décourager le prolifique trublion, qui sort donc son troisième long métrage en dix mois, et s’offre une promotion pour la convoitée ouverture hors compétition du Festival.


Le Deuxième Acte avait déjà le mérite d’offrir une bande-annonce méta assez délicieuse, renouant avec cette tradition un peu perdue (on pense notamment à ce que proposait Chatiliez en son temps) d’un spot ne se contentant pas d’extraits du film. On y voit le casting se battre pour tenir le haut de l’affiche, clin d’œil malin à la tendance actuelle qui voit tout le cinéma français se précipiter pour tourner avec un réalisateur détendu, offrant des tournages courts et redoutablement efficaces. Autour de la figure de Raphaël Quenard, largement associé à Dupieux depuis trois films, Louis Garrel, Léa Seydoux et Vincent Lindon font donc leur entrée, pour un petit jeu de massacre où ils n’hésiteront pas à égratigner leur image publique, le premier exagérant le politiquement correct, la seconde en actrice capricieuse et ratée, et le dernier en vieille star à l’égo surdimensionné.


Les jeux de ruptures – les comédiens interrompent régulièrement leur scène pour jouer le rôle de ceux qui la jouent et entrent en conflit - convoquent beaucoup les transgressions qu’affectionnait Blier dans certains de ses films, mais sont évidemment familières de Dupieux, de Non Film aux interludes de Rubber, en passant par Réalité, les récits encadrés de Fumer fait tousser ou le tournage du documentaire de Daaaaaali. L’alchimie fonctionne parfaitement, et c’est de l’écart entre le film en abyme et le naturel ingérable des comédiens que surgit l’authenticité des échanges, oubliant très rapidement le pitch initial. L’occasion pour Dupieux d’aborder les tensions actuellement à l’œuvre dans l’écriture, bannissant la spontanéité dénuée de finesse et les élans mal gérés. S’il brocarde la cancel culture et fait un état des lieux relativement inquiet sur ses excès avec un catalogue assez savoureusement provocateur de tous les sujets « problématiques » du moment, il évite toutes les facilités du « on ne peut plus rien dire » en ne prenant jamais le parti de ceux qui se lâchent sans une once de finesse sur les sujets en question.


L’absurde cher à Dupieux tarde plus que de coutume à faire son entrée, et rejoint en cela Yannick, dans la mesure où il prend son temps pour filmer l’individu : en situation de jeu dans une fiction de piètre qualité, puis dans ses interactions sociales – ou bien souvent, la veulerie supplante le reste. Le traitement tragico-burlesque de la figure du figurant en atteste : jouer la comédie est un métier cruel, pour soi d’abord, puis, une fois cette étape passée, pour les autres.

La révélation sur l’IA à l’origine du projet apporte quelques évolutions facétieuses, mais reste finalement anecdotique.

Elle n’est que le prélude à un épilogue en miroir des très longs plans-séquences initiaux, où les masques tombent, et une certaine forme de tendresse surgit, notamment dans le beau duo formé par Quenard et Lindon. Si les élucubrations sur les frontières poreuses entre réalité et fictions achoppent, c’est qu’elles ne concernent que l’emballage et la forme assez brillamment menée par Dupieux, qui semble ici davantage intéressé par les mystères fragiles du cœur humain.

Créée

le 15 mai 2024

Critique lue 7K fois

85 j'aime

6 commentaires

Sergent_Pepper

Écrit par

Critique lue 7K fois

85
6

D'autres avis sur Le Deuxième Acte

Le Deuxième Acte
Plume231
7

Retour à la réalité !

Celles et ceux qui sont des fans du cinéma du tourneur en série, Quentin Dupieux, savent que le réalisateur et la mise en abyme... ben, ça fait un. Et le spectacle dans le spectacle (ici, le film...

le 15 mai 2024

72 j'aime

Le Deuxième Acte
Notchka
2

Quentin Boomer

Rohlala, le film qui te gueule dessus "il y a un bon gros boomer décomplexé à ma barre" à chaque séquence. D'abord, ce sont les personnes homosexuelles, bisexuelles, puis handicapées qui prennent,...

le 14 mai 2024

48 j'aime

32

Le Deuxième Acte
AdrienDouay
2

Boomer land.

Pour un film d’ouverture du festival de Cannes, certains dialogues sont un peu aberrants. Blagues sur fond de metoo, homo/bisexualité, on pourrait penser que c’est une satyre, je ne pense pas. Bon...

le 14 mai 2024

24 j'aime

2

Du même critique

Lucy
Sergent_Pepper
1

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

le 6 déc. 2014

769 j'aime

104

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

le 14 août 2019

706 j'aime

54

Her
Sergent_Pepper
8

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

le 30 mars 2014

616 j'aime

53