Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Faire l'ouverture de l'un des plus prestigieux festival du monde ce n'est pas rien. Nul doute que la nouvelle folie de Quentin Dupieux en a dérouté et en déroutera plus d'un. Les commentaires à la sortie de la salle me laissent à penser que sans connaître ce réalisateur et son oeuvre, on risque d'être décontenancé. Et pourtant, comme toujours avec ce réalisateur original, différent mais qui ne cherche jamais (il me semble) à tomber dans la provocation facile, il faudrait (comme ce fut mon cas) ne RIEN savoir de ce que l'on va voir. Pour le peu que j'en ai lu, les encartés se chargent déjà d'en dire trop et d'éventer la surprise. C'est dommage et j'espère ne pas en faire de même. Sinon, ne lisez pas et revenez ensuite.

Je sais, en démarrant un film de Dupieux que je vais me faire balader voire malmener et c'est en partie ce qui m'attire. La bande-annonce est d'une folle originalité et donne un très léger aperçu de ce que sera la suite. Mais je préfère m'en tenir au synopsis officiel qui ne révèle rien :

"Florence veut présenter David, l’homme dont elle est follement amoureuse, à son père Guillaume. Mais David n’est pas attiré par Florence et souhaite s’en débarrasser en la jetant dans les bras de son ami Willy. Les quatre personnages se retrouvent dans un restaurant au milieu de nulle part".

Pour le reste sachez que le réalisateur déclare une fois de plus son amour du cinéma et surtout des acteurs. Il leur met en bouche des situations et des dialogues concoctés pour devenir cultes. Il se sert de la personnalité et de ce que nous connaissons ou croyons connaître de son quatuor d'acteurs complètement dévoué au projet pour les faire parler et nous faire tomber dans l'abîme d'un abîme et nous faire rire, parfois aux éclats, nous surprendre, nous laisser en apnée devant la force des joutes verbales et conclure brillamment son histoire parfois vertigineuse tant il brouille les pistes. La "chute" est parfois la petite faiblesse des films de Dupieux , ils semblent ne pas finir. Ici, c'est talentueusement conclus.

Et en nous baladant constamment entre vérité et fiction, entre le jeu d'un acteur et la réalité il glisse également en toute discrétion parfois les préoccupations actuelles concernant l'ère #metoo, le mépris des acteurs stars face aux "petites mains" du cinéma, les dangers de l'intelligence artificielle, le racisme, l'homophobie, l'antisémitisme. En parler ? Ne pas en parler ? Dire les mots ou pas ? Rien ne va plus, jamais. L'hypocrisie est partout.

Les quatre acteurs, et le quatrième inconnu Manuel Guillot, sont également exemplaires et TRES drôles. Les dialogues sont très vivants voire très vifs. C'est très drôle aussi. Oui je l'ai déjà dit. Je ne peux vous livrer la réplique dont je ne me remets pas mais voir Vincent Lindon sans moustache pour le tournage, s'en coller une pour la vraie vie donne une idée de la folie douce qui traverse la tête du réalisateur. Et les longs travellings forçant les personnages à échanger leurs répliques en marchant à vive allure me paraît être une véritable performance. Aucun ne tire la couverture, chacun apporte son aisance, sa personnalité, son professionnalisme et c'est admirable.

Du cinéma purement, simplement, joyeusement jubilatoire. J'en redemande ENCORE !

Créée

le 15 mai 2024

Critique lue 1.6K fois

10 j'aime

Critique lue 1.6K fois

10

D'autres avis sur Le Deuxième Acte

Le Deuxième Acte
Plume231
7

Retour à la réalité !

Celles et ceux qui sont des fans du cinéma du tourneur en série, Quentin Dupieux, savent que le réalisateur et la mise en abyme... ben, ça fait un. Et le spectacle dans le spectacle (ici, le film...

le 15 mai 2024

45 j'aime

Le Deuxième Acte
Notchka
2

Quentin Boomer

Rohlala, le film qui te gueule dessus "il y a un bon gros boomer décomplexé à ma barre" à chaque séquence. D'abord, ce sont les personnes homosexuelles, bisexuelles, puis handicapées qui prennent,...

le 14 mai 2024

33 j'aime

30

Le Deuxième Acte
Heurt
7

Le dîner de pas trop cons

Rien, zéro, nib, que dalle ! Cette bande-annonce ne dévoile absolument rien sur le contenu de ce deuxième acte. Enfin, si, elle mentionne que tous les acteurs considèrent leur personnage comme la...

le 15 mai 2024

16 j'aime

Du même critique

Inchallah un fils
SurLaRouteDuCinma
7

Critique de Inchallah un fils par SurLaRouteDuCinma

Nawal et son mari ont une fille et essaient d'avoir un deuxième enfant. Bien que jeune, le mari de Nawal meurt dans son sommeil. Cela se passe à Amman de nos jours en Jordanie.Le temps des...

le 15 oct. 2023

13 j'aime

1

Fifi
SurLaRouteDuCinma
9

J'ai l'honneur de ne pas te demander... ta main

C'est l'été à Nancy et Sophie, dite Fifi, sait qu'elle ne quittera pas son HLM et sa famille bruyante.Dans une situation précaire la famille se compose de la mère, de trois grandes filles issues...

le 29 avr. 2023

13 j'aime

Jusqu’au bout du monde
SurLaRouteDuCinma
8

THE DEAD DON'T HURT

Vivienne Le Coudy d'origine canadienne et Hoger Olsen un immigré danois se rencontrent sur le port de San Francisco. Immédiatement ils se plaisent et Vivienne part vivre dans la cabane au milieu de...

le 1 mai 2024

12 j'aime