⚠️ Une maintenance est prévue le Mercredi 26 juin à 8h00 pour une durée d'environ 2h. Le site sera inacessible pendant cette période.

悪は存在しない est une ode silencieuse à la nature, un lent poème bercé par une douce musique mêlant en sourdine les cordes d'un violon et celles d'un piano. Une mélodie de la vie sauvage qu'accompagnent les yeux d'Hana perdus dans l'immensité blanche d'un ciel d'hiver à peine troublée par les lents battements d'aile d'un busard planant au dessus d'une nature à la grâce éternelle découvrant un cerf à l'arrêt dont les narines exhalent un souffle régulier.


Parfois, une déflagration rompt brutalement ce fragile équilibre, l'homme au loin chasse les animaux, mais cela ne concerne pas Mizubiki, village niché au cœur d'une vaste forêt, adossée à une colline où coulent les jours paisibles d'Hana, de Takumi, son père et de toute une communauté soudée, besogneuse mais heureuse, dont les heures sont rythmées par le respect des cycles de la nature. C'est une tout autre menace qui trouble le village, plus lointaine encore, venant de Tokyo matérialisée par un homme et une femme venus présenter un projet de "camping glamour" destiné aux riches Tokyoïtes et dont l'implantation menace de polluer les sources alentours.


Après une première demi-heure de flânerie, "Le mal n'existe pas" marque une première rupture de ton. Le silence, la douceur idyllique de la première partie fait place à la parole, abondante, explicative de la part des deux émissaires dépêchés par la compagnie, puis vindicative des habitants du village inquiets. Et c'est avec surprise que "l'on repart" avec les deux citadins, Takahashi et Mayuzumi, le récit adoptant désormais le point de vue de ces derniers, manipulés par leur "employeur", mais portés par le ravissement éprouvé par ce qui leur semble une petit bout d'Eden à l'opposé de leur cité frénétique, et vers lequel ils reviendront bientôt avec l'envie de s'y établir.


Mais l'équilibre initial, l'aura quasi mystique qui nimbait les premiers pas de la composition est irrémédiablement rompu et c'est une toute autre dramaturgie, fascinante mais terrible qui habitera désormais ce voyage naturaliste, le guidant sur un chemin lyrique, ésotérique, violent et brumeux. La poésie visuelle, la métaphore mais également la complexité s'invitent à nouveau dans cette fable dont la morale semble échapper à toute compréhension logique, mais dont la structure insaisissable s'explique par la construction du projet initial : Hamagushi ayant été approché par la compositrice multi-instrumentiste Eiko Ishibashi , pour mettre en image sa récente composition musicale en vue d'un concert.

"Il est certain que le fait que cette musique n'offre pas de résolution évidente m'a influencé dans l'écriture, je me suis laissé imprégner par cette musique et j'ai écrit une histoire qui correspondait avec des changements de tons soudains par exemple"


La collaboration entre le réalisateur et celle qui composât la musique "Drive my car" est donc à l'origine de deux productions, une mise en image muette pour le projet initial "The Gift" puis, à partir des rushes retravaillés le film présenté à Venise l'année passée, avec dans le rôle principal le chauffeur qui avait accompagné Hamaguchi lors de son voyage à Mizubiki. Le cinéaste toujours : "Cette façon moins organisée, plus souple de mettre en scène m'a rappelé tout le potentiel du cinéma, et m'a donné plus de liberté".


Et, c'est un euphémisme, cette liberté découverte accompagne chaque intention, chaque scène d'une œuvre atypique qui en un peu plus de cent minutes délivre à la fois toute la beauté et parfois toute la cruauté de la nature et de l'âme humaine. Parfois le soleil se couche à l'est...

Yoshii
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les meilleurs films de 2024 et Ça s'est passé en 2024

Créée

le 22 avr. 2024

Modifiée

le 22 avr. 2024

Critique lue 2.5K fois

62 j'aime

15 commentaires

Yoshii

Écrit par

Critique lue 2.5K fois

62
15

D'autres avis sur Le mal n'existe pas

Le mal n'existe pas
Yoshii
9

Le soleil se couche à l'est

悪は存在しない est une ode silencieuse à la nature, un lent poème bercé par une douce musique mêlant en sourdine les cordes d'un violon et celles d'un piano. Une mélodie de la vie sauvage qu'accompagnent...

le 22 avr. 2024

62 j'aime

15

Le mal n'existe pas
Plume231
7

Ne touchez pas la hache !

C'est la première fois (du moins à ma connaissance, en ne se basant que sur le fait que j'ai vu tous ses films que depuis Senses !) que le réalisateur Ryūsuke Hamaguchi ne situe pas principalement...

le 11 avr. 2024

40 j'aime

6

Le mal n'existe pas
Guimzee
8

Nature fantôme

Difficile de mettre des mots sur le ressenti qu'évoque la singularité du film. Hamaguchi prend à contre courant ses précédents films qui laissaient la part au dialogue pour jouer sur plusieurs...

le 11 avr. 2024

21 j'aime

1

Du même critique

Civil War
Yoshii
8

« Nous avons rencontré notre ennemi et c'est nous encore » *

Jamais peut-être depuis 1938 (et le canular fabuleux d'Orson Welles, qui le temps d'une représentation radiophonique de "La guerre des mondes" sema la panique aux Etats-Unis), une illustration...

le 15 avr. 2024

102 j'aime

23

Il reste encore demain
Yoshii
8

Des lendemains qui tabassent

Sorti en Italie au cœur de la vague d'indignation suscitée par l'assassinat de Giulia Cecchettin par son ancien petit ami (le 106ème féminicide en 2023 de l'autre côté des alpes), "C'è ancora...

le 12 mars 2024

84 j'aime

3

Furiosa - Une saga Mad Max
Yoshii
9

In George we trust

Lorsqu’en 2015, George Miller, révolutionnait le film d’action (et le post-apo) avec le sidérant Fury road, certains y voyaient un acte ultime, un chant du cygne magnifique, une œuvre inégalable et...

le 21 mai 2024

79 j'aime

14